Le Mistral revient avec 575 tonnes de fret, dont un hélicoptère

La Mistral revient deux fois plus chargé que la dernière fois. Le porte-hélicoptère a quitté La Réunion avec des tonnes d'eau, un hélicoptère, des denrées alimentaires et produits pharmaceutiques.

4
3219
Bouteille, eau, Mayotte
Les centaines de palettes de bouteilles d'eau déchargées du Mistral en mai dernier (Photo Faszoi)

« Après un premier chargement du 10 au 14 avril 2020, de 233 tonnes de fret à destination de Mayotte, le porte-hélicoptères amphibie Mistral accompagné de la frégate Guépratte ont de nouveau accosté au Grand Port Maritime de La Réunion, pour une nouvelle escale technique du 3 au 6 mai 2020 » indique les Forces armées de la zone sud-est de l’océan Indien dans un communiqué.

« Ce chargement de plus de 575 tonnes constitue la troisième participation du groupe Jeanne d’Arc à l’opération Résilience depuis l’annonce de sa création le 25 mars dernier, après les débarquements du sous-groupement tactique embarqué et du fret alimentaire, sanitaire et logistique le mois dernier à Mayotte. »

Le navire revient donc avec près du double de marchandises par rapport à sa précédente rotation.

Un hélicoptère sanitaire en chemin

Des centaines de tonnes de produits alimentaires et parapharmaceutiques sont à bord (crédit photo Faszoi)

Mais c’est surtout le contenu de cette livraison qui est à souligner. A bord, « près de 800 palettes désinfectées, constituées de fret alimentaire, d’eau, de matériel parapharmaceutique – dont des solutions et gels hydro-alcooliques entre autres – ainsi que des véhicules civils. Un hélicoptère civil a également été embarqué afin d’apporter un renfort à Mayotte, dans le cadre d’évacuations sanitaires notamment. »

Cet appareil sera particulièrement bienvenu, les autorités sanitaires de Mayotte étant dépendantes de l’hélicoptère de la gendarmerie pour les urgences médicales. Une solution de dépannage qui s’était pérennisée, non sans conséquence. L’usure avancée de l’ancienne machine a privé Mayotte de moyen de secours aéroporté pendant plusieurs mois jusqu’à réception du nouvel appareil qui sillonne de nouveau le ciel mahorais depuis quelques semaines. L’hélicoptère annoncé apportera une autonomie précieuse aux secours sanitaires.

Les deux bâtiments ont appareillé ce mercredi, et sont attendus à Mayotte en début de semaine prochaine, probablement lundi.

Des renforts militaires sont aussi arrivés

Cet appareil de l’armée de l’air ne transporte pas le Président, comme ses couleurs ont pu le laisser penser.

En période de confinement, on se prend à être surpris quand le bruit d’un avion trouble le silence. Si on a alors la chance d’être à la fenêtre et de voir un avion aux couleurs de la République, il y a de quoi s’interroger. Surtout si l’appareil n’apparaît pas sur le site FlightRadar, et que ni la préfecture ni l’ARS ne savent ce qu’il transporte. L’appareil qui s’est posé mardi et mercredi à Mayotte est un Airbus de l’armée de l’air, d’où la discrétion qui l’entoure. Il assurait le transport de légionnaires du DLEM dans le cadre de la rotation habituelle de la caserne qui renouvelle régulièrement ses effectifs nous explique le Lt-Colonel Latournerie, commandant du détachement. Une équipe de cinq militaires spécialisés NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique) était aussi à bord. La mission de ce renfort sera d’aider tous les services nécessitant une désinfection de locaux dans le cadre de l’opération résilience. Enfin, l’officier nous apprend l’arrivée récente de deux sections du bataillon de chasseurs alpins (BCA) soit environ 80 militaires qui sont depuis un peu plus d’une semaine affectés aux patrouilles nocturnes. Les effectifs du DLEM sont fortement sollicités en cette période de crise sanitaire, et les spécialistes de l’armée sont un renfort précieux. « On effectue des patrouilles de nuit et des missions de surveillance des frontière en appui des forces de sécurité intérieure, on apporte aussi un renfort logistique à l’hôpital » détaille le commandant du DLEM.

Y.D.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here