24.9 C
Dzaoudzi
lundi 29 novembre 2021
AccueilorangeDans le désert médical mahorais aussi, la consultation chez le généraliste passe...

Dans le désert médical mahorais aussi, la consultation chez le généraliste passe à 25 euros

StétoscopeA Mayotte comme dans l’ensemble du territoire national, le tarif de la consultation classique chez le médecin généraliste a augmenté lundi dernier. Elle est passée de 23 à 25 euros et à 30 euros pour les enfants de moins de 6 ans.

Cette revalorisation était attendue par les médecins libéraux dont le syndicat a signé une convention en août 2016 avec la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM). Six mois de négociations avaient été nécessaires pour aboutir à ce tarif et d’autres augmentations sont à venir jusqu’en juin 2018, essentiellement sur des consultations plus ciblées.

Pour tous ceux qui sont affiliés à la sécu et qui dispose d’une complémentaire, rien ne change. La sécurité sociale continue de prendre en charge 70% du nouveau tarif, les mutuelles et les complémentaires complétant. Seule la participation forfaitaire de 1 euro reste à la charge du patient.
Mais pour tous ceux qui n’ont pas de mutuelles, comme de nombreux Mahorais, il faudra débourser 0,60 euro supplémentaire à chaque consultation soit 7,50 euros de reste à charge au lieu de 6,90 euros.

L’ensemble de la presse nationale a relevé que cette augmentation intervient entre les deux tours de l’élection présidentielle, à la fin d’un mandat marqué par de nombreuses tensions entre les médecins libéraux et Marisol Touraine, la ministre de la Santé du quinquennat. Principal motif de grogne, la mise en place du tiers payant obligatoire, une mesure que les deux finalistes de cette élection ne se sont finalement engagés à mettre en place que sur la base du volontariat.

Pas de mesures contre les déserts médicaux

Désert médicalCette fin de mandat rappelle étonnamment celui de Nicolas Sarkozy qui avait affronté lui aussi la colère des médecins. Son gouvernement avait renoncé à mettre en place des mesures contraignantes pour lutter contre les déserts médicaux… un recul qui, six ans après, continue de peser dans les zones où très peu de médecins sont présents, en métropole mais aussi à Mayotte.

Car chez nous, malgré cette revalorisation, rien ne change, ou si peu. «On est toujours dans le désert», regrette Anne-Marie de Montera, la représentante de l’Ordre des médecins à Mayotte. «On compte 13 médecins généralistes libéraux et les arrivées ne font que compenser les départs. Cette année, deux médecins sont partis, un s’est installé et un autre devrait arriver en septembre. Et du côté des spécialistes libéraux, ça ne bouge pas».

Une attractivité toujours en berne

La médecine libérale est donc toujours aussi peu attractive dans le département, face à un hôpital submergé. «Je ne pense pas que ces 25 euros changent quoi que ce soit à Mayotte. Il faudrait déjà que les libéraux puissent bénéficier de mesures qui existent par exemple à La Réunion et en Guyane», relève Anne-Marie de Montera. Chez nos voisins, une zone franche a en effet attiré beaucoup de professionnels à Sainte-Clotilde où ils bénéficient d’avantages fiscaux conséquents. Même chose à Saint-Laurent du Maroni, dans l’ouest guyanais.

Anne-Marie de Montera toujours porteuse de projets malgré cette situation de saturation
Anne-Marie de Montera

«Mais les problèmes ont encore importants. Nous n’avons toujours pas la CMUC qui permettrait un égal accès aux soins pour tous. Il y en a pour qui le tiers payant représente une somme non négligeable qu’ils ne peuvent pas débourser», note Anne-Marie de Montera. «A quoi s’ajoutent bien évidemment les questions de sécurité, d’éducation pour les enfants, de vie sociale… On est toujours dans des problèmes multifactoriels qui dépassent très largement les questions médicales, même si elles doivent aussi être prises en compte».

Le désert tropical

On ne connaît pas les chiffres réactualisés pour 2017, mais l’ARS indiquait qu’en 2016, 225 médecins travaillaient dans notre département, dont 95 spécialistes (hors remplaçants), l’essentiel d’entre eux étant salariés du CHM.
D’une année sur l’autre, le nombre de médecins a augmenté légèrement (+8%) avec 7 généralistes et 10 spécialistes supplémentaires, permettant à la densité médicale de progresser, elle aussi, modérément. Mayotte comptait 61 généralistes pour 100.000 habitants en 2016, encore très loin de la métropole (143/100.000 habitants) et de La Réunion (141/100.000 habitants). Mais l’an dernier nous n’étions qu’à 58.

Même progression et même retard concernant les spécialistes avec 45 professionnels pour 100.000 habitants (contre 40 en 2015 mais 176 en métropole et 145 à La Réunion).

RR
www.jdm2021.alter6.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

MAIRIE DE BANDRABOUA

0
Directive 2014/25/UE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM ET ADRESSES Mairie de Bandraboua, BP48 - 238, rue de l’Hôtel de Ville , 97650, Bandraboua, Courriel : soibirdine.hachime@mairie-bandraboua.fr,...

VILLE DE MAMOUDZOU (976)

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan