Poursuite du mouvement chez les avocats

0
79
Une partie des avocats présents aux Assises ce vendredi matin
Ils ont décidé à une grande majorité la poursuite du mouvement

Les avocats du barreau de Mayotte enfoncent le clou. Quitte à avoir lancé un mouvement, et malgré l’octroi des 32 badges, ils reviennent sur les autres revendications qu’ils avaient portées à la barre du premier jour d’Assises : « La mise en place d’une salle opérationnelle dédiée à l’entretien confidentiel entre l’avocat et le justiciable déféré, et à la réfection du couloir menant au vestiaire avocat et à la geôle ».

Dans un communiqué de presse, ils expliquent déplorer « avoir dû en arriver à suspendre notre participation aux audiences pénales », pour aboutir dans leurs revendications « un an après l’ouverture d’un Palais de Justice censé améliorer la situation de l’ensemble des acteurs œuvrant au sein de l’institution judiciaire. »

Les avocats abondent leurs revendications inscrites à la motion du 26 mai dernier, en se plaignant : des contrôles opérés à l’entrée du tribunal qui « filtrent l’accès des justiciables » alors que « les salles d’audience sont pour la plupart publiques, l’état d’urgence ne saurait justifier pareille atteinte au principe de publicité des débats », du fonctionnement « au ralenti » du bureau d’aide juridictionnelle (BAJ) « horaires d’ouverture, manque de personnel, notification des décisions » qui pourrait « engager notre responsabilité professionnelle ».

Réunis ce mardi matin en assemblée générale extraordinaire, ils ont voté par 15 voix contre 2 la poursuite de la grève. Et demandent au Tribunal de Grande Instance : d’accorder les moyens nécessaires au BAJ, de procéder à la délivrance de l’ensemble des jugements correctionnels rendus, de fournir un fax dédié aux requêtes devant le JLD, de mettre à disposition une salle à disposition des entretiens confidentiels entre avocat et justiciables dans le cadre d’une procédure d’urgence et de « libérer un bureau digne pour le bâtonnier, promesse de monsieur le président du tribunal lors du dernier mouvement »

Ils se défendent de toute revendication corporatiste, et soulignent que « ces dysfonctionnements constituent de graves entraves à l’accès de tous à une justice de qualité. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here