Notre-Dame de Paris, une flèche en plein cœur

Un incendie, a priori accidentel, s'est déclaré hier dans les combles de Notre Dame de Paris. Le feu a ravagé la toiture, la flèche s'est effondrée et le ministre de l'Intérieur a dû écourter son séjour à Mayotte. Ce matin a comme un air de gueule de bois pour des millions de visiteurs, croyants ou non.

2
344
Notre Dame Paris
Sidération. Choc. Tristesse.
En voyant hier soir d’effondrer la flèche de la cathédrale Notre Dame de Paris, ravagée par un incendie qui s’est déclenché en fin d’après-midi, un sentiment d’effroi et d’impuissance. Le sentiment profond d’un avant, et d’un après. La perception intime de la fin d’une ère.
Notre-Dame de Paris, c’était plus de 800 ans d’histoire, auxquels ils faut rajouter plus d’un siècle de travaux, de génie architectural, avec les moyens qui étaient ceux du Moyen-Âge.
Notre-Dame de Paris, ce sont des millions de visiteurs chaque année, c’est le premier monument visité d’Europe, mais ce sont  aussi des centaines d’artistes inspirés au fil des siècles. Pour les plus jeunes, Notre-Dame de Paris aura été une comédie musicale avant d’être une visite. Pour ceux qui ont eu la chance d’y aller plusieurs fois, c’est un cheminement de pensée. Qui n’a pas ressenti l’ennui de l’enfant dépassé par la grandeur de la visite imposée par ses parents ? Avant de réaliser, plus grand, l’immensité du lieux, la force de son histoire. D’imaginer toute cette Histoire de France pour laquelle les cloches mythiques du monument ont résonné dans la ville.
Que ce soit pour Victor Hugo ou pour Garou, que ce soit l’ennui d’une première visite trop jeune, ou la fascination d’un regard incapable de se poser partout à la fois. Que ce soit un morceau de paysage arraché aux Parisiens ou un morceau de leur vie arraché à tous les visiteurs de la cathédrale, élevée au rang de basilique. Qu’importent les raisons, la flèche qui s’est écroulé au cœur du monument a été une flèche en plein cœur pour bien des gens, Parisiens ou visiteurs, croyants ou non.
Attendu à Paris, le ministre de l’Intérieur a quitté précipitamment Mayotte dans la nuit

Cela méritait bien un vol spécial pour Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, en charge des forces de sécurité et du Culte, qui a brutalement interrompu son déplacement à Mayotte vers deux heures du matin pour être dans la capitale dans le courant de la matinée.
La seule bonne nouvelle, c’est que les pompiers de Paris, après une nuit de lutte acharnée, ont réussi à sauver la structure de l’édifice, qui pourra donc être reconstruit, et les promesses de dons affluent déjà.
Ce mardi, commence un deuil difficile aux allures de gueule de bois. Un deuil pour lequel Notre-Dame, qui a sonné pour la mort de De Gaulle ou de Pompidou entre autres, ne sonnera pas.

2 Commentaires

  1. Franchement, ça servait à quoi qu’il affrète un avion spécial pour rentrer en catastrophe alors que l’incendie était déjà terminé ? Je crois surtout que ça lui a fait un bon prétexte pour fuir Mayotte…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here