Quand le green devient vert

0
124
Des qualités de jeu à mi-chemin entre les greens en terre et les traditionnels engazonnés
L'installation finale des surfaces de gazon synthétique sur les 7 premiers trous du parcours
L’installation finale des surfaces de gazon synthétique sur les 7 premiers trous du parcours (Photos: Golf Club Les Ylangs)

C’est une première dans l’hémisphère sud. Un terrain de golf se dote de greens synthétiques pour la première fois dans notre partie de la planète. Travaux de préparation, pose de papier anti-contaminant, chantier d’évacuation des eaux… Durant ces deux derniers mois, le golf a vécu à l’heure des travaux, perturbant quelque peu les habitués des lieux. Mais dès à présent, 7 trous sur les 9 que compte le parcours mahorais sont recouverts de gazon synthétique.

«Avec ces nouveaux greens, on change de qualité de jeu», explique Laurent Mercy, le président du Golf de Combani. Sur les greens en terre, les balles rebondissaient et ne s’arrêtaient pas. Sur un green en herbe classique, la balle ‘pitche’ comme on dit en golf, elle s’enfonce dans l’herbe. Avec ces revêtements synthétiques, on est dans un intermédiaire. La balle est amortie et c’est beaucoup mieux que ce que nous connaissions».

Un chantier au milieu des ylangs du parcours
Un chantier au milieu des ylangs du parcours

Pour réaliser cette installation, les responsables du golf mahorais ont beaucoup regardé ce qui se faisait ailleurs sur la planète et en particulier dans des régions avec un climat et des contraintes similaires aux nôtres. «Ca a été l’objet d’une grosse réflexion. Mais en analysant nos problèmes de sécheresse et de coupures d’eau et les invasions potentielles de mauvaises herbes comme à l’Etang-Salé à La Réunion qui nécessiteraient l’emploi de produits phytosanitaires, on a opté pour le synthétique. Ca ne servait à rien d’installer du gazon si on ne pouvait pas l’arroser deux mois dans l’année pour ensuite tout recommencer», explique Laurent Mercy.

Une inauguration ce dimanche

Grâce à une subvention déjà ancienne du département et au sponsoring de plusieurs entreprises, le golf a contacté des fournisseurs potentiels et c’est une société de Marseille qui a remporté le marché. Ensuite, ce sont les adhérents de l’association qui ont travaillé «en régie» pour réaliser la mise en place des nouveaux équipements.

Les adhérents se sont organisés pour réaliser l'essentiel des travaux d'installation
Les adhérents se sont organisés pour réaliser l’essentiel des travaux d’installation

Ces greens tout neufs sont donc déjà praticables et le maximum de joueurs pourra en tester les qualité ce weekend. Samedi et dimanche, le golf organise en effet son 1er open (nous y reviendrons) qui sera l’occasion d’une inauguration officielle par le préfet Veau.

Pour autant, le chantier n’est pas terminé. Le golf attend en effet une subvention de l’Etat et de la commune de Tsingoni pour achever le «verdissement» des deux derniers trous restant encore en terre.
Et déjà, pour la suite, la mairie de Tsingoni a lancé un appel d’offres pour qu’un cabinet d’étude planche sur l’extension du parcours de neuf à 18 trous. Autour du terrain actuel, des terrains appartiennent au département mais aussi à de nombreux propriétaires privés. Il faudra donc trouver la bonne orientation pour doubler la surface de jeu existante.

Tripler le nombre de joueurs

Voici à quoi ressemblent les nouveaux greens synthétiques de Combani
Voici à quoi ressemblent les nouveaux greens synthétiques de Combani

Quant à la possibilité d’une installation hôtelière qui était un des souhaits du précédent préfet Seymour Morsy, elle n’est pas encore à l’ordre du jour. «Nous voulons d’abord créer de l’activité et ne pas mettre la charrue avant les bœufs», explique Laurent Mercy. La création de locaux plus en rapport avec l’image traditionnelle que l’on a du golf que les algécos actuels devrait d’abord être privilégiée, au gré des financements décrochés.

Actuellement, le golf de Combani compte une centaine d’adhérents. Il souhaite ainsi regagner des golfeurs perdus (découragés par les greens en terre) et en convaincre de nouveaux. «Le golf se modernise, s’améliore. Et on espère bien faire revenir des joueurs que nous avions égarés», indique Laurent Mercy. Le président s’est déjà fixé un objectif: atteindre les 300 joueurs réguliers sur son practice.

RR
www.lejournaldemayotte.com

Des qualités de jeu à mi-chemin entre les greens en terre et les traditionnels engazonnés
Des qualités de jeu à mi-chemin entre les greens en terre et les traditionnels engazonnés (Photos: Golf Club Les Ylangs)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here