World clean up Day: bouteilles et tongs en pôle position des polluants

Le week-end dernier, le patrimoine était à l'honneur, non seulement par les Journées européennes, mais aussi par la mise en valeur de la Nature, l'ancêtre de tous les patrimoines. La Journée mondiale du nettoyage, World Clean Up Day, s'organisait à travers de multiples actions sur le territoire.

0
139
World Clean up day, Mayotte
L'interco de Petite Terre a fait fort avec plus que 15 tonnes ramassées

En Petite Terre, en une demie-journée, 15,5 tonnes de déchets étaient ramassés, dont 15.280kg de non recyclables, et 340kg de sacs d’emballages ménagers, bouteilles en plastique et canette, informe la Communauté de communes de Petite Terre. Qui remercie l’ensemble des association participantes et vise une « Petite Terre propre ».

L’association des Naturalistes de son côté avait concentré ses efforts sur la plage de ponte de Saziley. Ils avaient choisi de prioriser les déchets pour cibler la communication. Les participants au bivouac tortues , aidés par des bénévoles de l’ASVM (association de sécurité villageoise de Mtsamoudou) ont récolté plus d’une trentaine de sacs de déchets et divers encombrants sur les 900m de la grande plage de Saziley.

World clean Up day, Mayotte
Les Naturalistes ont ratissé les 900km de la plage de Saziley

« Sur cette plage éloignée de tout village et sans habitat permanent, les déchets sont apportés en quasi-totalité par la mer, ce qui en dit long sur le volume de déchets en suspension dans le lagon. La plupart de ces déchets qui ont connu un long séjour en mer ne sont pas recyclables. »

Les déchets en plastique sont de très loin les plus abondants : bouteilles et contenants de toute sorte, tongs, sandales, tennis et autres chaussures, vêtements et tissus, matériaux d’emballage, déchets de matériel de pêche ou de navigation (cordages de toutes tailles, filets, bouées…). Les spécialistes estiment que la durée de vie de ces déchets en plastique va de quelques centaines d’années jusqu’à un millier d’années pour le polystyrène.

« Ces déchets en plastique se fractionnent au fil du temps en parties de plus en plus menues jusqu’à former de très petites particules facilement avalées par les animaux marins. Par exemple la mousse de polystyrène expansé, très utilisée dans les emballages, se segmente en très petites boules rondes qui obstruent le système digestif des animaux marins. »

Pour limiter la dégradation de notre environnement et protéger notre santé et celle des générations futures, les Naturalistes invitent à adopter trois mesures simples :

  • Proscrire autant que possible l’usage du plastique à usage unique
  • Limiter au maximum le recours au plastique, lui préférer des produits de substitution biodégradables,
  • Mettre tous les déchets dans les bornes de tri ou les poubelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here