Jeux des îles, la délégation mahoraise s’envole pour Maurice

C'est parti. La délégation mahoraise prend son envol pour Maurice où les athlètes disputeront la semaine prochaines les jeux des îles de l'Océan Indien.

40
1232
Les athlètes des jeux de l'océan indien 2019 posaient le 22 juin dernier avec les tenues tricolores fournies par le conseil départemental (DR)

“Du 19 au 28 juillet les 10ème JIOI vont se dérouler à l’île Maurice et la délégation de Mayotte est prête.

Neuf disciplines – dont 8 sportives – sur 15 seront représentées par notre île à Maurice : basket, foot, volley, rugby à 7, judo, tennis de table, cyclisme, athlétisme et jeunesse. Même si les préparations se poursuivent, voir même s’intensifient pour certains, nos athlètes sont maintenant parés pour relever le défi qui les attend.

Une partie de la délégation est déjà sur place, à Maurice, afin de préparer l’arrivée des athlètes et de leur encadrement. Transports, hébergements, repas, équipements, entrainements, tout a été pensé pour que tout se passe au mieux, dans une ambiance conviviale et sportive. Le reste de la délégation décollera ce mercredi 17 juillet, pour une cérémonie d’ouverture le vendredi 19 juillet, mais surtout un premier match de foot le jeudi 18 juillet après-midi.

Pour cette 10ème édition, la délégation sera conduite par Mohamed Tostao Ahmada, chef de délégation et Nadhirou Moussa Youssouf, chef de mission ; sous la responsabilité́ des membres du CIJ : Madi Vita, Mohamed Boinariziki et Issouf Mouhamadi. Pour gérer la santé et la forme des athlètes, une équipe médicale composée de deux médecins, un préparateur physique, trois kinésithérapeutes et deux ostéopathes, sera présente, sous la direction du médecin responsable de Mayotte, le Dc Ludovic Iche.

Au-delà̀ des épreuves et du souhait du CROS de remporter un maximum de médailles et d’accrocher au minimum, une 5ème place devant les Maldives et les Comores, le Comité́ Régional Olympique et Sportif souhaite avant tout créer un véritable élan populaire autour des JIOI. Et dans la perspective d’être l’hôte des JIOI en 2027, Mayotte se doit d’être derrière ses athlètes, de les soutenir et de vibrer avec eux.

Ainsi, depuis le 23 mai, vous pouvez vous rendre sur la page mayottejioi2019 pour tout savoir sur les prochains JIOI et apportez votre soutien à nos athlètes. Et dès le 18 juillet, le CROS sera en direct de Maurice pour vous faire vivre les Jeux de l’intérieur. Tout Mayotte derrière nos sportifs, c’est aussi l’occasion de prouver notre attachement aux valeurs du sport et de l’olympisme.”

40 Commentaires

  1. Leur envol pour l’île Maurice, certes, mais ne pas omettre l’interdiction totale de hisser le drapeau français, ni de chanter la marseillaise. S’ils y tiennent vraiment, ils n’ont qu’à chanter l’hymne comorien et hisser le drapeau comorien bien mérité. Je souhaite à ces comoriens mahorais une bonne chance. On se calme pour les plus récalcitrants, pas la peine de vous mettre dans tous vos états, ce n’est qu’un simple rappel à l’ordre. J’en connais beaucoup qui vont avoir des symptômes d’allergie causés par mon présent commentaire véridique. Une chose est sûre, je me suis immunisé contre les injures à répétition des comoriens mahorais. Je comprends leur colère, mais je ne partage pas leurs idées.

    • Bourrat Mtokof Mawouli ! Avec tes fautes d’orthographe, je comprends que tu n’aies pas pu faire des études convenables, ce n’est toujours pas de ta faute. Et dire que tu es un français ! Et puis quoi encore ? Mauvaise herbe croit toujours.

    • Bourrat mtokof Mawouli ! Drôle de nom tout de même ! Bon alors, tu prétends être français, les fautes d’orthographe sont inadmissibles. Tu penses vraiment que je vous fais un lavage de cerveau ? Erreur ! Un lavage de cerveau se fait à des gens qui ont des capacités de compréhension, et certainement pas à toi, car si on mettait tous les professeurs du monde à t’expliquer durant des années entières, ça serait impossible et impensable, tout simplement pour la simple raison que tu n’as pas les neurones qu’il faut pour comprendre. Je suis désolé mon grand. Et je tiens à te faire une piqure de rappel que Mayotte est comorienne et le restera à jamais. Que ça te plaise ou pas, j’en ai rien à foutre.

    • Ben wa Coustoum ! Déjà ton nom parle de lui même. Bon bref ! Passons : tu me parles de drapeau français ! Et puis quoi encore ? Non mais est-ce que tu t’es déjà regardée ? Toi française ? Franchement c’est le monde à l’envers. Si comme tu le prétends, tu es française, dois-je t’appeler blanche neige ou bien alors blanche noire ?

    • Roots Mdzo ! Drôle de nom tout de même. Bref, passons ! Tu disais que votre combat est aussi le nôtre ? Ça alors ? Et depuis quand ? Non mais tu rigoles ou quoi ? Vous avez pris notre île Mayotte en otage, et maintenant tu as le culot de me dire que vous menez un combat pour nous. Non mais sans déconner, tu exagères, je dirais plutôt que tu as largement et suffisamment dépassé la ligne rouge : vous menez un combat pour nous alors que vous malmenez les comoriens résidant à Mayotte au quotidien ! Voir même brûler leurs maison, les traiter de moins que rien. C’est ça que tu appelles un combat pour nous également ? Franchement là tu charies trop mon grand, alors trêve d’hypocrisie car je ne suis pas du genre à avaler ton discours plein de sournoiserie.

  2. Aux donneurs de leçons, vous feriez mieux de vous acharner sur les 30 parasites du Conseil Départemental qui s’incrustent dans la délégation à nos frais plutôt que sur des sportifs qui n’ont aucun pouvoir et veulent juste pratiquer leur activité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here