31.8 C
Mamoudzou
mardi 27 février 2024
AccueiljusticeComores : le procès de l’ancien président Sambi s’ouvre sous haute surveillance

Comores : le procès de l’ancien président Sambi s’ouvre sous haute surveillance

L’ancien chef de l’Etat sera jugé, entre autres, pour corruption et détournements de fonds publics requalifiés en haute trahison présumée. Pour le justifier, la justice comorienne a fait savoir que les faits reprochés ont été commis dans l’exercice de ses fonctions. Deux anciens vice-présidents ainsi que cinq étrangers dont l’homme d’affaires franco-syrien Bachar Kiwan sont convoqués à la barre. Ahmed Abdallah Mohamed Sambi est le premier chef d’Etat des Comores à être traduit en justice depuis l’indépendance du pays en 1975.

Le procès en vue du jugement des personnes poursuivies après l’enquête relative au fameux programme de citoyenneté économique (Pce) aura lieu du lundi 21 au mercredi 23 novembre devant la Cour de sûreté de l’Etat à Moroni. Au total, quinze personnes ont été inculpées. Il y a cinq étrangers dont Bachar Kiwan, considéré comme le chef d’orchestre des opérations de vente de passeports.

A la barre, la justice comorienne attend physiquement quatre inculpés, les autres étant à l’extérieur du pays alors que tous les étrangers n’avaient jamais répondu à la convocation du magistrat instructeur. Ce dernier, dans son ordonnance de renvoi de 74 pages, les a tous poursuivis pour des faits de « corruption, détournement de fonds publics, concussions, forfaiture, faux et usage de faux » présumés, tous requalifiés en haute trahison. Les mis en cause ont été tous renvoyés devant la Cour de sûreté de l’Etat.

Un manque à gagner présumé de plusieurs centaines de milliards de francs comoriens

La justice comorienne, justifiant la requalification de haute trahison contre l’ancien président, a fait savoir que les faits reprochés à ce dernier ont été commis dans l’exercice de ses fonctions. Deux anciens vice-présidents Mohamed Ali Soilihi en charge des Finances de 2007 à 2009 puis vice-président du même portefeuille de 2011 à 2016, Nourdine Bourhane, secrétaire général du gouvernement comorien sous Sambi puis vice-président en charge de l’Aménagement du territoire de 2011 à 2016 ont été convoqués à la barre pour les mêmes chefs d’inculpation requalifiés.

Les audiences, présidées par le juge Omar Ben Ali, ancien procureur de la République et doyen des magistrats sont organisées sous haute surveillance en raison d’éventuels débordements aux abords du palais de justice de Moroni. Des forces de l’ordre ont quadrillé la zone et créé un périmètre de sécurité limité aux avocats, aux inculpés et à leurs proches ainsi qu’aux journalistes. Il était question de diffuser les audiences en direct pour permettre à toute personne de suivre les débats en toute transparence.

A travers cette audience, la justice souhaite lever le voile sur ce programme de citoyenneté économique, situer les responsabilités des uns et des autres, évaluer le préjudice financier et moral, les ramifications des systèmes de vente de passeports à l’international qui auraient laissé un manque à gagner de plus de « 568.345.665.600 (cinq cent soixante-huit milliards trois cent quarante-cinq millions six cent soixante-cinq mille six cent francs comoriens) », selon toujours la même ordonnance en date du 10 septembre 2022, soit plus d’un milliard d’euro.

La justice veut comprendre les tenants et les aboutissants des opérations de vente des passeports

Les proches de Sambi dénoncent « une instruction à charge »

Le manque à gagner imputé à l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi serait de « 43.305.848.800 milliards de francs comoriens », soit près de 100 millions d’euros, d’après l’ordonnance de renvoi du magistrat instructeur qui s’est fondé en grande partie sur l’enquête parlementaire de 2017 vivement contestée par les proches de l’ancien président qui a rejeté toutes les faits qui lui ont été reprochés.

