Mansour Kamardine « je ne sais pas d’où la ministre tire ses chiffres »

Annick Girardin évoquait mardi aux questions au gouvernement une baisse de la délinquance de 45% à Mayotte, qualifiant les faits récents de "ponctuels". Le député LR Mansour Kamardine exprime sa "déception" et appelle une nouvelle fois au déconfinement.

12
1918
Mansour Kamardine

Interpellée par le député Kamardine sur les récents faits de violence qui ont secoué Mayotte, la ministre de l’outre-mer Annick Girardin les a qualifiés de « ponctuels ».

« Les images ont été fortes mais il convient de distinguer les faits de délinquance en baisse de moins 45% depuis 3 mois et les 2 nuits de phénomènes qui ont été constatés. Ce sont des jeunes qui sont désœuvrés, ce sont des faits ponctuels » arguait la ministre devant l’assemblée parlementaire.

« Je ne sais pas où elle a pu tirer ses chiffres. Les violences ne sont pas en diminution » s’insurge le député LR, joint par téléphone. Pour lui les faits récents montrent au contraire une augmentation de la violence.

« C’est une insulte à nos forces de l’ordre, mobilisées nuit et jour, harcelées par les délinquants, je pense à nos concitoyens de Pamandzi, de Mamoudzou… Le préfet a dit avoir fait tirer jusqu’à 800 lacrymogènes. A Tsoundzou il y a eu des échanges particulièrement violents, au point que le directeur général de la police a été blessé. Récemment on a cambriolé un magasin à Kawéni, je pense à ce qui se passe à Chirongui et à Kahani plus récemment encore, avec une espèce de frénésie collective où l’on s’est attaqués aux pompiers. »

Le député dénonce un « déni des réalités » érigé « en axe majeur de la politique du gouvernement ». « En niant les réalités, notamment de la violence à Mayotte, c’est un encouragement à la poursuite de la violence sur le territoire » alerte-t-il.

D’autant que les « faits isolés » évoqués par la ministre ne sont pas récents, ce sont des caillassages similaires qui avaient mené à la vaste crise sociale de 2018.

Annick Girardin

« Les émeutes ne datent pas d’hier mais elles continuent, appuie le député Kamardine. Il faut aller dans les villages et écouter ce que disent les gens, les délinquants sont toujours là. J’ai eu des témoignages édifiants d’un peu partout, tout le monde est épuisé.

On a laissé le terrain libre aux malfrats, j’appelle au déconfinement pour prendre un peu l’air, souffler et sauver les quelques emplois qui peuvent encore l’être ».

Y.D.

12 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here