24.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
AccueilorangeEnquête de santé, un couac de communication complique le travail des infirmiers

Enquête de santé, un couac de communication complique le travail des infirmiers

Santé Publique France mène une vaste enquête de santé à Mayotte. C'est une première. Mais le manque de communication en amont a généré des peurs parmi la population et les refus de prélèvement se multiplient.

Lorsque l’on frappe à notre porte, on aime généralement bien savoir pourquoi. Surtout si la personne vient nous demander des informations aussi personnelles que celles liées à la santé. Depuis une paire de semaines, Santé Publique France, organisme public, mène à Mayotte une enquête inédite auprès de la population, basée sur des questionnaires et des prélèvements.
Mais des inquiétudes dans la population freinent ce travail de longue haleine. En cause, un manque de communication en amont.
“Santé Publique France prend en charge la communication, explique Eric Roussel, infirmier libéral et responsable à Mayotte de l’URPS, l’union régionale des professionnels de santé, qui chapeaute l’action des infirmiers dans cette enquête. Or, il a été décidé au niveau de l’URPS d’attendre le communiqué de Santé Publique France pour communiquer à notre tour. Santé Publique France de son côté, voulait attendre que l’enquête ait débuté pour communiquer.”
Rapidement, l’infirmier a perçu les conséquences que cela pourrait avoir.
“Nous, infirmiers libéraux, sommes très impliqués dans ce qui se passe au niveau de nos partenaires car on est directement impactés au niveau de l’accueil, de l’acceptation et du consentement préalablement recueilli”.
Pour rappel, l’enquête se déroule en deux temps, d’abord un enquêteur passe au domicile remplir un questionnaire et recueillir le consentement de la personne pour un examen médical, puis quelques jours après, des infirmiers viennent effectuer un prélèvement sanguin, ainsi qu’un prélèvement vaginal ou urinaire, que le patient effectue lui-même.
Mais tout ne se passe pas toujours aussi simplement.
Il y a quelques jours, une dame appelait inquiète nos confrères de Mayotte Première pendant la matinale, protestant contre une demande de prélèvement sanguin effectuée à son domicile par des inconnus. En l’absence de plus d’informations, le journaliste au bout du fil lui a naturellement conseillé de refuser, avant de recevoir des explications du coordinateur de l’enquête. Mais le mal était fait.

Une hausse des refus

Nadèche Dopffer et Florence Sangare, deux des infirmières qui passent à domicile, expliquent leur démarche

“Depuis l’annonce à la radio, on a une augmentation notable des refus. La première semaine on a eu un seul refus pour 40 visites. La deuxième semaine, c’était une dizaine de refus” déplore Florence Sangare, infirmière elle aussi, et coordinatrice de l’enquête terrain.
Difficile pour ces infirmiers de comprendre ce couac. “Est-ce que l’information préalable n’a pas été claire ? L’enquêteur donne toutes les informations de consentement avec le questionnaire qui dure 30 à 45 minutes, y a-t-il eu confusion dans le flux d’informations ? En tout cas l’URPS et les infirmiers regrettent ce qui s’est passé,  cette inquiétude par manque d’information” poursuit Eric Roussel.
D’autant qu’au début tout se passait bien. “On a fait une enquête de terrain en août, illustre Florence Sangare, avec tout le matériel, on est bien identifiés, les gens savent pourquoi on est là, on rentre et on leur explique comment on procède, les mesures, la tension, le prélèvement sanguin puis le prélèvement vaginal ou urinaire. Là c’est de l’autoprélèvement, on leur explique comment procéder eux-même.”
Suite à cela, les résultats de chacun, recueillis de manière anonymes avec un système de code barre, peuvent être récupérés auprès de son médecin ou d’un dispensaire.

Eric Roussel et Florence Sangare font partie des quelque 80 infirmiers libéraux qui participent à l’action, soit presque la moitié des infirmiers libéraux de Mayotte.

“Pour la majorité des gens, on a un bon accueil, constate l’infirmière, globalement au départ les gens étaient contents d’avoir un bilan de santé gratuitement. Mais après cet incident, il y a eu plus de réticence pour le prélèvement sanguin et l’autoprélèvement.”
Si cette étude est importante, et que la participation du plus grand nombre est d’intérêt public, il est toutefois précisé sans ambiguïté que le consentement donné aux enquêteurs peut toujours être révoqué d’un simple “non” aux infirmiers. “Les gens ont le droit de revenir sur leur consentement, il suffit de dire non à l’infirmier, il n’y a aucune obligation” poursuit-elle. “Il aurait fallu communiquer à la télé et à la radio comme pour la campagne de vaccination, ça aurait été plus simple et ça aurait fait moins peur. Si les gens ne savent pas ce qu’on va faire, ça crée une appréhension. Il y aurait  moins de refus si les gens comprenaient les tenants et les aboutissants de la chose” conclut-elle.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

COVID, ARS, MAYOTTE, OMICRON

Covid : baisse des indicateurs à Mayotte, des nouveaux Omicron suspectés...

0
Le territoire continue à être épargné par l'épidémie qui affole la métropole et les autres DOM. Le taux d'incidence descend à 21,8 cas pour...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan