Médicaments de contrebande, attention danger !

Vendus sous le manteau, des médicaments importés par kwassa présentent un réel risque sanitaire, aggravé par les épidémies de Covid-19 et de dengue. Des plaquettes par dizaines se sont échouées ce week-end.

0
1112
IBUCAP
Des dizaines de plaquettes se sont échouées ce week-end, avec un risque sanitaire sérieux à la clé

Une plaquette, puis deux, puis vingt… Ce week-end, des dizaines de plaquettes de gélules bleues se sont échouées sur les plages de l’île. En quelques minutes, les Naturalistes présents sur l’îlot M’Bouzi en ont ramassé pas moins d’une vingtaine.

Présentés sous la marque IBUCAP, ces médicaments contiendraient un mélange costaud d’ibuprofène, de paracétamol et de caféine, si tant est que la composition indiquée sur un produit de contrebande soit fiable. D’autant que les plaquettes retrouvées ne font aucune mention des proportions de chaque molécule dans les gélules.

Les 20 plaquettes ont été rapportées pour destruction à la pharmacie du Lagon, où le Dr Sofiane Kadri met en garde contre la tentation d’en consommer. Si de tels médicaments sont bien en vente sans ordonnance en France, cette marque en particulier ne l’est pas. Produite « vraisemblablement à Kinshasa au Congo », la marque Ibucap pourrait être très dangereuse si les gélules sont prises sans avis médical.

Selon le docteur en pharmacie, ce n’est pas tant le mélange des molécules qui est à risque, mais bien la prise inconsidérée de chacune d’entre elle, surtout en cette période d’épidémie. Explication :

« L’ibuprofène par exemple peut aggraver une infection bactérienne. Dans le cas d’un abcès dentaire, il y a un risque d’endocardite qui peut entraîner la mort dans la journée » alerte le pharmacien. Un risque accru par le contexte sanitaire local. « Il y a beaucoup de problèmes dentaires et d’infections » déplore-t-il.

L’ibuprofène peut également favoriser la prolifération d’agents infectieux comme les virus de la dengue ou le nouveau coronavirus, et causer des hémorragies. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène sont d’ailleurs totalement contre-indiqués en cas de fièvre liée à la Covid-19 ou à la dengue.

Le paracétamol n’est, lui non plus, pas sans risque. « Il est risqué pour une personne hépatique et peut aggraver un problème rénal » prévient le Dr Kadri.

A rapporter en pharmacie

Ibucap, un médicament qui n’est pas vendu en France, sans doute importé par kwassa

Enfin la caféine, prescrite notamment en traitement d’attaque de la crise de migraine, fait l’objet de plusieurs mises en garde du Vidal, la bible des pharmaciens. Elle « provoque de nombreux effets indésirables : nervosité, agitation, anxiétéinsomnie, irritation de l’estomac, diarrhée, etc. L’usage régulier de fortes doses de caféine entraîne un phénomène de dépendance dont le sevrage entraîne maux de tête, somnolence, nervosité, anxiété et irritabilité. »

D’une manière générale, ces produits qui « sont à coup sur de la contrebande » selon le pharmacien, sont particulièrement dangereux pour les enfants et les femmes enceintes, et peuvent causer des aggravations allant jusqu’à la mort en cas d’infection.

Si vous en trouvez sur la plage, il est donc vivement recommandé de les rapporter à un pharmacien qui se chargera de leur destruction, de ne pas en acheter, et de ne prendre aucun médicament sans un avis médical préalable.

Y.D.

Droit de réponse – Shalina Healthcare Dmmc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here