27.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 août 2022
AccueilorangeLe député Kamardine déterminé pour la marche de Mayotte vers le droit...

Le député Kamardine déterminé pour la marche de Mayotte vers le droit commun «plein et entier»

Mansour Kamardine le 6 juillet à Mayotte
Mansour Kamardine le 6 juillet à Mayotte

«On est assis sur un chaudron». Comme il avait déjà eu l’occasion de le faire, le député Mansour Kamardine (LR) continue d’utiliser les médias pour que les autorités parisiennes prennent conscience des enjeux mahorais. Dans une interview accordée au Figaro en janvier 2016, il appelait l’Etat à un sursaut. Le titre choisi par le quotidien à l’époque évoquant une île «au bord de la guerre civile» avait fait très largement réagir.

Cette fois-ci, c’est via un entretien à l’AFP que le député élu avec plus de 64% des suffrages le 18 juin dernier prévient le gouvernement: «Nous allons vers de graves troubles, il ne faut pas sous-estimer la colère des Mahorais». Il demande au gouvernement «un signal fort: empêcher les kwassas de venir» et faire ainsi baisser la pression migratoire alors que selon lui, «52% de la population mahoraise est clandestine, et 8 naissances sur 10 sont des naissances de clandestins».

«Peut-on m’expliquer comment une puissance maritime comme la France n’a pas les moyens de contrôler un bras de mer de 70 km?», insiste-t-il, reprenant une interrogation ancienne à laquelle l’Etat n’a jamais su répondre.

La nécessaire coopération avec les Comores

Pour le député, «personne ne supporterait dans l’Hexagone ce qu’on vit là-bas», expliquant ainsi l’épisode des «décasages» de 2016: «Dans l’esprit des Mahorais, ou l’Etat fait le job, ou ils le font à sa place.»

Le député de Mayotte Mansour Kamardine lors du vote pour la présidence de l'Assemblée nationale le 27 juin 2017 (Archives JDM)
Le député de Mayotte Mansour Kamardine lors du vote pour la présidence de l’Assemblée nationale le 27 juin 2017 (Archives JDM)

Alors que les propositions du candidat Emmanuel Macron avaient fait bondir une partie de la population, Mansour Kamardine évoque à son tour une nécessaire «coopération bilatérale» avec les Comores, pour améliorer les conditions de la population comorienne et ainsi tenter de limiter les flux migratoires illégaux. «On dépense 60 millions par an pour lutter contre l’immigration clandestine, on pourrait mobiliser une partie de cette somme au service du développement des Comores. Je sais que la France a les moyens d’imposer cette coopération», assure-t-il.

A nos confrères de l’AFP, il explique donc qu’il est à Paris «pour alerter sur la situation à Mayotte» et pas seulement dans les médias. Il indique avoir commencé à faire le tour des ministères et cabinets pour plaider la cause mahoraise. Et pour y parvenir, il sait se démarquer. Ainsi, il fut le seul député du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale à voter la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe.

Un député entendu

Il sait aussi manier les outils parlementaires pour intégrer Mayotte dans les grandes discussions entamées au parlement.
Ainsi, alors que le 2ème projet de loi de la législature visait à permettre au gouvernement de prendre des ordonnances pour le renforcement du dialogue social, le texte ne prévoyait pas une application de ces dispositions à Mayotte.

Mansour Kamardine, au micro
Mansour Kamardine, compte plaider la cause mahoraise durant tout son mandat

Ce projet de loi est important car il s’agit de modifier en profondeur de nombreuses dispositions du droit du travail. «Or, d’une part, les Mahorais veulent être traités comme l’ensemble de leurs compatriotes, et d’autre part, ils veulent inscrire Mayotte dans le chemin du développement économique et de l’emploi», explique le député qui a donc proposé au gouvernement d’étendre le périmètre de cette texte à notre département. Après avoir défendu sa position en séance publique, le député s’est réjoui de voir le gouvernement déposer un amendement en ce sens.

«L’Assemblée Nationale a adopté cet amendement avec une large majorité. Je me félicite donc d’avoir été entendu par le gouvernement et par mes collègues. Il demeurait 3 domaines où le droit commun ne s’appliquait pas à Mayotte. Avec l’adoption de l’amendement de ce jour, au 1erjanvier 2018, il n’en restera que 2 sur lesquels porteront mes efforts prochainement : la protection et l’action sociale, les finances locales.»

Le gouvernement est donc prévenu. Il aura face à lui un interlocuteur déterminé à poursuivre la marche de Mayotte «vers le droit commun plein et entier».

www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid-19 : un fléchissement du nombre de contaminations constaté

139137
Entre le 3 et le 9 août, l’Agence Régionale de Santé (ARS) informe que « 312 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Vidéo de simulation du projet de piste longue : le virtuel en attendant le...

139137
L’intégration paysagère de la piste longue de l’aéroport de Mayotte a récemment fait l’objet d’une vidéo de simulation dans laquelle le spectateur peut découvrir l’infrastructure finale vue depuis plusieurs sites du lagon et de Petite-Terre. L’occasion de revenir sur l’avancement du projet avec Christophe Masson, délégué à la piste longue de l’aéroport de Mayotte, dans la perspective des visites ministérielles prévues ce mois-ci.

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139137
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139137
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139137
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139137
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com