Covid-19 : malgré le recul de l’épidémie, la situation reste fragile

Aux abords de ce long week-end pascal, la préfecture met en garde contre les relâchements. L'évolution favorable du contexte épidémique à Mayotte ne doit pas faire oublier que l'épidémie évolue pour l'instant par vagues.

2
532
Les mesures en cours au 3 avril 2021

La situation sanitaire à Mayotte s’est améliorée, en comparaison avec le pic épidémique atteint au mois de février 2021. Au cours de la semaine du 24 au 30 mars, 171 nouveaux cas ont été détectés. Le taux d’incidence s’élève à 61 cas pour 100.000 habitants et le taux de positivité à 4,8 %. L’indicateur de circulation du virus (R0) s’établit à 0,51, c’est à dire que pour qu’un individu soit contaminé, il doit être en contact avec deux malades.

La préfecture fait remarquer que le département a payé un lourd tribut depuis le début de la crise sanitaire puisque 162 personnes sont décédées depuis le mois de mars 2020, dont 107 au cours de la dernière vague épidémique. « Malgré la baisse des indicateurs épidémiques, la situation demeure préoccupante. Le service de réanimation du CHM, qui compte 22 lits depuis le départ progressif du service de santé des armées, est proche de la saturation. Si le nombre de patients atteints de la Covid- 19 placés en réanimation baisse, les entrées pour d’autres pathologies progressent. Les capacités de prise en charge des patients en réanimation en dehors du département sont saturées.

Le préfet Jean-François Colombet  rappelle les restrictions toujours en vigueur à Mayotte, à savoir :
✔ le couvre-feu à 22h30 et port du masque obligatoire dans l’espace public urbain ;
✔ l’interdiction des rassemblements de plus de 6 personnes ;
✔ l’interdiction des fêtes de mariage, des voulés et de la diffusion de musique amplifiée ;
✔ la fermeture des salles de sport.

Le gouvernement maintient les motifs impérieux de déplacement entre Mayotte, La Réunion et la métropole.

« La levée des contraintes reste réversible. Si nous nous relâchons, nous courrons le risque d’affronter une troisième vague au moment où la métropole et La Réunion sont en difficulté. Respectons les interdictions qui restent applicables pour éviter de nous soumettre à des contraintes plus fortes encore. »

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here