Les échos de la crise mahoraise, de Gérard Collomb à Edouard Philippe

2
169
Le premier ministre Edouard Philippe donnait ce lundi les nouvelles mesures dérogatoires (Photo d'archive)
Edouard Philippe en direct depuis sa page Facebook
Edouard Philippe en direct depuis sa page Facebook

On entend parler de Mayotte sur toutes les ondes ces temps ci. Et cette fois-ci, la défense de la situation de l’île est quasiment unanime. Les députés d’opposition ne s’en privent pas, c’est le cas du député LR Didier Quentin qui interpellait Gérard Collomb, l’invitant à se déplacer sur le territoire. Le ministre de l’Intérieur reconnaissait que « la situation à Mayotte est grave », la mettant sur le compte « de la crise migratoire que connaît cette île. (.) Près de la moitié des habitants de l’île sont en situation irrégulière. C’est d’abord cela que nous devons résoudre. »

Nous ne connaissons pas encore les moyens entérinés hier au soir par la ministre Girardin, mais Gérard Collomb évoque « deux patrouilleurs qui  seront livrés en septembre de cette année. Nous avons envoyé en urgence un croiseur de la Marine ».

« Mayotte va mal depuis longtemps »

Beaucoup moins officiel, mais c’est malgré tout la 2ème fois seulement que le premier ministre réagit à la situation Mahoraise, sa réponse aux interpellations hebdomadaires des citoyens sur son compte Facebook en direct ce mardi soir, portait cette fois sur une question d’un lecteur du JDM, « J’habite à Mayotte, et je voudrais savoir si vous avez pris conscience de la crise actuelle ? »,  qui nous a envoyé la réponse. Si le premier ministre a choisi cette question, ce n’est pas pour rien, Annick Girardin échangeait au même moment avec les leaders syndicaux à la Case Rocher.

Reprenant les propos de son intervention publique au Sénat, le premier ministre rappelait la « progression exponentielle » de la démographie sur un territoire que « beaucoup de nos compatriotes ignorent, comme moi d’ailleurs », rajoutant qu’il espérait pouvoir s’y rendre un jour, « j’espère que ça viendra vite ». Edouard Philippe dit avoir pris conscience de l’exaspération liée à l’insécurité, à l’immigration irrégulière, à l’absence de développement économique, « et à l’engagement pris il y a quelques années de départementalisation complète du territoire ».

« Mayotte va mal depuis longtemps, les problèmes sont compliqués et vont être compliqués pendant longtemps », indiquait Edouard Philippe, « je ne veux pas raconter de cracks ». « Si Mayotte va mal, c’est en raison de causes compliquées et difficile à résoudre », rajoute-t-il. En indiquant vouloir installer la commission sur place, qu’elle commence à travailler pour obtenir des solutions durables.

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

2 Commentaires

  1. Comme tous les autres sujets traités pas ce gouvernement et son présidents les problèmes de Mayotte sont traités au coup par coup, comme rien n’est prévu, aucun budget prévu, chaque problème fait l’objet d’une étude après avoir déclaré que le problème allait être réglé. C’est la méthode Macron, du bidouillage de dernière minute.

  2. Trump fait ses annonces sur Tweeter et on le critique, Edouard Phillipe fait ses annonces sur Faceboock, il faut peut être mieux, il est incapable d’étaler deux mots à la suite sans sortir une bourde. Il serait parfait pour discuter avec les “leaders” de Mayotte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here