30.9 C
Dzaoudzi
vendredi 20 mai 2022
AccueiljusticeVictime de violences conjugales, elle menace de "tuer l'enfant" si son compagnon...

Victime de violences conjugales, elle menace de "tuer l'enfant" si son compagnon va en prison

Philippe Ballu intègre le cabinet d'Hakim Karki
Le président Philippe Ballu

Le 23 avril dernier, ce serveur travaillant à Mamoudzou rentre tard chez lui. Alors qu’il a fini son service vers 2h du matin, il rentre à passé cinq heures, totalement ivre. Le soir, au commissariat, on lui décèlera presque un gramme d’alcool dans le sang.
A son arrivée à la maison donc, sa compagne l’attend de pied ferme. Enceinte de huit mois et demi, elle lui avait demandé de rentrer plus tôt. Elle s’énerve et l’enferme dehors. L’homme, alcoolisé, défonce la porte et une dispute violente s’ensuit, qui nécessite l’intervention de voisins qui préviennent la police. A l’arrivée des fonctionnaires, la femme enceinte présente un cocard, mais refuse de porter plainte. C’est la propriétaire du logement endommagé qui déclenche l’action judiciaire.
Dans la colère, la victime affirme que son compagnon, qu’elle connaît depuis un an à peine, l’a frappée au visage. Elle affirme qu’il a fait pression sur son ventre avec ses genoux en criant “c’est aujourd’hui que tu vas accoucher” et explique aux policiers qu’elle a cru qu’il voulait tuer l’enfant. Lui, nie fermement en garde à vue.
Des propos qu’elle réitère en confrontation, avant de se raviser ce mercredi au tribunal. “J’ai dit ça car j’étais en colère” se défend-elle.
Mais le coup au visage a bien été porté, et le prévenu comparaissait pour ce fait de violence. “Je suis un homme, je n’ai pas retenu mon coup” avait-il clamé devant les policiers, affirmant toutefois qu’il répliquait à des coups de ceinture de la future maman. Selon la propriétaire, le serveur était habitué des violences et de l’alcool. Lui explique boire en sortant du travail et parfois au travail. “Quand je fais un cocktail, parfois je goûte” expliquait-il dans la procédure.
“Votre compagne porte un enfant, vous rentrez tard et totalement ivre, vous ne trouvez pas normal qu’elle vous fasse des reproches ? lui demande le président Ballu. Frapper une femme enceinte de toute sa force, c’est normal ? Elle l’a cherché ? tonne-t-il.”
” Il est habituel que les victimes de violences conjugales ne portent pas plainte. “
“Ce n’est pas normal”, soupire l’homme à la barre.
De son côté, la victime en plus d’avoir menti sur une partie des violences, a affirmé qu’elle se suiciderait et tuerait l’enfant si l’homme allait en prison. Une tentative de faire annuler la procédure qu’elle confirme au tribunal, où elle a refusé de se constituer partie civile.
Dans sa plaidoirie, le bâtonnier Nadjim Ahamada remet en cause le fonctionnement de l'autorité judiciaire à Mayotte
Le bâtonnier Nadjim Ahamada tente une défense pour le moins risquée.

“On comprend le conflit de loyauté, analyse le procureur Camille Miansoni. Il est habituel que les victimes de violences conjugales ne portent pas plainte. Mais ça ne change rien à la gravité des faits ni à la nécessité de réprimer ces violences. La préoccupation de la société, c’est de signifier sa désapprobation de ces actes avec une mise en garde solennelle.” Il requiert trois mois avec sursis et obligation de soins.
Pour défendre le prévenu, l’avocat Nadjim Ahamada tente une sortie maladroite avant de tenter de convaincre les magistrats que trois mois avec sursis était une peine trop élevée pour les faits reprochés. “Nous les hommes, c’est compliqué, on peut prendre tous les coups mais il suffit d’en rendre un pour passer pour un mari violent, arrêtons avec les aprioris.”
“Je ne cautionne pas” a réagi le procureur, suivi par le président qui a rappelé que “si vous êtes battu, vous pouvez aussi porter plainte”.
Au lieu d’une “mise en garde”, et peut-être un peu agacé par cette défense qui semblait justifier le recours à la violence, le tribunal a opté pour un message bien plus fort que celui requis par le procureur. Il a prononcé une peine de dix mois avec sursis, une “peine exemplaire” au regarde de la “gravité des violences”.
Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Olive crowd, Swansea, Mayotte, nappy

Une chercheuse mahoraise lance Nyfasi, le peigne qui apprivoise les cheveux...

139522
Elle se positionne sur un marché sans concurrence : le docteur Youmna Mouhamad lance un peigne pour que coiffure ne rime plus avec torture chez celles qui affichent avec coquetterie leurs cheveux afro. Chercheuse en Angleterre, elle y a bénéficié de gros coups de pouce qui lui ont permis de lancer son produit et de le breveter. Il faut maintenant passer à la vitesse supérieure en levant des fonds
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Sénat, déchets, outre-mer, Mayotte

Le Sénat étudie la gestion des déchets dans les territoires ultramarins: “Comment éviter le...

139522
La Délégation sénatoriale aux outre-mer va consacrer son prochain rapport d’information à la gestion des déchets dans les territoires ultramarins. En partant d'une "situation préoccupante", il faut arriver à un objectif "zéro déchets". Un déplacement des sénateurs est prévu en juin à Mayotte
Législatives, LREM, Ensemble!, Mayotte

Législatives – Boinamani Madi Mari investi par le parti de la majorité présidentielle dans...

139522
Deux nouveaux candidats sont investis en outre-mer par "Ensemble ! - Majorité présidentielle", l'émanation de LREM en associations avec les autres partis au pouvoir. Nous en sommes à la 3ème vague ultramarine d'investiture de candidats...
Fort-de-France, RUP, Mayotte

L’appel de Fort-de-France pour une politique collant aux réalités des territoires ultramarins

139522
Au lendemain de la présidentielle, alors que l'Europe est sous les feux de l'actualité internationale, les représentants des 6 RUP français ont alerté sur l'urgence de modifier les politiques Outre-mer des Etats.
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139522
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim

« Gi la wa Maore », lancement de la campagne pour les législatives chez...

139522
Les élections législatives se déroulant les 12 et 19 juin prochains, Les Républicains ont présenté leurs candidats, leurs suppléants dans les deux circonscriptions de l’île ainsi que le projet politique porté à l’échelle locale.  La conférence de presse s’est tenue ce jeudi au restaurant le 5/5.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com