3 mois de prison ferme pour un passeur

Le tribunal de Mamoudzou a jugé ce mercredi 15 juillet un passeur qui aidait à l’entrée d’étranger en situation irrégulière en provenance d’Anjouan. Ce dernier a écopé de 3 mois de prison ferme et d’une interdiction de territoire français pour une durée de 5 ans.

2
1560
Le tribunal judiciaire de Mamoudzou

Saïd Abass, né le 1er janvier 2002 à Anjouan, était l’objet de plusieurs présomptions. Il était soupçonné d’avoir conduit une dizaine de personnes dans un kwassa d’Anjouan à Mayotte sans aucun matériel de sécurité ni, bien sûr, de permis de navigation. Il était soupçonné également d’avoir importé illégalement une chèvre depuis Anjouan. A la barre, le jeune homme, visiblement très intimidé et ne parlant pas un mot de français, tente de s’expliquer sans souhaiter répondre aux questions du tribunal. Il explique qu’on l’a désigné commandant qu’à la fin du voyage puis qu’il était malade quand on l’a arrêté en mer. « On m’a mis en prison alors que j’étais dans un mauvais état de santé », plaide-t-il. « Je demande la clémence du tribunal », ajoute-il.

Le procureur Tanguy Courroye réclamait 2 ans de prison, les juges sont allés au delà

Le problème est qu’Abass n’en était pas à sa première condamnation en temps que passeur, ce que n’a pas manqué de relever le procureur Tanguy Courroye. Il a donc requis 4 mois de prison avec interdiction définitive de territoire français. Le tribunal, présidé par Pascal Bouvart a été plus clément puisqu’il a réduit la peine à 3 mois avec une interdiction de territoire français pour 5 ans seulement. Le prévenu, qui était déjà en prison au moment de son procès, est reparti sous escorte de gendarmes directement pour Majicavo.

N.G

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here