31.8 C
Mamoudzou
mercredi 17 avril 2024
AccueilorangeTribune de F. Mélin-Soucramanien sur la volonté de Marine Le Pen d’introduire...

Tribune de F. Mélin-Soucramanien sur la volonté de Marine Le Pen d’introduire la préférence nationale dans la Constitution

Respecter la Constitution, surtout quand on veut la changer, c'est une des leçons délivrées par le constitutionnaliste et président de l’INSP (ex-ENA), qui dresse dans une tribune, un rappel à la loi à l'intention de la candidate RN. Une publication en simultanée d'autres régions de France.

Professeur de droit public à l’Université de Bordeaux, Ferdinand Mélin-Soucramanien, avait écrit un opus portant sur « L’outre-mer français, un modèle pour la République ». Il s’était également exprimé sur le statut de Mayotte, « qui n’est juridiquement pas un département ». Cette fois, il nous adresse une tribune sur la volonté annoncée par Marine Le Pen d’utiliser le référendum pour introduire la « préférence nationale » dans la Constitution.

La préférence nationale porte sur l’accès à l’emploi, aux logements et aux aides sociales que le Rassemblement national veut réserver aux personnes ayant la nationalité française. Une disposition qui existe dans certains pays, notamment pour les fonctionnaires à Taïwan.
Reformulée sous le terme de « priorité nationale », l’objectif de la candidate est de l’inscrire dans la Constitution une fois élue. Dont elle utiliserait l’article 11. Celui-ci porte sur les modalités de l’usage du référendum, notamment les domaines touchés, « l’organisation des pouvoirs publics, les réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d’un traité qui, sans être contraire à la Constitution, aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions. » Et les conditions de sa présentation au Parlement ou non. Passer par cet article serait violer la Constitution, selon lui et 13 autres signataires de la tribune qui devrait être publiée ce mardi dans plusieurs supports de presse régionale.

Tribune

Marine Le Pen lors de son passage à Mayotte en 2016

Etre démocratiquement élu n’autorise pas à méconnaître la Constitution !

Le premier devoir démocratique d’un président élu est de respecter la constitution même et surtout s’il veut la changer. Les constitutionnalistes soussignés sont inquiets d’entendre la candidate arrivée en seconde position le 10 avril 2022 annoncer qu’élue présidente de la République elle ferait réviser la constitution, notamment pour y introduire le principe de la préférence nationale, en utilisant l’article 11 de la constitution. Or, cet article ne l’autorise pas ; il n’est pas prévu pour réviser la constitution. Revient l’exemple du général de Gaulle qui, en 1962, l’a utilisé pour faire modifier par le peuple le mode d’élection du chef de l’Etat. Mais c’est oublier qu’à l’époque la quasi-unanimité des juristes, le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel lui ont fait savoir qu’il ne respectait pas la constitution en faisant usage de l’article 11 pour opérer une révision constitutionnelle. Il en serait de même aujourd’hui si un président voulait réutiliser cet article pour réviser la constitution. Avec une différence importante : le Conseil constitutionnel a jugé en 2000 et 2005 que l’article 60 de la constitution, qui lui donne mission « de veiller à la régularité des opérations de référendum », implique qu’il contrôle la constitutionnalité du décret le prévoyant. Et, en l’espèce, reprenant son argumentation de 1962, le Conseil constitutionnel ne pourrait que rendre une décision déclarant contraire à la constitution l’utilisation de l’article 11 pour réviser la constitution. Et, selon l’article 62 de la constitution, une décision du Conseil s’impose « aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles ». On ne peut imaginer qu’un président de la République, garant du respect de la constitution, passe outre une décision du Conseil.

Ce n’est pas dire qu’un président nouvellement élu ne peut pas faire modifier la constitution. Valéry Giscard l’a fait en 1974, Jacques Chirac en 1995, Nicolas Sarkozy en 2008. Mais ils ont tous utilisé le seul article inscrit dans le titre XVI de la constitution et clairement intitulé « De la révision de la constitution », l’article 89. Celui-ci prévoit qu’un projet de révision doit d’abord être voté en termes identiques par l’Assemblée nationale et le Sénat et ensuite être ratifié obligatoirement par référendum si l’initiative de la révision vient du Parlement, par le Congrès ou le référendum si l’initiative vient de l’Exécutif.
Une Constitution n’est pas une loi ordinaire. C’est la loi des lois comme disent les juristes, celle qui pose le mode de fabrication des lois. D’où une procédure de révision différente et plus exigeante que celle qui existe pour les lois ordinaires. Ce ne serait certainement pas un bon signe pour la démocratie que le premier acte d’un président de la République soit de violer la constitution.

Philippe Blachèr, Professeur de droit public à l’Université de Lyon 3
Julien Bonnet, Professeur de droit public à l’Université de Montpellier
Emmanuel Cartier, professeur de droit public à l’Université de Lille
Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l’Université de Lille
Thierry Di Manno, professeur de droit public à l’Université de Toulon
Pierre-Yves Gahdoun, professeur de droit public à l’Université de Montpellier
Fabrice Hourquebie, professeur de droit public à l’Université de Bordeaux
Anne Levade, professeur de droit public à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Pierre de Montalivet, professeur de droit public à l’Université de Paris-Est
Ferdinand, Melin- Soucramanien, professeur de droit public à l’Université de Bordeaux
Xavier Philippe, professeur de droit public à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Dominique Rousseau, professeur émérite de droit public à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Catarina Severino, professeur de droit public à l’Université de Toulon
Marthe Stefanini, directrice de recherche au CNRS, Université d’Aix-Marseille

 

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Place nette, Guévenoux, Mayotte

Premier épisode de l’opération « Mayotte place nette » à Doujani 2

0
Alors que le début de l’opération « Mayotte place nette » n’avait même pas encore été annoncé officiellement, son premier épisode consistant à détruire 220 habitations illégales dans le quartier informel de Doujani 2 a commencé ce mardi matin
Plongée, Code du sport, tribunal, Mayotte

Justice – L’accident de plongée a-t-il été provoqué par un manquement à la sécurité ?

0
C’est à cette question que devait répondre le tribunal judiciaire dans sa collégialité ce mardi, 5 ans après qu’un plongeur ait vu sa jambe entaillée par l’hélice du bateau d’un club de l’île

Mayotte veut séduire les touristes réunionnais

0
Dans le cadre d’un voyage scolaire à La Réunion, 29 élèves de 4ème et de 3ème du collège de Bouéni ont travaillé pendant plusieurs mois pour créer des supports et des activités afin de...

L’opération « Mayotte place nette » a débuté ce matin !

0
La ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, a annoncé ce matin le début de la suite de Wuambushu avec l’opération "Mayotte place nette". Cette opération vise un public ciblé avec notamment 60 objectifs prioritaires...
FMBTP, FEDOM, MEDEF, Mayotte, Action logement, CERC, CUF, CAUE

Logement : les entreprises s’engagent mais le foncier reste en rade

0
Présidée par Hervé Mariton, la conférence sur l’engagement des entreprises dans les politiques de logement mettait une nouvelle fois le doigt sur le déficit de moyens mis sur la régularisation foncière en comparaison de ce qui a été fait pour l’état civil

Recent Comments