Loi Asile-Immigration : Les amendements de Kamardine ne passent pas

Faire passer des dérogations pour Mayotte en matière d’asile et d’immigration, c’était l’objectif du député Mansour Kamardine. Il n'a pas été écouté lors de l'adoption de la loi par l'Assemblée nationale.

0
1865
Le député Mansour Kamardine a interpellé le ministre des Affaires étrangères

Mansour Kamardine avait obtenu en réponse à une de ses interpellations à l’Assemblée nationale, l’assurance par le ministre de l’Intérieur que « des éléments de réponse » seraient donnés. Ce que nous avions trouvé un peu léger, étant donné la déclaration de Gérard Collomb, « S’il y a bien un lieu où l’on peut voir ce qu’il pourrait arriver de meilleur et de pire, c’est votre île. Si on est incapable d’apporter des solutions à l’immigration irrégulière, alors naît la violence, les fractures, c’est aujourd’hui ce qui se passe à Mayotte. »

Le député avait déposé plusieurs amendements « cosignés sur différents bancs, y compris pour certains par des députés de la majorité LREM et Modem », portant sur « la mise en œuvre du droit d’adaptation, d’expérimentation et de prendre des mesures temporaires d’aménagement du droit de la nationalité et du regroupement familial », qu’il voyait comme « des solutions particulières à une situation singulière ».

Une récupération inévitable

Pas de débat sur une suspension temporaire du droit du sol donc, le député fustige « un prisme strictement idéologique », « le ‘nouveau monde’ n’est que celui du retour au sectarisme. L’idéologie aura eu raison du pragmatisme. Mayotte aura de nouveau été sacrifié sur l’hôtel de la ‘bien pensance’ », alors que des annonces avaient été faites par les plus hautes autorités de l’Etat, qui avaient « affirmé publiquement qu’en ce qui concerne Mayotte et la Guyane, ‘il n’y aurait aucun tabou’ pour trouver des solutions et que ‘tout serait sur la table’ ».

Comme nous l’avons toujours écrit, la récupération à des fins politique de la situation Mahoraise, notamment pas le FN, ne sert pas le débat. Son instrumentalisation n’aura fait que braquer le gouvernement contre un débat pourtant indispensable localement.
L’Assemblée a adopté, dimanche soir à 23 h, le projet de loi «pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie» par 228 voix pour, 139 voix contre et 24 abstentions.

Le projet de loi va atterrir au Sénat, où des amendements pourraient être également présentés.

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com