26.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilorangeOrganisation de l’islam de France : Jean-Pierre Chevènement propose la création d’une...

Organisation de l’islam de France : Jean-Pierre Chevènement propose la création d’une université pour les imams

La délégation Mahoraise en discussion avec Jean-Pierre Chevènement
Une délégation de cadis mahorais avait rencontré Jean-Pierre Chevènement en décembre 2016

On sait que l’ancien ministre de l’Intérieur de Lionel Jospin n’a pas l’habitude de faire dans la langue de bois, il le prouve dans les pistes qu’il livre pour organiser l’islam en France. L’objectif qu’il livre dans le journal Le Parisien,  est de « combattre l’idéologie salafiste, terreau du terrorisme islamiste ». L’action du Conseil Français du culte musulman n’a pas été jugée probante jusqu’à présent. L’ancien ministre explique qu’elle est dominée « par les trois fédérations de mosquées des principaux pays d’origine de l’immigration, Algérie, Maroc, Turquie. »

Il s’agit prioritairement de « remédier à l’insuffisante formation des imams et de drainer les financements nécessaires à leur rémunération. » On l’a vu à Mayotte avec la formation indispensable des cadis aux valeurs de la République, ils avaient été quelque peu oubliés lors de l’évolution institutionnelle du territoire.

Et bien, c’est paradoxalement ce à quoi on assiste en métropole aussi, avec des imams et fundis qui ont investi le champ religieux et sociétal, sans être véritablement formés aux valeurs défendues par la France, et sans toujours connaître parfaitement leur religion. Rappelons qu’il n’existe pas de clergé en islam : « Il y a 2500 lieux de culte musulman en France et 700 imams rémunérés, dont 300 le sont par les Etats d’origine de l’immigration. Il serait bon que les futurs imams et aumôniers aient une formation en théologie comparée, en histoire, en philosophie et en droit qui leur permette de restituer le message de l’Islam dans toute sa diversité et sa profondeur historique. » Mais avec quels moyens ?

Le prêche du vendredi en français…Coran livre

La loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat ne permet pas d’investir des fonds publics dans la formation religieuse, mais il est possible d’utiliser des voies parallèles : « Des pôles publics d’islamologie sont en train d’être mis en place dans 5 grandes villes universitaires. Nous avons accordé des bourses à 400 étudiants qui préparent des diplômes universitaires « Laïcité Société Religions ». Nous aidons aussi les imams à perfectionner leur français, car beaucoup ne le parlent pas suffisamment. Le prêche du vendredi doit se dire en français même si l’arabe est la langue du Coran. Au total, notre objectif est de favoriser l’émergence en France d’un Islam cultivé qui sera la meilleure réponse à l’idéologie fruste et brutale du salafisme. »

Une taxe sur le halal est à l’étude pour pouvoir « payer convenablement les imams et de les inciter à faire des études longues, comme cela est le cas pour les curés, les pasteurs, les rabbins qui sont formés à bac +5. »

Une fac pour les imams à Strasbourg

Remise des diplômes et lancement du nouveau DU
Remise des diplômes aux cadis

Mais ce n’est pas suffisant, et Jean-Pierre Chevènement envisage une légère entorse à la loi de 1905, pour aboutir à une religion structurée, comme les autres qui ont bénéficié avant cette date d’un « coup de pouce de l’Etat ». Et pour la contourner, une seule région possible, l’Alsace et Moselle, régis par le Concordat, où la loi de 1905 ne s’applique pas, « ne serait-il pas possible de créer une faculté de théologie musulmane à Strasbourg ? », interroge-t-il. Elle pourrait fonctionner avec de l’argent public, comme « il y a une faculté de théologie catholique, une autre protestante. »

Trouver le juste milieu entre une « radicalisation de la laïcité » dénoncée par le président Macron et le fait que « les religions doivent observer une certaine retenue dans l’espace public de débat où les citoyens doivent s’exprimer de manière argumentée », c’est aussi l’objectif de la démarche.

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139522
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139522
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139522
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139522
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139522
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com