Saïd Omar Oili réélu à la présidence de la communauté de communes de Petite-Terre

Samedi matin, à l’école Pamandzi 4, s’est tenue l’élection du président et des 9 vice-présidents de la communauté de commune de Petite-Terre. Sans surprise, Saïd Omar Oili, déjà renommé maire de Labattoir lors des municipales, a été réélu président de l’interco.

0
342
Saïd Omar Oili a été réélu président de l’interco de Petite-Terre.

« C’est avec beaucoup d’émotion que je me vois réélu président de l’interco de Petite-Terre. Vous avez fait le choix de la continuité et sans doute avez-vous raison car cela est important dans le cadre des politiques publiques », a déclaré Saïd Omar Oili suite à sa réélection dès le premier tour. Il était face à Ousseni Mandhui qui n’a obtenu que 12 voix contre les 18 de Saïd Omar Oili. L’élection s’est déroulée à l’école Pamandzi 4 située près du stade et était présidée au départ par le nouveau maire de Pamandzi Madi Madi Souf.

Madi Madi Souf, maire de Pamandzi, a présidé l’élection.

Les 30 élus votant étaient présents et l’élection a eu lieu en présence de plusieurs dizaines de personnes venues assister à l’évènement.

De nombreux défis à relever

Une fois élu, Saïd Omar Oili a prononcé un discours dans lequel il a souligné l’importance pour Petite-Terre de dépasser ses divergences pour s’unir dans le cadre d’une communauté de communes. Il a rendu hommage au passage à Manfou, l’ancien maire de Labattoir qui a œuvré pour construire cette interco. « Il avait compris que l’intérêt général de Petite-Terre dépassait de loin les divergences qu’il pouvait y avoir entre communes », a déclaré Saïd Omar Oili. Il a également rendu hommage à tous les agents qui œuvrent pour l’intérêt général dont Gérard Bauzat, le DGS de l’interco.

Les votes se sont déroulés à bulletins secrets

« Nous avons beaucoup de défis à relever et nous allons les relever ensemble », a également déclaré le président. Ses projets s’inscrivent dans la continuité de ce qu’il a déjà accompli depuis plusieurs années. Le premier projet de l’interco est l’installation de la vidéo-surveillance dont les travaux doivent bien tôt commencer. « Il s’agit de sécurité et la sécurité est au cœur des préoccupations de l’interco car sans sécurité il n’y a pas de vie possible sur Petite-Terre », a souligné Saïd Omar Oili. « Je souhaite que les Mahorais aient envie de venir s’installer sur Petite-Terre et sans sécurité cela ne sera pas possible », a-t-il encore ajouté. Mais la sécurité n’est bien entendu pas le seul projet de l’interco, bien d’autres défis sont à relever comme la construction d’une déchetterie dont le terrain est déjà trouvé et qui, les politiques l’espèrent, contribuera à régler les problèmes de déchets et d’insalubrité qui sont légion tant à Pamandzi qu’à Labattoir. Le président de l’interco de Petite-Terre souhaite aussi s’occuper du problème des eaux usées et de l’assainissement des eaux pluviales. « Nous avons jusqu’au 31 décembre 2022 pour consommer les crédits de l’Etat et de l’Europe et pour cela il nous faut des projets qui tiennent la route », a-t-il martelé tout en affirmant que « ce n’est qu’en unissant nos forces que nous pouvons réussir ».

Nizari Soufou a été élu premier vice-président.

Election de 9 Vice-présidents

Normalement, une interco comporte 6 vice-présidents, mais il est possible de porter ce chiffre à 9. C’est ce qu’a proposé Saïd Omar Oili qui n’a pas rencontré d’opposition parmi les élus quant à ce projet. L’évènement s’est donc poursuivi par l’élection de ces 9 vice-présidents dont le premier est Nizari Soufou, élu avec 22 voix. Il était le seul candidat à cette première vice-présidence.

L.D

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here