Décret sur la phase 1 de déconfinement à Mayotte : le préfet au centre du dispositif de contrôle

Le relâchement autorisé par cette phase nationale de déconfinement doit s’accompagner du respect strict des mesures barrières, sous peine de reconfinement, indique le décret du premier ministre. Le préfet devra être sur tous les fronts pour contrôler.

5
1718
Les restaurants impatients de rouvrir

Il était très attendu notamment par les restaurateurs : le décret lançant la phase 2 de déconfinement dans le reste du pays, et la phase 1 à Mayotte qui restait confinée, est publié. Si le premier ministre a indiqué qu’en France, « La liberté redevient la règle et l’interdiction constitue l’exception », à Mayotte, ce ne sera pas encore le cas. Avec l’Ile-de-France et la Guyane, nous sommes en orange, notamment en raison d’une circulation du virus encore importante ici, et qui invite à la prudence.

Le respect des mesures d’hygiène et de la distance d’au moins un mètre entre deux personnes sont un préalable, et les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits.

Les transporteurs collectifs terrestres maritimes devront prendre leur disposition pour les faire respecter, et « toute personne de onze ans ou plus qui accède ou demeure à bord d’un navire ou d’un bateau à passagers porte un masque de protection. »

Les déplacements de, ou vers, les départements d’outre-mer sont interdits, sauf pour motifs impérieux de santé, familial ou professionnel.

Toute personne ayant séjourné au cours du mois précédent dans une zone où circule le virus peut se voir prescrire une mesure de mise en quarantaine. Une décision qui relève du préfet dans les DOM-TOM. La quatorzaine, ou l’isolement en cas de Covid avéré, se déroule au domicile de la personne, ou si les conditions ne sont pas satisfaisantes, dans un lieu d’hébergement adapté. C’est jusqu’à présent le RSMA qui a joué ce rôle.

Pas de masque pour les profs au tableau

Port obligatoire du masque dans la barge

Plus besoin d’attestation de déplacement à Mayotte, et plus de limitation des 100km en métropole. Mais le décret précise que les préfets pourront si nécessaire à nouveau les restreindre afin de lutter contre la propagation du virus. De même, les commerces, écoles ou établissements de culte pourraient alors être fermés à nouveau.

On sait que toutes les écoles doivent rouvrir, et que dans les zones orange comme Mayotte, les collèges accueilleront par demi-classes, les niveaux de 6ème et de 5ème, et les lycées professionnels rouvriront leurs portes, ils le sont tous ici. Les collégiens et lycéens devront porter le masque « lors de leurs déplacements », les enseignants n’y seront pas contraints lorsqu’ils font cours à une distance d’au moins un mètre des élèves.

En zone orange, les bars et restaurants pourront ouvrir seulement s’ils sont en terrasse, avec 1m de distance entre les tables qui ne pourront accueillir plus de 10 convives. Le personnel devra être masqué.

Les plages, plans d’eau ainsi que les activités nautiques sont de nouveau praticables, sous réserve de respecter les règles d’hygiène, de distanciation, et le port du masque. Si elles ne sont pas suivies, « le préfet de département peut, après avis du maire, interdire l’ouverture ». Il peut aussi, en fonction des circonstances locales, décider de rendre obligatoire le port du masque de protection.

Des mariages en tout petit comité

Les opérateurs nautiques vont pouvoir sillonner de nouveau le lagon

Les piscines publiques, les salles de sport, les parcs de loisirs et les salles de spectacles ne pourront ouvrir que les 22 juin dans notre zone, comme les cinémas, cette mesure concerne toute la France. Les boites de nuit resteront fermées jusqu’au 21 juin, et les grands rassemblements (concert) ne pourront excéder 5.000 personnes en plein air.

Si les lieux de culte peuvent ouvrir sous des conditions de mesures d’hygiène et de distanciation, le préfet peut, après mise en demeure restée sans suite, « interdire l’accueil du public dans les établissements de culte si les conditions de leur organisation ainsi que les contrôles mis en place ne sont pas de nature à garantir le respect des dispositions mentionnées au présent article. »

Les mariages pourront de nouveau être célébrés par un officier d’état-civil, la cérémonie devant respecter les termes du décret, notamment la présence d’un maximum de 10 personnes.

Toutes les restrictions prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire seront réévaluées le 22 juin.

Anne Perzo-Lafond

5 Commentaires

  1. Il n’a déjà pas pu faire respecter le confinement depuis 1 mois alors je ne vois pas comment il ferait respecter le reste. Soyons honnête et disons la vérité!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here