21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilFaits diversGuito Narayanin tente à nouveau de sortir de prison

Guito Narayanin tente à nouveau de sortir de prison

Théophane "Guito" Narayanin (Photo: JIR)
Théophane “Guito” Narayanin (Photo: JIR)

En détention provisoire depuis le 9 décembre, quasiment quatre mois, Guito Narayanin va essayer à nouveau de faire valoir ses arguments pour obtenir une remise en liberté.

Il a déjà tenté d’obtenir une libération avec placement sous contrôle judiciaire dès son incarcération. Mais il n’avait pas convaincu. Théophane Narayanin, auditionné par la juge d’instruction puis confronté à ses hommes de mains supposés, n’avait pas, selon les magistrats, présenté des gages suffisants pour rassurer quant à sa présentation aux actes de procédures ultérieurs. L’homme d’affaires réunionnais avait été placé sous mandat de dépôt pour une durée de 4 mois renouvelable.

Placé au quartier d’isolement de Majicavo, il avait ensuite obtenu une audience devant le juge des libertés et de la détention (JLD) le 21 décembre. Ce jour-là, l’audience a duré 3 heures mais elle n’a pas tourné comme il l’aurait souhaité. Guito Narayanin était reparti en prison.

Théophane Narayanin
Théophane Narayanin a été interpellé il y a exactement 4 mois, le 6 décembre 2016 à La Réunion

L’homme d’affaires réunionnais a alors opté pour une autre stratégie: attendre derrière les barreaux que l’enquête progresse, jusqu’au terme des 4 mois.

Qui est le commanditaire ?

Les investigations des policiers de la brigade criminelle accusent Guito Narayanin d’être le commanditaire de l’agression d’une avocate, le 2 septembre 2015, dans le hall d’entrée du cabinet où elle travaillait aux Hauts-Vallons.
Un groupe de 4 individus avait violemment agressé la jeune femme, pensant qu’il s’agissait de l’avocate de Frédéric d’Achery, le propriétaire du terrain de la carrière de Kangani. Cette carrière est exploitée par IBS, la société que dirige Guito Narayanin, mais elle l’objet d’un litige très ancien entre les deux hommes.

Le jour de l’agressions, les gros bras s’étaient trompés de cible. Ils s’en étaient pris à une autre avocate du cabinet. Quant à savoir s’il y avait un commanditaire à l’agression… Depuis le déclenchement de l’affaire, le Réunionnais nie farouchement être à l’origine de l’attaque.

Les arguments pour la libération

A l’issue des 4 premiers mois d’incarcération, pour son avocat, il n’existe aucune raison de maintenir Guito Narayanin en détention plus longtemps. «Beaucoup d’actes ont été effectués. Sa libération ne gênera pas le travail des policiers. Et mon client dispose de garanties de représentation», affirme Me Jean-Pierre Lionnet à nos confrères du JIR. L’homme d’affaires sera aussi défendu par Me Fatih Rahmani, du barreau de Mamoudzou, et Me Josée Israël de Paris.

Théophane Narayanin, dit "Guito"
Théophane Narayanin, devant la chambre de l’instruction ce jeudi

Dans cette affaire, les policiers ont mis en évidence des liens entre l’entrepreneur réunionnais et les gros-bras employés pour impressionner l’avocate. Ces derniers l’ont directement mis en cause lors de leurs auditions. Interrogé lui aussi, Guito Narayanin a rétorqué qu’il avait été victime d’un chantage et qualifie toutes les accusations contre lui de «tissu de mensonges».

Racketté ?

Selon lui, les quatre hommes savaient qu’il était en conflit depuis des années avec Frédéric d’Achery au sujet des carrières. D’après sa version de l’affaire, les agresseurs présumés auraient donc attaqué l’avocate pour laisser croire qu’il en était le commanditaire. Les quatre voyous auraient ensuite été le racketter en le menaçant de le dénoncer aux autorités. Ils auraient exigé de lui 250.000 euros chacun pour garder le silence.

Ce jeudi 6 avril, cela fait très exactement 4 mois que Guito Narayanin a été interpellé à La Réunion, avant d’être transféré à Mayotte. Depuis, il a été mis en examen pour «association de malfaiteurs».

RR
www.jdm2021.alter6.com
avec le JIR.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139137
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139137
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139137
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139137
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139137
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139137
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com