Etranglés par la crise Covid, les restaurateurs demandent à « passer au vert »

L'Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie de Mayotte adresse une lettre ouverte aux élus de Mayotte pour réclamer la réouverture des salles de restauration et la fin des amalgames. La viabilité de ces commerces est en jeu alertent ces professionnels.

0
744
Les restaurants et les bars ont baissé leur rideau depuis trop longtemps selon eux

Plus qu’une demande, c’est un cri du coeur qu’adresse l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie de Mayotte aux élus locaux. Ce groupement de professionnels de la restauration et de l’hôtellerie réclame la réouverture des salles afin de sauver leur activité.

« Mesdames et Messieurs les Élus de Mayotte, Dans le cadre de la pandémie de covid 19 qui frappe le monde économique depuis mi-mars 2020, nos établissements ont du fermer leurs portes jusqu’au début du mois de juin, date à laquelle nous avons pu commencer à exploiter nos terrasses (pour ceux qui en sont pourvus) sans pouvoir accueillir nos clients en salle.

Cette contrainte provoque des conséquences exponentielles sur la viabilité financière de nos entreprises et ne nous semblent plus justifiées.

Dans les faits, nous constatons une reprise d’activité dans de nombreux secteurs (boutiques, grande distribution, marchés, entreprises diverses) sans mise en œuvre de précautions particulières aussi concrètes et visibles que dans notre profession pour protéger rigoureusement les clients.

Charles-Henri MANDALLAZ, président de l’UMIH976

Il paraît ainsi discriminatoire que nos entreprises du secteur CHRD soient les dernières à devoir supporter ces contraintes sanitaires alors même que nous nous sommes fortement mobilisés pour nous former et faire former nos personnels aux mesures sanitaires spécifiques qui garantissent à nos clients une sécurité sanitaire constamment encadrée avec « proximité ».

A ce titre, et dans le cadre de votre mission de représentant(e)s de la population de Mayotte, nous avons l’honneur de vous demander de bien vouloir œuvrer au plus haut niveau, afin que des dispositions dérogatoires soient prises pour que le secteur de la restauration puisse à nouveau accueillir ses clients en salle.

Il en va de la sauvegarde de nos entreprises et des nombreux emplois qu’elles portent. Le tourisme, principal pilier économique du 101ème Département est à l’agonie, après avoir été régulièrement frappé par précédentes crises sociales.

Nous voudrions maintenant « passer au vert » !

Mayotte n’est pas la Guyane, nous refusons tout amalgame.

Mayotte n’est pas une pathologie pour la Réunion, nous refusons la stigmatisation.

Des visages connus dans ce nouveau bureau de l’UMIH 976

Les restaurants de Mayotte sont soucieux de la sécurité de leurs clients, nous refusons les mesures discriminatoires. En l’attente de votre action, soyez assurés de notre forte implication dans la protection de nos clients, pour que notre économie reprenne de façon pérenne et sereine. Nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs les élus du département de Mayotte, à l’expression de notre parfaite considération.

Le président, Charles-Henri MANDALLAZ « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here