24.9 C
Dzaoudzi
lundi 29 novembre 2021
AccueiljusticeAmnesty dénonce un recours inquiétant à la détention provisoire à Madagascar

Amnesty dénonce un recours inquiétant à la détention provisoire à Madagascar

Dans un rapport que vient de publier Amnesty International, l'ONG dénonce le recours systématique à la détention provisoire sur la Grande Île. Une pratique qui a pour conséquence de rendre les condamnés minoritaires dans les prisons.

“Punis parce qu’ils sont pauvres”. Le rapport qu’Amnesty International vient de rendre public n’y va pas de main morte avec le système judiciaire de nos voisins malgaches. Selon une vaste enquête de l’ONG, le pays aurait recours de manière systématique à la détention provisoire pour plusieurs crimes et délits. A tel point que les condamnés sont désormais moins nombreux que les détenus en attente de jugement.
“L’attente de ces détenus peut durer des années, peut-on lire dans le rapport qui fait plus de 120 pages. Cette pratique a abouti à une situation insolite, à savoir que les détenus des établissements pénitentiaires malgaches sont plus nombreux à ne pas avoir été condamnés qu’à avoir été jugés coupables. Le recours injustifié, excessif et prolongé à la détention préventive arbitraire à Madagascar est à l’origine d’un large éventail de violations des droits humains.” Selon Amnesty cette pratique “a des répercussions catastrophiques sur l’efficacité du fonctionnement de la chaîne pénale”.
Pourtant, comme en France, la loi malgache prévoit que la détention provisoire doit rester exceptionnelle. Pourtant “en octobre 2017, plus de la moitié (55 %) de la population carcérale n’avait pas encore été jugée” note Amnesty qui dénonce en outre des conditions de détention qui “sont misérables et s’apparentent clairement à une forme de peine ou traitement cruel, inhumain ou dégradant “. D’autant que cela “gaspille les ressources
publiques et met en péril la santé et les droits des détenus, de leurs familles et de leur entourage” pointe le rapport. De nombreux cas de malnutrition des détenus ont été constatés, faute de moyens pour nourrir tout le monde dans les prisons.
Les détenus en détention provisoire sont presque exclusivement des hommes adultes (91%) mais des femmes, notamment enceintes, et des mineurs, sont aussi concernés.
Les faits qui leurs sont reprochés sont eux-aussi variés. Si l’on retrouve sans surprise des crimes tels que le meurtre, ou des délits particulièrement sensibles à Madagascar, comme le vol de bétail, des “infractions mineures et non violentes” sont aussi invoquées pour des détentions provisoire. L’ONG a répertorié des détenus en attente de jugement pour des vols de volaille, de téléphone portable ou pour des falsifications de documents administratifs.

Des enfants en prison

L’ONG a réalisé une enquête de terrain lors de laquelle des magistrats ont reconnu ces pratiques. Celle-ci a aussi révélé que “la majorité des personnes en détention préventive qui ont répondu au sondage d’Amnesty International étaient pauvres, issues du milieu rural, n’avaient pas été scolarisées de manière classique et connaissaient mal leurs droits. ” La détention provisoire dure parfois jusqu’à trois ans.

Amnesty a pu constater la présence d’enfants qui grandissent en prison aux côtés de leur mère incarcérée

Outre la détention provisoire des suspects, Amnesty déplore le maintien en détention de leurs proches, notamment des enfants incarcérés avec leur mère, parfois nés en détention.
Contacté par Amnesty, le ministre de la Justice malgache a répondu en reconnaissant “des problèmes liés à la surpopulation carcérale” et invoque “la croissance démographique et l’augmentation du taux de criminalité”. Dans son courrier, il affirme que des mesures sont prises pour lutter contre cette surpopulation, et que le budget de l’administration pénitentiaire est “en augmentation constante”.
Pour Amnesty, “La corruption et le sous-financement ont mené le système au bord du gouffre. Il est temps que les autorités malgaches réforment les appareils judiciaire et
carcéral du pays. Amnesty International recommande que la police et les tribunaux cessent d’envoyer aveuglément des personnes en prison en attendant leur jugement et fassent usage des solutions de substitution prévues par la loi. Les autorités doivent réduire la grave surpopulation carcérale et respecter les droits humains de la population à Madagascar.”

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

MAIRIE DE BANDRABOUA

0
Directive 2014/25/UE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM ET ADRESSES Mairie de Bandraboua, BP48 - 238, rue de l’Hôtel de Ville , 97650, Bandraboua, Courriel : soibirdine.hachime@mairie-bandraboua.fr,...

VILLE DE MAMOUDZOU (976)

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan