31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEconomieMarché des transports scolaires : Mahamoud Azihary saisit le procureur

Marché des transports scolaires : Mahamoud Azihary saisit le procureur

Par ce nouveau recours, Mahamoud Azihary, s'insurge contre un nouveau report de la passation du marché de transports scolaires. Il reproche au conseil départemental de faire le jeu de la société Matis (Groupe réunionnais Mooland), en jouant la montre.

En février 2015, le tribunal administratif avait cassé le marché du transport scolaire dans son périmètre, invoquant qu’il n’était pas assez alloti. Il s’agissait de faire de la place aux petits transporteurs. Parmi les cinq lots, dont quatre sur Grande Terre, la gestion était de manière assez logique attribuée à Matis, qui en avait l’expérience et histoire que chacun se fasse la main ensuite. Le lot 2 est attribué à Matis et à 6 petits transporteurs, sous le groupement « Ouvoimoja ».

Lors de la passation d’un nouveau marché, qui avoisine les 30 millions d’euros par an, le 25 juin 2018, le conseil départemental sépare le lot « gestion », des autres portant sur le transport. Matis comprend le message, le transmet à ses salariés qui, inquiets pour leur emploi, manifestent leur mécontentement par des blocages. La date de la rentrée d’août 2018 approchant, le Département prolongeait le marché en l’état par plusieurs avenants. Ce n’était que le début…

Depuis, les tensions se sont avivées entre cinq des transporteurs membre de Ouvoimoja et Matis, les premiers ayant assigné le second en justice. Ils lui reprochent,  par la voix de Mahamoud Azihary, de conserver les compensations des charges indirectes et les marges, « ils n’ont perçu que 10,7% des rémunérations totales ! », avait-il accusé. De son côté, Matis clame la transparence dans son partenariat avec les transporteurs.

8 questions au procureur

Le convoité marché du transport scolaire

Il n’y a rien qui ressemble plus à une rentrée scolaire qu’une autre au royaume des appels d’offres du transport scolaires, puisque à l’approche de la rentrée scolaire de 2019, le Conseil Départemental prenait de nouveau un avenant pour prolonger le marché actuel jusqu’en juillet 2020. Attaqué par le nouveau groupement « Ouvoimoja Transports » (5 des transporteurs, sans Matis), sous le prétexte qu’il maintient la prérogative de gestionnaire de Matis en l’état. « Toute la manœuvre est faite pour réduire à néant les concurrents locaux. » Il était jugé irrecevable par le Tribunal administratif.

Nouveau recours en justice cette fois, qui porte sur une déclaration de Carla Baltus, présidente de Carla Mayotte Baltus Transport (CMBT), indiquant qu’un nouvel appel offre pour une assistance à maîtrise d’ouvrage, est lancé par le Département, repoussant aux calendes grecques la mise en place d’un nouveau marché. « Pourquoi l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO), nommée depuis avril 2017, n’est pas arrivée à monter correctement un marché dans les délais normaux connus ailleurs ? », c’est une des 8 questions posées par Mahamoud Azihary qui saisit sur ces bases le procureur de la République.

(Lire Signalement portant sur le marché des transports scolaires)

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

  1. Reste à savoir si l’avenant même prolongeant la durée d’exécution du marché jusqu’en juillet 2020 est légal ou pas ? Modification substantielle du marché ? Quelles sont les circonstances exceptionnelles et imprévisibles qui justifieraient cette prolongation ?? 🤓

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.