25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 décembre 2021
AccueiljusticeFin de la petite entreprise de marchand de sommeil

Fin de la petite entreprise de marchand de sommeil

Le tribunal de grande instance de Mamoudzou
Le tribunal de grande instance de Mamoudzou

« Vous avez entendu parler des marchands de sommeil ? », s’enquiert le président Laurent Sabatier face à l’accusé qui avance la compassion. Il avouera en fin d’audience que l’objectif était financier.

On peut difficilement penser le contraire en écoutant la description de cette construction d’hébergements collectifs sise en Petite Terre : sur 3 niveaux d’une surface de 620m2 au total, 4 T2 et 14 chambres individuelles occupent 361m2, le reste est encore en travaux. O.A., par ailleurs professeurs des écoles, l’exploite depuis 2012.

Cette année là, c’est le conseil départemental qui fait un signalement au sujet de l’immeuble, déclenchant une enquête qui n’a été close que l’année dernière. Entretemps, les services de l’Etat ne sont pas restés inactifs, puisque la gendarmerie est passée chaque année pour noter méticuleusement les évolutions de la petite entreprise, « elle continue, il n’y a pas eu de régularisation », mentionnent-ils.

Les loyers continuent à tomber

Laurent Sabatier, installé dans ces nouvelles fonctions de président du tribunal de grande instance de Mayotte
Laurent Sabatier présidait l’audience ce mercredi

Car les locataires sont pour la plupart des femmes en situation irrégulière, mère de jeunes enfants. Une activité qui lui procurera environ 1.200 euros par mois, « ce n’est pas stable », défend-il, en supplément des 2.500 euros de son salaire d’instituteur. « Ces femmes viennent me voir parfois en pleurant pour que je leur trouve une solution d’hébergement. Mes locataires n’ont de cesse de me remercier ensuite », appuie-t-il. « Vous recyclez les ‘décasés’, c’est ça ?! », interroge le président narquois.

Qui s’étouffe à moitié lorsqu’il apprend que les affaires marchent encore bien, et c’est d’une voix à la fois aiguë et agacée qu’il réagit : « Malgré les poursuites, une construction non déclarée, vous continuez à accueillir des locataires en situation irrégulière ?! »

A l’issue d’une visite, l’Agence régionale de Santé (ARS) déclare les logements insalubres, ce qui amène O.A. à effectuer quelques aménagements, « pour améliorer les conditions de vie des locataires », souligne son avocat Me Andjilani.

Pas de clémence pour ce primo délinquant demande le parquet

O.A. le répètera à plusieurs reprises, « nul n’est censé ignorer la loi, mais je croyais ces mamans d’enfants français lorsqu’elles me disaient qu’elles n’étaient pas expulsables. » Les juges lui répondront sur un mode « nul n’est censé ignorer l’actualité » : « Depuis plus d’un an, les médias se font l’écho des collectifs qui dénoncent l’hébergement des personnes en situation irrégulière. »

La substitut du procureur renchérira : « Une partie de la population de Mayotte montre du doigt l’étranger, mais sait s’en servir pour en tirer de l’argent. » Elle retiendra les infractions de non déclaration de 840m2 au permis de construire ainsi que de l’ensemble des étages, un défaut d’assurance, l’emploi de travailleurs non déclarés, des conditions d’habitation indignes, sans luminaires ni sanitaires, « nous ne sommes pas dans l’humanitaire qui autorise l’aide sans contrepartie financière. »

C’est cet aspect de la personnalité du prévenu qui l’incitera à la fermeté, « votre casier judiciaire est vierge, mais vous ne méritez pas la clémence du tribunal ! » Elle demandera 3 ans de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant 2 ans, et 30.000 euros d’amende, dont 15.000 euros ferme. S’y ajoute la démolition de l’immeuble sous un an et sous peine d’astreinte de 30 euros par jour de retard, ainsi que l’affichage de la condamnation, « compte tenu du contexte mahorais ». La sanction pour absence de déclaration fiscale ne relève selon elle, que de l’administration fiscale.

La lourdeur des peines demandées par le ministère public a épaulé Me Andjilani lui évitant une défense compliquée : « Vous ne tenez pas compte du contexte mahorais. O.A. a proposé un hébergement à des gens en difficulté. Nous sommes asphyxiés par l’immigration clandestine. » Une argumentation à double tranchant. Il affirmait que rien dans le dossier ne lui permettait de connaître le statut de ses locataires. Il appelait à la relaxe, sous condition de régularisation, pour tenter d’éviter la démolition.

Le délibéré sera rendu le 1er février 2017.

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SCI LTSA

0
Par acte sous seing privé du 30/11/2021, il a été constitué une société. Forme : Société civile immobilière (SCI) Dénomination sociale : LTSA Siège social : Résidence...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan