Déficit de tests pour les voyageurs : l’ARS Mayotte veut implanter un centre dédié

Si nous avons récupéré une cadence de test acceptable pour la population de Mayotte dans une période d’épidémie contenue, tout reste fragile, et l’aérien en subit les conséquences. L’ARS Mayotte est en quête de biologistes et d’un centre alloué à l’aérien.

0
914
ARS, Covid, Mayotte, Ewa air
A l'aéroport de Pamandzi, la tente de la Croix Rouge pour accueillir les voyageurs

Pour Ewa Air, impossible de redémarrer les dessertes vers la région à bride abattue, quand les destinations demandent des garanties sanitaires. Ce fut le cas de La Réunion il y a quelques mois, et les Agences régionales de santé des deux départements avaient travaillé de concert. Mais pour ce qui est de Madagascar, nous avions expliqué que l’affaire s’annonçait compliquée, « il faudrait que l’ARS mobilise 60% de ses capacités de test uniquement pour les voyageurs, alors qu’elle est sollicitée sur les clusters et sur le dépistage en général », nous avait expliqué la préfecture.

Alors que la filiale mahoraise d’Air Austral avait annoncé la reprise timide des vols, elle déchantait il y a deux jours, informant ses clients que « Suite à l’indisponibilité de test PCR sur Mayotte, Ewa Air est contrainte d’annuler les vols du 23/25/29 octobre vers Nosy Be. Les vols sont aussi suspendus temporairement sur le mois de novembre. »

L’ARS Mayotte confirme une situation qui « reste compliquée », selon les mots de Christophe Leikine, directeur de cabinet de Dominique Voynet : « Nous manquons toujours de techniciens de laboratoire et de biologistes. D’autre part, le laboratoire privé est de nouveau en rupture de réactifs. » Un problème récurrent lié notamment à l’absence de compatibilité de la machine américaine du laboratoire Troalen avec celle de l’hôpital. Une réponse est travaillée avec le ministère de la Santé.

« La réserve sanitaire ne suffit pas »

Arès, Arcachon, PCR, Mayotte
Tests PCR-drive à Arès sur le Bassin d’Arcachon

En attendant, et pour « ne pas emboliser le CHM », l’ARS veut créer un centre dédié aux vols, « nous cherchons un lieu adapté ». Des infirmiers préleveurs y seraient affectés, quant aux biologistes, l’ARS explique se battre pour attirer les compétences, « la réserve sanitaire est déjà sur place mais ne suffit pas. Une amélioration reste encore à mener sur l’organisation interne au CHM. Mais dans le contexte actuel, il est difficile de relancer les vols régionaux qui impliquent des tests », rapporte encore Christophe Leikine.

Des modèles d’adaptation existent en métropole, le PCR drive d’Arès (Lège Cap-Ferret) en est un, qui permet aux automobilistes de défiler sur un parking où des femmes et hommes en blouses blanches, virtuoses de l’écouvillons, les attendent sous abri, pour des prélèvements à la chaîne.

La France entière attend encore la généralisation de tests rapides antigéniques (TRA), validés par un arrêté paru le 17 octobre au Journal officiel. Ils permettent un résultat en moins d’une demi-heure. Pour les voyageurs depuis la métropole, priorité sera donné à l’aéroport de Roissy, informent nos confrères de Outre-mer la 1ère.

Un vol test de Ewa Air était prévu ce jeudi vers Nosy Be avec 60 passagers.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here