28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueiljusticeUn pistolet de la police en circulation à Combani ?

Un pistolet de la police en circulation à Combani ?

Le procès d'un jeune, reconnu coupable d'une agression avec arme, laisse perplexe. Le dossier fait état de deux armes, un revolver et un pistolet automatique ressemblant à ceux en usage dans la police et la gendarmerie. Aucune n'a été retrouvée et le condamné est ressorti libre.

“Si on laisse monsieur dans la nature avec une arme et de vraies balles, j’ai peur de ce qui pourrait se passer” s’inquiétait le substitut du procureur quelques minutes avant le jugement qui allait conduire à la libération de l’intéressé. Ses réquisitions portaient sur un jeune de 20 ans habitant à Combani. Il lui était reproché d’avoir, le 10 juin en fin de matinée, tenté de voler un téléphone sous la menace d’un revolver.
Le matin-même, une de ses connaissances avait appelé les gendarmes en expliquant l’avoir vu tenter de revendre un pistolet automatique, noir, de marque “SIG”. Or, le SIG P226 est l’arme standard des forces de police et de gendarmerie en France. Or on se souvient qu’en 2018, un policier de la DGSI s’était fait dérober la sienne, il est donc plausible que le pistolet refasse surface. De plus, le témoin explique avoir manipulé l’arme et avoir constaté la présence de vraies balles de 9mm dans le chargeur qui était plein selon lui. Il précise que la culasse était bloquée. Le même témoin explique avoir vu le suspect exhiber une autre arme, un revolver (un pistolet avec un barillet) semblable à celui décrit par la victime de la tentative de vol.

De nombreuses zones d’ombre dans cette agression auraient pu mener à une relaxe au bénéfice du doute, mais il se trouve que l’individu est déjà mis en cause dans deux autres affaires ayant eu lieu en mai, et dans lesquelles des armes de poing sont également évoquées. L’épouse du prévenu avait elle-même affirmé en mai avoir vu son mari avec un pistolet, lequel n’a jamais été retrouvé.

De la prison ferme… mais aménageable

Le tribunal

C’est tout ce contexte inquiétant qui amenait le parquet à réclamer 6 mois de prison ferme, avec incarcération immédiate pour “mettre un coup d’arrêt” à une “errance délinquante”. Me Andjilani, pour la défense, aura bien tenté de pointer des incohérences dans le dossier : la description du suspect de l’agression qui ne colle pas avec les vêtements de son client qui nie les faits, mais admet posséder une fausse arme “trouvée par terre”. Il aura évoqué la présence de gendarmes en civil suite à l’appel du témoin, gendarmes qui auraient donc pu assister à l’agression puisqu’ils surveillaient celui qui n’allait être interpellé que le soit-même dans son banga. Pas de quoi convaincre le tribunal qui a requalifié la tentative de vol en violence avec arme. En effet, une tentative d’extorsion avec arme (la qualification initialement retenue) est un crime et n’aurait pas dû pouvoir être jugé en comparution immédiate. Ménageant la chèvre et le chou, le tribunal a prononcé une peine de 8 mois ferme, mais sans mandat de dépôt. Le condamné est convoqué en septembre pour un éventuel aménagement de cette peine, et le sera ultérieurement pour les faits du mois de mai.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139532
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139532
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139532
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139532
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139532
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139532
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com