Les partisans de Sambi ont dénoncé « un procès politique, un acharnement judicaire, une instruction à charge et une volonté de liquider politiquement l’ancien chef d’Etat ». Au cœur des controverses : la requalification des faits de détournements, corruption en haute trahison. Mais surtout le renvoi devant une Cour de sûreté de l’Etat dont les décisions ne sont susceptibles d’aucun recours. La fille de l’ancien président Tislam, avocate de formation, a remis en cause la légalité de cette juridiction d’exception et sa légitimité pour juger son père.

Aux Comores, les anciens présidents, vice-présidents (supprimés depuis le référendum constitutionnel de juillet 2018) ainsi que les ministres sont en principe traduits devant la Cour suprême qui siège en Haute cour de justice en cas de délits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Sauf que la Haute cour de justice, prévue dans l’article 30 de la constitution en vigueur au moment des faits, n’avait jamais été créée.

La justice comorienne a jugé nécessaire de renvoyer les inculpés devant la Cour de sûreté de l’Etat « au nom du parallélisme de forme » et surtout pour éviter « un déni de justice » puisque, selon de sources judiciaires « la Cour de sûreté est la juridiction la plus proche de la haute cour de justice inexistante pour connaitre des mêmes faits ». Pour la justice, affirmant fonder sa logique sur une doctrine juridique, « il fallait trouver une cour qui remplira les conditions similaires de la haute cour de justice pour juger les personnes inculpées au lieu de créer un précèdent dangereux de déni justice ».

Comme nous l’avions expliqué dans un précédent article, le programme de citoyenneté économique devait générer des milliards de francs comoriens, permettre à l’Union des Comores d’engager de gros investissements dans les infrastructures. Les projets annoncés n’ont jamais vu le jour. Les fonds annoncés n’ont jamais atterri dans les caisses de l’Etat à l’exception de quelques milliards enregistrés dans le livre de la Banque centrale des Comores (BCC), soit l’équivalent de 7,6 milliards de francs comoriens qui ont servi au financement de travaux de construction de routes et de ruelles. « Le mécanisme d’attribution des passeports et de recouvrement des fonds de contrepartie ont manqué de transparence et ont occasionné un manque à gagner important au pays », indique l’ordonnance du juge.

A.S.Kemba, Moroni

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, JIOI, CIJ

Comores : Deux ans pour être au rendez-vous des Jeux des îles 2027

0
Une mission du Conseil international des Jeux (CIJ) devrait rendre son rapport dans quelques mois après une semaine d'inspection des infrastructures et sites dédiés aux futurs jeux. Les Comores ont proposé dix-sept disciplines dans le cadre des JIOI 2O27, comme à Madagascar l'année dernière. Le grand défi reste la piscine olympique promise par les Chinois et les capacités à accueillir plus de 2000 athlètes

Une première explication sur le corps retrouvé sur la plage de Moya le 1er...

0
La cause de la mort d'une femme dont le corps a été retrouvé le 1er janvier dernier sur la plage de Moya ne serait pas due à une noyade. Selon l’enquête menée par la gendarmerie...
Choléra, Kamardine, kwassa, Comores, Mayotte

Contre le choléra, le rideau de fer ou le bras de fer 

0
Le député Mansour Kamardine compte les kwassas et les malades du choléra aux Comores. Le risque est gros pour Mayotte, dit-il en l'absence de durcissement de la lutte contre l'immigration clandestine
Mayotte, état d'urgence sécuritaire, Pascal Perri, Comores

Mayotte en vigilance Violette Forte délinquance

0
Appuyée par plusieurs grandes voix, la population voit dans l’état d’urgence sécuritaire la solution pour venir à bout de la délinquance. Il faut dire que ni en 2015 lors de l’état d’urgence sécuritaire pour terrorisme, ni en 2020 pour le Covid, la menace n’avait été aussi sérieuse qu’avec ces bandes cagoulées qui s’en prennent à nos vies
Comores, AFD, Mayotte, Afrique

Aides de l’AFD aux Comores : « Ils ne respectent pas leur part du contrat », fustige...

0
Jusqu’où la France peut-elle aller pour aider les Comores sans contrepartie ? C’est la question qui se pose après l’audition du directeur Outre-mer de l’Agence Française de Développement au Sénat, portant notamment sur la convention franco-comorienne de 2019

Recent Comments