L’Union départementale des associations familiales plaide pour plus de solidarité

"Il convient désormais que nous rebâtissions à Mayotte une société dont la solidarité sera une valeur centrale" plaide Ali Nizary, président de l'UDAF dans cette tribune adressée notamment aux nouveaux élus locaux.

0
301
Ali NIzary, président de l'UDAF Mayotte

Le président de l’UDAF ALI Nizary tient à féliciter l’ensemble des nouveaux maires qui viennent d’être élus. Il rend également hommage à l’ensemble des maires sortants, Pour le président de l’UDAF, la forte participation des électeurs mahorais à ces élections, montrent l’importance qu’ils donnent pour le développement de notre territoire. La campagne a été certes longue, mais elle est restée également riche d’enseignement et de débat d’idées. Pour l’UDAF de Mayotte, le temps de campagne est passé, l’heure est à la construction du pays. Pour l’institution familiale, Mayotte a besoin d’unité, de cohésion et de solidarité. Cette construction doit être l’affaire de tous. Nous sommes face à plusieurs enjeux et Mayotte doit plus que jamais rattraper son retard sur plusieurs domaines. Ces enjeux doivent tenir compte des crises sanitaires que Mayotte traverse depuis plusieurs mois. Cette situation liée aux crises sanitaires a révélé la grande vulnérabilité de notre société. C’est pourquoi, l’UDAF invite les nouveaux maires à porter une attention particulière sur 3 sujets essentiels.

1 Place et rôle des CCAS

Pour ALI Nizary président de l’UDAF de Mayotte, la commune est l’échelon de proximité par excellence, celui dont les familles se sentent le plus proche et qui exerce des compétences fondamentales pour leur vie quotidienne. L’implication des communes en matière de logement, d’éducation, de voiries, de culture etc, n’est plus à démontrer dans notre département même s’il existe des différences d’implication d’un territoire à l’autre. De même qu’il n’est plus à démontrer le rôle des centres communaux d’action sociale (CCAS) notamment dans l’accompagnement et l’aide à nos concitoyens les plus fragiles, les personnes âgées ou en situation d’handicap, mais également comme lieu d’échanges et d’observations des besoins sociaux de la population réunissant des élus locaux et des représentants des associations œuvrant dans le domaine de l’action sociale.

C’est pourquoi l’UDAF de Mayotte souhaite dos et déjà interpeller les nouveaux élus afin qu’ils s’engagent à améliorer les politiques familiales et de solidarité qui relèvent de la compétence des communes. Le renouvellement des membres dans les CCAS doit être un préalable afin que l’action sociale municipale fasse partie des priorités. l’UDAF se prépare activement pour désigner ses représentants qui vont siéger au sein de ces instances.

Le président de l’UDAF de Mayotte Monsieur ALI Nizary souligne que nos CCAS sont très jeunes, mais ils ont bénéficié, d’une part d’un véritable accompagnement de la part de l’UNCCAS, et d’autre part de la mise en place rapide de l’UDCCAS dans le département. l’UDAF tient à rendre hommage à sa présidente Madame BAMANA Anchia qui est l’initiatrice de cette instance et qui a oeuvré à sa mise en place. Sur ce sujet, il y a eu un travail sérieux qui a été amorcé, et l’UDAF demande que celui-ci soit poursuivi.

Le président de l’UDAF rappelle également que les CCAS de Mayotte ont bénéficié d’un dispositif qui s’intitule PASS’PALAS. En effet, après le lancement d’un diagnostic territorial de l’ensemble des communes mahoraises début octobre 2017, le projet PASS’PALAS, financé par le Fonds Social Européen et l’UNCCAS, a été déployé pour former les professionnels de l’action sociale de l’ensemble des communes du territoire afin d’acquérir l’ensemble des clés de compréhension du CCAS. Ces professionnels ont bénéficié d’une formation pratique et théorique ainsi qu’une immersion dans des CCAS en Métropole. Le premier enjeu était bien entendu de mieux connaître tous les outils à disposition des CCAS ainsi que leurs obligations.

Mais Pass’Palas était aussi une occasion de renforcer la cohésion des CCAS de l’île, grâce aux échanges constants, et de trouver également des solutions locales aux défis propres à Mayotte. Selon le président de l’UDAF, le développement de nos CCAS va être poursuivi efficacement puisque nous avons plusieurs professionnels formés et ils ont certainement acquis les fondamentaux à savoir entre autre, être sensibilisé à la question sociale, maîtriser le cadre réglementaire et législatif du CCAS, maîtriser l’organisation et le fonctionnement du conseil d’administration, rédiger un projet de service pour le CCAS en lien avec les problématiques locales. C’est pourquoi le président de l’UDAF ALI Nizary invite les nouveaux maires à prendre ces éléments en considération pour poursuivre le développement de nos CCAS.

2- Place et rôle de l’UDAF et des associations.

Il convient selon l’UDAF de considérer la vie associative, comme bien commun. Le tissu associatif qui maille le territoire doit prouver à nouveau son rôle essentiel d’accompagnement de l’action publique. Depuis plusieurs années, les associations se développent et se professionnalisent sur le territoire. En cette période de crise sanitaire, les associations jouent en rôle essentiel. Même en étant en grande souffrance nos associations tiennent toujours leur rôle dans l’effort national de lutte contre le virusCe sont ici des associations culturelles, d’éducation populaire et de jeunesse, environnementales, familiales ou sportives, qui ont adapté leurs activités pour maintenir les liens et soutenir leurs adhérents.

La demande croissante de services d’intérêt général, les demandes de bien être, de bien vivre ensemble, de bénéficier d’un environnement sain, toutes ces demandes peuvent être gérées aujourd’hui par nos associations.

L’UDAF se définit comme le premier partenaire des collectivités locales en matière de politique familiale. Elle demande que ces collectivités dont les communes prennent soin aux associations au regard de leur pouvoir de solidarité, de démocratie, d’économie, d’innovation sociétale, d’utilité et de cohésion sociale. Elles sont des véritables l’interface entre tous les acteurs de la société, ce qui constitue une originalité et une potentialité majeure. La crise nous a montré enfin que nos associations complètent et démultiplient la force du service public mais aussi celle de la participation des citoyens et usagers eux-mêmes, aux politiques mises en oeuvre.

3- L’engagement citoyen

Le président de l’UDAF

Dès le début de l’épidémie, les citoyens et citoyennes se sont organisés et mobilisés en nombre pour apporter l’aide nécessaire aux plus fragiles, faire vivre des solidarités de voisinage et pour soutenir les associations souvent privées de leurs ressources bénévoles.

Cette crise historique et ses conséquences sociales profondes, nous renseignent qu’il convient désormais que nous rebâtissions à Mayotte une société dont la solidarité sera une valeur centrale.

L’engagement citoyen doit être soutenu et encouragé par les décideurs politiques dont le maire car il a montré durant toute la période des crises un intérêt particulier dans le domaine des liens d’entraide entre autre. L’udaf de Mayotte demande que cet engagement soit pris en compte pour construire une société solidaire et instaurer la cohésion sociale de notre territoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here