21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilFaits diversPolygamie : elle arrache l'oreille de sa rivale avec les dents

Polygamie : elle arrache l’oreille de sa rivale avec les dents

A la barre, la prévenue ne semble pas mesurer la gravité de sa situation, ni des faits reprochés. Souriante, presque goguenarde, avec son foulard sur la tête et son sac à main sur l’épaule, il n’en fallait pas plus pour agacer le président Sabatier. “Le tribunal rira le dernier” prévient-il. Le ton est posé.
Tout a débuté le 5 avril dernier. Chez elle avec son jeune fils, madame attend son époux. Quatre jours qu’il n’est pas rentré. Qu’il ne répond pas. Les armoires sont vides, le petit a faim. “Je suis donc allée le chercher là où l’on habitait avant, et qui est toujours chez lui” raconte-t-elle, aidée d’un traducteur.

Là, elle rencontre la nouvelle compagne de son époux, qui ne sort pas dans la rue. Le ton monte, et les deux femmes en viennent aux mains. L’une affirme avoir reçu un coup à la nuque. L’autre, avoir reçu des coups de barre de fer. Une arme qui demeurera introuvable, et qui ne fait pas partie des faits reprochés.
Dans la bagarre, l’épouse esseulée attrape l’oreille de sa rivale, et lui en arrache une partie, avant de s’enfuir, laissant le morceau d’oreille à plusieurs mètres de là.

Pablo Rieu, substitut du procureur
Pablo Rieu, substitut du procureur

“Je n’étais pas venue pour me battre, je voulais parler avec lui” se défend la prévenue. “Vos voisins disent que vous êtes violente, ce n’était pas votre première bagarre” réplique Laurent Sabatier.
Les bagarres antérieures, pour la prévenue, seraient dues aux “provocations” de son mari. Lequel ne vient d’ailleurs plus la voir depuis les faits de violence à M’Gombani.

“C’était au papa de régler le conflit” tente de se dédouaner la croqueuse d’oreille. “Il y a des solutions autres que de se battre et d’arracher des oreilles, répond encore le président du tribunal. Sinon ça finira au cimetière !”

Le couple polygame n’étant pas uni civilement, mais uniquement religieusement, le tribunal conseille à la jeune femme d’interpeller le Cadi. Pour nourrir son fils, d’aller réclamer une pension alimentaire au papa.
Sur le plan pénal, le procureur avait requis un an de prison avec sursis, précisant que selon la Loi, “constitue une mutilation l’arrachement du pavillon d’une oreille”. La mutilation, c’est, en théorie, 10 ans de détention.
Clément, le tribunal prononce finalement une peine d’avertissement, de 4 mois avec sursis. Bien peu pour un visage marqué à vie.

“Le tribunal a tenu compte des circonstances de l’altercation, justifie Laurent Sabatier, mais je ne veux pas vous revoir, ou vous irez directement à Majicavo.”

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139532
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139532
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139532
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139532
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139532
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139532
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com