23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilEconomieQuartiers «Politique de la ville» : 36 villages analysés par l’Insee

Quartiers «Politique de la ville» : 36 villages analysés par l’Insee

Le quartier de Kawéni depuis la ZAC Hamaha Soleil Levant
Le quartier de Kawéni depuis la ZAC Hamaha Soleil Levant

C’est un dispositif largement méconnu à Mayotte et pourtant 144.000 personnes vivent dans un «quartier prioritaire de la politique de la ville». Cela représente les deux tiers de la population, bien plus qu’en métropole (8%) ou que dans les autres DOM (20%).

La «Politique de la ville», c’est un dispositif destiné à améliorer la vie quotidienne des habitants des territoires cumulant le plus de difficultés. Dans le cadre de cette politique publique spécifique, l’État, les collectivités locales et leurs partenaires s’engagent à travers le «contrat de ville» dans les domaines de la cohésion sociale, du cadre de vie et du renouvellement urbain mais aussi de l’emploi et du développement économique.

Ces quartiers sont classés comme prioritaires car, globalement, leurs habitants souffrent d’un déficit de formation et ont des difficultés plus marquées pour s’insérer sur le marché du travail par rapport à la population du reste du territoire. Leurs conditions de logement sont également plus défavorables.
A Mayotte, les 36 quartiers concernés sont des villages qui l’Insee a analysé pour les classer dans 4 catégories.

Quartiers défavorisés : les deux extrêmes

Les 36 quartiers prioritaires de la Politique de la ville classés en 4 groupes par l'INSEE
Les 36 quartiers prioritaires de la Politique de la ville classés en 4 groupes par l’INSEE

Six quartiers, rassemblant 31.000 habitants, cumulent toutes les difficultés : Kawéni, Majicavo-Koropa, Longoni, Ongoujou, Kahani et Miréréni (Combani). C’est là que l’on trouve le plus d’habitat en tôles (56% des logements), des logements surpeuplés (9 sur 10), un accès à l’eau et à l’électricité compliqué, une formation et une insertion professionnelle des habitants la plus faible. Alors qu’ils sont en très forte expansion démographique, dans ces quartiers 45% des actifs se déclarent au chômage.

À l’inverse, dix quartiers «politique de la ville», tous situés sur la côte ouest de l’île, apparaissent moins défavorisés que l’ensemble de la géographie prioritaire. On y trouve 37.000 habitants, de Kani-Kéli à Mtsahara, en passant par Bouéni, Sada, Chiconi, Tsingoni, Chembenyoumba, Mysangamouji, Acoua, Mtsamboro.

Dans ces villages, l’habitat en tôle ne représente que 11% de l’ensemble des logements et l’insertion sur le marché du travail y est meilleure: 33% des 15-64 ans ont un emploi, contre 27% en moyenne dans les quartiers «politique de la ville». Ainsi, les habitants disposent de revenus plus stables leur permettant de vivre dans de meilleures conditions. Mais attention : la situation de ces quartiers reste néanmoins très éloignée des standards métropolitains.

Deux groupes de quartiers défavorisés intermédiaires

Entre ces deux extrêmes, on trouve deux groupes de quartiers. Dans le premier, il y a les territoires urbains qui ont un habitat précaire (41% de constructions en tôles) mais dont les habitants sont mieux insérés sur le marché du travail (31% occupent un emploi). Ce sont Mtsangadoua, Iloni, Bandrélé, la Vigie, Combani, Choungui, Mtsamoudou et l’ensemble formé par Cavani-Mtsapéré-Mgombani. Ils abritent 41.700 habitants.

Pour les 36 quartiers de la Politique de la ville, les profils des 4 groupes de quartiers
Pour les 36 quartiers de la Politique de la ville, les profils des 4 groupes de quartiers

Dans le 2e groupe intermédiaire, la population est plus éloignée des centres urbains et déconnectée du marché du travail, avec à peine un habitant sur cinq avec un emploi et souvent précaire (CDD, stage rémunéré) et des logements sous-équipés en confort sanitaire mais moins que dans le groupe précédent. Quatre sont situé au nord (Bandraboua, Dzoumogné, Bouyouni, Koungou) et 6 dans le sud (Tsararano, Ouangani, Barakani, Poroani-Miréréni, Chirongui, Nyambadao).

Zoom sur la Vigie

Parmi tous ces quartiers, l’Insee a choisi de faire un focus sur le quartier de la Vigie, en Petite Terre, à cheval sur les deux communes de Labattoir et Pamandzi. Il rassemble 5.200 habitants soit 22% des habitants de Petite-Terre. Comparé au reste du territoire petit-terrien, les conditions d’habitat y sont plus défavorables: 57% des habitants résident dans une maison en tôle, contre 37% ailleurs sur Petite-Terre. Ils sont moins nombreux à disposer d’un point d’eau à l’intérieur de leur logement (69% contre 79%). Ils sont également un peu moins souvent en emploi (34% contre 39%).

Routes, réseaux d'eau ou d'assainissement, le quartier de La Vigie est totalement à aménager
Routes, réseaux d’eau ou d’assainissement à réaliser, le quartier de La Vigie est classé en quartier Politique de la ville (Archives)

Si le quartier complet est dans une situation difficile, la partie du côté de Dzaoudzi est nettement plus défavorisée que celle du côté de Pamandzi en termes de conditions d’habitat.

Démontrer l’efficacité d’une politique

Une fois encore, l’Insee met donc sur la table beaucoup de données pour éclairer les autorités dans les choix et les politiques qu’elles sont amenées à mettre en œuvre. «Ce qui est intéressant avec cette étude, c’est que nous disposons d’un ‘état 0’ des conditions de vie dans ces quartiers, issu des données du recensement de 2012. Avec les données du recensement des prochains mois, nous allons pouvoir regarder comment ces différents quartiers ont évolué et comment les politiques publiques ont permis d’améliorer les conditions de vie», explique Djamel Mekkaoui de l’Insee Mayotte.

L’enjeu de la politique de la ville est en effet de dynamiser ces quartiers fragiles et de renforcer l’égalité des chances entre les territoires. Si son efficacité en métropole n’est plus à prouver, elle reste encore une inconnue à Mayotte que le prochain recensement de la population permettra probablement d’éclairer.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139132
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139132
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139132
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139132
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139132
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139132
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com