Gendarmerie : Cérémonie de remise de galons à Nazir Mze Boinadi, major de promo

Ce jeudi 1er avril a eu lieu la cérémonie de sortie de promotion de l’école de gendarmerie de Tulle. Le major de cette 35epromotion s’appelle Nazir MZE BOINADI, et il est Mahorais.

0
1991
« J’ai été très ému au moment de dévoiler ses galons, un honneur pour moi, je suis tellement fier de son parcours » a déclaré le sénateur Thani Mohamed Soilihi

Âgé de 23 ans, Nazir a vécu à Mayotte jusqu’à son baccalauréat. Bien qu’il ne soit pas issu d’une famille de militaires, il est depuis toujours passionné par les valeurs et la rigueur de ce milieu. En mars 2018, il intègre ainsi l’école de gendarmerie de Montluçon. Un an et demi plus tard, il réussit le concours de sous-officier de gendarmerie et rejoint en septembre 2020 l’école de gendarmerie de Tulle. Au terme de ces 7 mois de formation, il se classe 1er sur les 120 élèves que compte la promotion.

Son parcours a été couronné par la cérémonie durant laquelle sont remis les galons de gendarme. « La formation n’a pas toujours été facile », confie le jeune homme au JDM. « On doit très vite s’adapter au rythme, les journées sont longues, le réveil est tôt et il y a beaucoup de cours. D’autant plus que nous avons été confinés, pendant plusieurs semaines nous n’avons pas pu sortir de l’école. Il y a eu des baisses de moral, mais heureusement on était tous là pour s’entraider, il y avait un vrai esprit de camaraderie. J’ai beaucoup appris, professionnellement et humainement ».

Créée en 1983, l’école de gendarmerie de Tulle, en Corrèze, dispense notamment la formation initiale de 12 mois des élèves gendarmes (EG)

 

Sa promotion porte le nom du gendarme Paul Maury, qui a rejoint la Résistance au moment de l’appel du général de Gaulle et a été assassiné par les forces nazies. « Ce devoir de mémoire me tient beaucoup à cœur », déclare Nazir. « J’avais choisi ce parrain car il me faisait penser à ceux qui se sont battus à Mayotte pour que l’on puisse grandir en paix. Même si ce n’est pas le même combat, il me rappelle des personnes comme Younoussa Bamana ou Zena Mdere , qu’on ne peut pas oublier ».

« J’ai été tellement fier d’assister à cette cérémonie de sortie de promotion de Mze Boinaidi », nous rapporte le sénateur Thani Mohamed Soilihi, invité deux mois auparavant par le général Jean Gouvart, commandant de l’école et ancien COMGEND de Mayotte. « Surtout qu’en arrivant sur place et en discutant avec le jeune mahorais sorti major, je me suis rendu compte que je connaissais son papa, décédé depuis, qui était dans mon équipe politique en 2001. J’ai été très ému au moment de dévoiler ses galons, un honneur pour moi, je suis tellement fier de son parcours ».

 

Nazir compte revenir exercer à Mayotte après avoir acquis de l’expérience

 

Pour le sénateur de Mayotte, Nazir est un symbole. « Que Mayotte soit sortie à travers lui, en tête du classement, et loin devant les autres, c’est une fierté ». « Si j’y suis arrivé, tout le monde le peut », soutient à ce sujet le jeune homme. « Être mahorais ne signifie pas être voué à l’échec. Avec de la détermination et de la persévérance, aucune porte n’est fermée ».

Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir intégré la formation de Tulle. « J’ai échangé avec d’autres Mahorais de l’école, ils sont 5, dont une fille », rapporte encore le sénateur. « Ces jeunes m’ont marqué par leur maturité. Ils sont l’avenir de Mayotte ». Et ce n’est pas un vain mot, puisque si dans un premier temps Nazir doit rejoindre un escadron de gendarmerie mobile en Métropole, « il compte multiplier les expériences et prendre du galon avant de revenir exercer à Mayotte dans des postes d’encadrement ».

Marine Wolf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here