Grève en cours au CHM

CGT et CFDT étaient main dans la main hier pour le lancement d'une grève au CHM. Tickets restaurant, primes d'activité et sous-effectifs sont au menu des principales revendications.

2
688
Anli Rogotard de la CFDT fait un point avec d'autres syndicalistes à l'entrée du CHM

Le mouvement n’est pas une surprise selon les syndicats. « On a déposé un préavis dans les délais » assure Ahamada Dayanou, secrétaire général de la CFDT santé-sociaux. « Il devait y avoir des discussions préalables avec des points plus importants que d’autres, or deux points bloquent, c’est ce qui fait que nous sommes là » explique-t-il depuis le portail de l’hôpital à Mamoudzou.
Le premier point de blocage selon lui, ce sont les tickets restaurant, obtenus en avril dernier. « On a constaté des problèmes d’équité sur leur distribution » note le syndicaliste. Selon lui, les agents qui font des gardes, principalement les soignants donc, peuvent n’avoir que 6 ou 8 tickets par mois contre 21 pour leurs collègues des services administratifs. En cause, une répartition horaire qui les amène à des journées plus longues (les gardes peuvent durer 24 heures consécutives), avec du coup moins de jours ouvrés chaque mois, et donc moins de tickets restaurant. Une injustice pour les représentants du personnel. « Il y a des possibilités de faire plus équitable tout en restant dans la légalité » assure le représentant CFDT.

150 grévistes recencés 

L’autre point, c’est la surrémunération. « On a écrit à ce sujet un mail à la direction. Les années précédentes, une prime de sur activité nous était octroyée, on craint qu’elle soit supprimée » poursuit-il.

Les grilles fermées du CHM le 9 juillet 2019

Cette prime vise à pallier le manque d’effectifs, la charge de travail plus importante est ainsi compensée par une prime de 800€ par an. « Aujourd’hui on se rend compte qu’on est toujours en sous-effectifs, complète son collègue de la CGT Amed Hatubi-Roger .Des agents font le travail de 50 personnes alors qu’ils ne sont que 25. On a donc demandé à la direction d’établir un état des lieux de chaque service, la directrice a établi un planning qui nous convient ». Le but étant de diagnostiquer les postes à pourvoir. Par exemple « dans le transport sanitaire, on a 8 agents qui sont inaptes à la conduite pour raison de santé, mais qui sont comptés comme ambulanciers, on a besoin qu’ils soient remplacés ».

Environ 150 grévistes étaient recensés par les syndicats mardi midi. Des ambulanciers se sont aussi dits grévistes mais réquisitionnés.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here