Entre contraintes et liberté, préservons les baleines en cette année faste

Nager avec les baleines dans un lagon hyper protégé, c’est un des grands atouts de Mayotte. Et cette année, les baleines sont nombreuses à Mayotte : mâles adultes, mères et baleineaux. Pour le préserver, le Parc Naturel Marin avait rédigé une Charte, qui sous ses aspects contraignants, peut servir la cause de tous.

0
468

La liste des préconisations listées par le Parc Naturel Marin s’allonge d’année en année. Mais avec un côté plus conciliant et didactique qui atteindra peut-être son public cette fois. Le côté moralisateur de la Charte d’observation des baleines avait en effet du mal à passer, surtout quand il y a quelques années, un équipage resté à bord de son voilier en navigation, sans moteur, s’était fait remonter les bretelles par un opérateur arrivant à fond avec son semi-rigide en pleine approche post méridienne des mammifères quand la Charte l’interdisait…

Casse-pied la Charte, mais son observation va conditionner la liberté que nous avons à Mayotte d’observer encore ces baleines à bosse venues mettre bas dans le lagon pour sa tranquillité, et surtout, sans législation contraignante comme le souligne un article récent paru dans le Quotidien de La Réunion. Stéphanie Sorby, étudiante à l’université de La Réunion et membre de l’Institut de Recherche, travaille sur la protection juridique des baleines à bosse dans la région. Elle y rapporte de nombreux abus cette année de la part des professionnels et des usagers de la mer, une baleine avait notamment défendue son baleineau en donnant plusieurs coups de nageoire en direction de nageurs.

« C’est culturel, la mise à l’eau »

Festival de sauts dans le lagon (Crédits photos JDM, tous droits réservés)

Mais elle se dit réfractaire à l’interdiction de mise à l’eau, « je ne suis pas sure que ça soit une bonne idée pour la simple et bonne raison qu’à La Réunion, c’est culturel maintenant de se mettre à l’eau avec les baleines. » A Mayotte aussi, et avec beaucoup moins d’opérateurs en approche.

Le gouvernement plancherait pourtant sur une réglementation sévère afin d’interdire la mise à l’eau autour des mammifères. Les deux îles de l’océan indien auraient beaucoup à perdre, alors plongeons-nous dans les recommandations du Parc Naturel Marin :

– Je prends le temps d’observer à distance pour comprendre le comportement des animaux avant toute initiative
– J’évite d’approcher les animaux vulnérables comme les couples mère-baleineau ou les groupes de dauphins avec petits
– Je limite le nombre d’approches sur un même groupe d’animaux
– J’abandonne l’observation si je constate un changement de comportement des animaux
– Je n’approche pas de baleine après 14h pour leur permettre d’avoir un peu de calme et de quiétude
– Je m’arrête à 100 m des animaux et je leur laisse le choix de venir à moi !
– Je ne fais pas de mise à l’eau avec les animaux car je les dérangerais à coup sûr
– Je n’entre pas dans la zone des 300 m autour de ces animaux si un autre bateau est en observation et je limite l’observation à 30 minutes.
– Je privilégie des sorties encadrées, de préférence avec un professionnel labellisé High Quality Whale Watching ®

Lire le communiqué CP – Charte approche PNM du PNM autour de la Charte « Observation des mammifères marins : il faut lever le pied ! »

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here