Challenge Mayotte Tour « on doit pouvoir traverser n’importe quel village sans crainte »

Le dimanche 23 août, une grande course est organisée à travers l'île pour dénoncer l'insécurité et faire front contre la peur d'être agressé. Il s'agit aussi de rendre hommage à Mansoib Ahmed, père de famille tué le 13 juillet.

0
1241
Une course, un hommage et un cri du coeur en même temps

Le Challenge Mayotte Tour est d’abord une manifestation sportive. Mais l’actualité a donné à la quatrième étape de cette course à travers Mayotte une dimension toute particulière.

Le 13 juillet dernier, Mansoir Ahmed, 39 ans, succombait à ses blessures après une violente agression à M’Tsapéré. Pour lui rendre hommage, les organisateurs ont décidé d’un parcours à pieds qui rejoindra le lieu du drame, le remblai de Mtsapéré, depuis le port de Longoni, soit près de 15km. Avec bien sur la possibilité de rejoindre le groupe de coureurs en cours de route pour adapter la distance aux préférences de chacun.

YOUSSOUF Chadhouli , BEN HAMADI Ybnou et NOUSSOUROU Adifane

Pour les trois organisateurs du Challenge tour, « Ybnou, Chad et Adifane », il s’agira de « parcourir tout Mayotte en courant et en proposant des actions sportives pour dénoncer cette peur issue de l’insécurité » et par extension, « lutter contre la violence », « sensibiliser la population » et de manière transversale, « inciter à la pratique du sport », passion commune des trois amis .

Youssouf Chadhouli est animateur du Challenge tour. « On constate que la montée de la violence est de plus en plus insupportable, on s’est dit, pourquoi pas une action pour sensibiliser la population et inciter les jeunes et les parents à se retrouver autour du sport pour leur bien-être, une action intergénérationnelle. C’est aussi adressé aux gamins qui n’ont rien à faire et risquent de glisser vers la délinquance. A Mayotte il y a trop de diabétiques, aussi. »

« On veut avoir la liberté de circuler librement sur notre territoire »

L’étape à Kani Keli (DR)

« La première étape a eu lieu à Sada, la deuxième à Longoni jusqu’à Hamjago et a réuni une 20aine de participants. Cette course était dédiée à Khams décédé peu avant en scooter des mers. La troisième étape était de Sada à Kani-Keli, chaque mois on change de zone pour toucher des populations différentes et faire passer le message aux institutions : on veut avoir la liberté de circuler librement sur notre territoire. Le message, il est là. »

Pour cette 4e étape, « on a choisi une zone très sensible, sur la zone de Koungou à travers Majicavo et Kawéni » avec encore l’idée de mettre derrière la course « un thème, un hommage ». L’hommage à Mansoib s’est présenté comme une évidence pour les organisateurs, contactés par des habitants de M’Tsapéré.

Cette dernière étape s’annonce « énorme » s’enthousiasme l’animateur qui dénombre près de 300 participants potentiels ayant manifesté leur intérêt, notamment « la plupart des élus ». Un succès annoncé qui serait selon les organisateurs la reconnaissance d’une « autre manière de revendiquer ». « Beaucoup d’institutions sont partantes » salue Youssouf Chadhouli qui prend l’exemple des 10 000€ mis sur la table par la préfecture pour l’organisation.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here