Rétrospective 2018 [2/2] : Le JDM vous souhaite une bonne année 2019 !

Le JDM vous souhaite une excellente année 2019 en revenant, mois par mois, sur les événements qui ont marqué 2018. La liste n'est bien sûr pas exhaustive.

0
510
Le port de la discorde

La première partie est à retrouver ici.

Juillet

Nathalie Costantini attentive aux discours-bilans de son action

Après 4 ans de service, Nathalie Costantini quitte ses fonctions de vice-recteur de Mayotte, l’occasion de revenir sur les dossiers et événements auxquels elle fut confrontée.

Son successeur, Stephan Martens, entré en fonction pour la rentrée 2018, a pour mission  de transformer le vice-rectorat en rectorat de plein exercice.

Août

Le B787-8 ‘Dreamliner » d’Air Austral

Air Austral est l’entreprise que l’on aime ne pas aimer à Mayotte : discrimination à l’égard des résidents mahorais, tarif des billets, irrégularités et temps de vol à rallonge vers la métropole … En août, une escadrille de problèmes plombe le ciel mahorais. La compagnie réunionnaise doit suspendre sa ligne directe mais continue d’assurer la desserte de Mayotte. Les avions opérant le vol sans escale reprendront du service quelques semaines plus tard.

Dans le même temps son concurrent épisodique, Corsair,  jette l’éponge pour, dit-il mieux revenir. La perte de ses droits de trafic entre La Réunion et Madagascar scelle définitivement l’avenir de la compagnie sur le tarmac pamandzien.

Si Air Austral concentre les critiques, elle est aussi la seule compagnie à desservir Mayotte en continu.

Mais évoquer la desserte aérienne à  Mayotte sans parler de piste longue, c’est comme le dugong à Mayotte, on en entend parler mais on ne l’a jamais vu. Les travaux ne sont toujours pas d’actualité.

Septembre

Miss Salouva, Miss Prestige et Miss Mayotte

Concours de Miss Mayotte, de Miss prestige, de Miss Salouva… les concours de beauté se multiplient dans le département et crée des tensions. Sylvie Tellier, Miss France 2002 et directrice générale de la société Miss France a dû se faire entendre pour calmer les esprits.

Le sujet n’est pas si anecdotique, car derrière ces querelles se cache l’enjeu de la représentation de la femme mahoraise, a fortiori de Mayotte. C’est d’ailleurs l’article que vous avez le plus lu en septembre.

Octobre

La ville de Mutsamudu à Anjouan

L’instabilité politique et les décisions prises par le voisin comorien ont émaillé l’année 2018 à Mayotte. En octobre des forces armées se rebellent à Anjouan.

Le 21 mars 2018, le Gombessa reconduisant par voie maritime les Comoriens expulsés de Mayotte, était refusés par Moroni, ouvrant à des mesures de rétorsion de la part de l’État français et de collectifs à Mayotte. Durant plusieurs semaines le bureau des étrangers est à l’arrêt, source de vives tensions et de création travailleurs sans-papiers.

Les Comores ont finalement accepté la reprise des reconduites à la frontière ne novembre dernier.

Novembre

La victime (au centre) recevra  80 000€ pour son préjudice

Le 30 juillet 2018 une jeune femme perd sa jambe sur le boulevard des crabes, suite à une collision avec un véhicule. Entre mauvais état des routes, alcool au volant, soupçon de délit de fuite du conducteur, ce fait divers aura beaucoup fait parler de lui, nourrissant les plus folles rumeurs

En novembre 2018 se tient le procès  du chauffeur à l’origine de l’accident. Le légionnaire sera finalement condamné pour alcool au volant mais relaxé pour l’accident.

Décembre

Les containers de la colère

C’est le feuilleton des dernières années : le port de Longoni. Qui fait quoi ? Qui a le droit de faire quoi ? Comment et où faire quoi ?
En cette fin d’année, nous n’avons toujours pas la réponse, mais la justice vient, entre Noël et le Jour de l’an, de pousser un peu plus la SMART, l’opérateur historique du port vers la sortie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here