23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilEconomieUne fumerie de poisson bientôt inaugurée à Hajangua

Une fumerie de poisson bientôt inaugurée à Hajangua

Dominique Marot nous présente ses installations
Dominique Marot nous présente ses installations

« J’ai monté mon atelier avec l’accord de la Direction des services vétérinaires, condition indispensable pour l’obtention du permis de construire », explique Dominique Marot, directeur de Benara, qu’on connaissait jusqu’à présent dans l’aquaculture, mais qui assure là une reconversion en assurant border son projet, « j’ai suivi toutes le procédures que l’on m’a imposées ».

D’une surface de 90m2, niché sur les hauteurs d’Hajangua, c’est un atelier modeste qu’il nous fait visiter, mais promis à des extensions futures. Il insiste sur l’hygiène, fondamentale pour cette unité de transformation alimentaire. Les poissons arriveront en filet, « une section équarrissage aurait été trop compliquée », achetés à la Copemay de Pierre Baubet.

Dans un premier temps, ce sera du thon, de l’espadon, simple et voilier, et du marlin. Dès réception, ils seront salés dans la salle de préparation du poisson, laissés à mariner dans un gros frigo, d’où ils feront des allers retours après dessalage, et déposés dans l’armoire de fumage d’une capacité de 700kg, pour la cuisson qui doit durer… « un certain temps ! », obtiendront nous en réponse aux questions sur les petits secrets de fabrication qu’il ne veut pas livrer. Emballez, c’est pesé !… et déposé en chambre froide en attendant l’envoi.

Fumé au hêtre

L'armoire de fumage et le générateur de fumée consommateur de hêtre
L’armoire de fumage et le générateur de fumée consommateur de hêtre

Les principaux clients seront les restaurateurs, voire la grande distribution pourquoi pas, et « monsieur tout-le-monde ». Le poisson sera fumé, ou boucané, c’est à dire fumé sur une plus longue période.

L’armoire de fumage et le générateur de fumée recevront comme combustible du bois de hêtre, « que j’importe de métropole, tout comme le sel ». Aucune espèce de bois n’est en effet homologuée pour cet usage à Mayotte.

La transformation est un des leviers de croissance de notre économie, et dans ce domaine, tout est encore à faire.

Un investissement total de 350.000 euros, sur lequel il participe pour 20%, les 80% étant pris en charge au titre du Contrat de projet par l’Etat et le Département. S’il ne sollicite pas les fonds européens, c’est que le projet date, « de 2007 »… et a bien failli partir en fumée. Il s’explique : « Les banques ont eu du mal à suivre, bien que j’ai hypothéqué mon terrain. Il n’y a hélas pas de prêt bonifié ou de prêt à taux zéro à Mayotte. » Il envisage de le commercialiser au prix de 30 euros le kilo.

Remplacer le mabawa par la saucisse de poulet

S’il s’engage sur la qualité, « je serai la seule fumerie officielle à Mayotte, les autres sont artisanales », le bâtiment attend malgré tout d’être raccordé à l’électricité pour obtenir l’agrément de la Direction des Services vétérinaires (DSV). « Un câble triphasé passe sur le terrain, mais si je me raccorde, les usagers qui sont en aval de la ligne n’auront plus de tension. EDM demande 80.000 euros. J’ai donc fait appel au conseil départemental pour bénéficier de financements du réseau rural. » Dont il attend la délibération. L’ensemble fonctionne actuellement grâce à un groupe électrogène.

Petite dégustation comme touche finale
Petite dégustation comme touche finale

Ce qui ne l’empêche pas de voir plus grand et d’envisager une extension, d’ici 2 ans : « Je vise la cuisson de poulet fumé et boucané, et la fabrication de saucisse de poulet, au combava ou à la vanille, dans l’espoir de concurrencer puis de remplacer les mabawas* ».

Pour l’instant, c’est lui et sa femme qui vont enfiler leurs tabliers, « j’ai été formé aux Fumet des Dombes, à Lyon ». Son déplacement avec le conseil départemental à Majunga lui aura donné d’autres pistes, « comme le fumage de gambas, mais des équipements en zone de transport frais sont indispensables du côté malgache pour cela. » Il envisage même que des magrets de canard fumés sortent de ses ateliers…

Il imagine aussi une collaboration avec le lycée hôtelier, « pour marier les poissons fumés aux épices et saveurs locales », et de lancer des « Colipays », avec ses produits.

Nous avons gouté les premiers tests, raffiné le fumé !

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* Ailes de poulet

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139521
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139521
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com