« Prés de 10.000 jeunes sont passés par le SMA en 30 ans »

Les lettres de l'alphabet, le Service Militaire Adapté de Mayotte les a égrainées d’une drôle de manière : D, G, B puis R. Elles ont évolué avec la taille de ce dispositif d’insertion professionnel qui place les jeunes sous les drapeaux pendant une année. Le RSMA fêtait ses 30 ans en commémorant les combats de Bazeilles ce vendredi.

0
524
Le tableau du RSMA 2018 cloturait l'histoire du SMA de Combani

Le Service Militaire adapté de Mayotte a revu son histoire défiler en tableaux ce vendredi soir : 30 ans de présence à Mayotte qui ont vu l’effectif littéralement exploser depuis son implantation sur les vestiges de l’usine sucrière de la Bambao à Combani. C’était en 1987 et un an après, se constituait la première unité qui allait donner naissance au Détachement du Service Militaire Adapté (DSMA) en 1991, formant quelques jeunes mahorais à l’agriculture et au maraîchage.

Lorsque le président Jacques Chirac suspend le service militaire obligatoire en 1996, le DSMA est renforcé, développe des formations en aquaculture et culture de la vanille. L’effectif est de 120 personnes, il perd son D pour devenir Groupement (GSMA). Parmi ses chefs de corps, le lieutenant-colonel Philippe Rech aura marqué son empreinte et recevra notamment en 2010 le président Sarkozy.

Sur le site de l’ancienne usine sucrière de la Bambao

Auparavant, en 2001, le GSMA reçoit la garde du drapeau du 4ème Régiment d’Infanterie de Marine, qui s’était illustré lors de la campagne de Crimée, en 1855, lors du siège de Sébastopol.

En 2011, Mayotte devient département, la montée en compétence se poursuit. A la suite des manifestations de Guadeloupe qui avaient donné lieu aux Etats généraux de l’Outre-mer, les pouvoirs publics se mobilisent pour que l’effectif de jeunes qui intègrent le Service Militaire Adapté (SMA) soit doublé. Ils passeront en France de 3.000 jeunes ultramarins à 6 000 jeunes formés par an en 2014. Le général Dominique Artur, commandant le SMA, de passage à Mayotte en avril 2011, venait annoncer ce doublement des effectifs au lieutenant-colonel Yannick Sellier qui commandait le groupement.

Sur les traces des combats de Bazeilles

Reconstitution des combats du 4ème RIMA

Accueillant prés de 600 volontaires dans plus d’une dizaine de filières le 1er juillet 2013, il devient le Bataillon du Service Militaire Adapté (BSMA). « Le savoir être et le savoir faire » sont les règles de vie, le tout sous une discipline militaire. Les partenariats avec les entreprises sont la garantie de débouchés pour un taux d’insertion en emploi et en formation, de 80%.

En mars 2014, 22 jeunes BSMA de Mayotte se rendent sur un haut-lieu de la Première bataille de la Marne, là où les soldats allemands ont été stoppés en septembre 1914, le village de Mondement, puis à Bazeilles, symbole des combats des troupes de marines en 1870 et où se trouve la Maison de la dernière cartouche. Ils sont guidés par le chef de corps de l’époque et originaire de la région, le lieutenant-colonel Stéphane Guillaume-Barry.

Le 3 juillet 2018, le B est à son tour abandonné au profit du R, transformant la structure en RSMA, Régiment du Service Militaire Adapté (RSMA).

On se souviendra aussi de 2018 comme de l’année où le RSMA aura défilé sur les champs Elysées à l’occasion du 14 juillet.

Deux décorations

Remises de décorations à Véronique Martine et à Gwenn Jeffroy

Ce retour historique s’est conclu ce vendredi soir par un court film de commémoration annuelle de la bataille de Bazeilles, village prés de Sedan où les soldats des troupes de marine ont combattu à un contre dix bavarois, « jusqu’à la dernière cartouche » les 31 août et le 1er septembre 1870.

Au cours de la cérémonie, deux décorations ont été remises : Véronique Martine, Directrice adjointe de la Direction du Travail (Dieccte), pour ses actions à Mayotte en particulier lors de l’application du code du Travail, a reçu la médaille de l’Ordre national du Mérite, et le commandant Gwenn Jeffroy, la médaille de la Protection Militaire du territoire, agrafe Harpie, pour sa participation à la lutte contre l’orpaillage illégale en Guyane.

Le lieutenant-colonel Frédéric Jardin, nouveau chef de corps du Régiment

Le lieutenant-colonel Jardin, qui commande depuis juillet le RSMA, revenait sur ses 30 années, « au cours desquelles 8.000 à 10.000 jeunes sont passés », qui sont la mémoire de l’institution, « il faut créer l’amicale des anciens du SMA, quelqu’un doit en prendre les rênes », indiquait-il à l’adresse d’un ancien jeune qui avait intégré le dispositif en 1990, Harouna Attoumani, actuel 1er vice-président du Comité Départemental du Tourisme.

Avant qu’un léger buffet “aéré” soit proposé aux invités tard dans la nuit, deux spectacles de hip-hop étaient proposés, menés par Insultant crew, et le crew de Combani, qui ont enchainé les figures, ambiance garantie !!

Spectacle de hip hop rythmé

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here