Guyane: fin du conflit avec la signature d’un accord après un mois de grèves et de barrages

2
91
La Une du journal France Guyane de ce samedi 22 avril

C’est la fin du long conflit social qui a secoué la Guyane. Un accord a été signé vendredi à Cayenne entre le collectif qui pilote le mouvement social, l’Etat et les élus guyanais, mettant un terme aux barrages qui bloquaient le département.

La Une du journal France Guyane de ce samedi 22 avril
La Une du journal France Guyane de ce samedi 22 avril

Dans cet accord, le gouvernement «acte» notamment les 2,1 milliards d’euros supplémentaires que réclamait le collectif «Pou la Gwiyann dékolé» (pour que la Guyane décolle).

Dans un communiqué, la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a salué la signature de l’accord, évoquant «une journée déterminante pour l’avenir de la Guyane». « En actant la demande de mesures supplémentaires du collectif et des élus à hauteur de 2,1 milliards », l’Etat s’engage « à ce qu’elles fassent l’objet d’un examen prioritaire pour mettre en oeuvre un plan additionnel », explique-t-elle.

La ministre détaille le contenu qui «englobe d’abord le plan d’urgence immédiat d’1,1 milliard d’euros, qui assure des progrès essentiels en matière d’éducation, de santé ou de sécurité. Il prévoit notamment un soutien exceptionnel à la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) afin de lui permettre de payer ses fournisseurs et de relancer la commande publique, à hauteur de 212 millions d’euros, ainsi qu’un soutien fort aux constructions scolaires en Guyane face à la progression de la démographie dans les collèges et les lycées, à hauteur de 400 millions d’euros.

L’Accord de Guyane comprend également les 15 accords thématiques supplémentaires, signés à la suite des ateliers organisés dans la nuit du 1er au 2 avril 2017. Il acte ainsi des avancées considérables dans les domaines de l’agriculture, de l’économie, de la pêche, du BTP, des transports, des activités minières, du logement, du tourisme, de la justice-sécurité, des populations amérindiennes et bushiningue, des énergies renouvelables, de la filière bois, de la petite enfance, de l’éducation routière et des TPE.»

En Guyane, après un long conflit, les manifestants attendent la publication de l’accord au journal officiel pour que les mesures décidées soient réellement transposées.

RR
www.lejournaldemayotte.com

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here