31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEducationScolarité obligatoire de 3 à 18 ans: Un défi supplémentaire pour l’école...

Scolarité obligatoire de 3 à 18 ans: Un défi supplémentaire pour l’école à Mayotte

bareigts-fiere
La tribune de la ministre des Outre-mer dans le JIR ce mercredi

«Je n’acceptais pas que les conditions d’études ici ou à Mayotte, ne soient pas dignes de l’école de la République. Je n’acceptais pas qu’il soit ici, plus qu’ailleurs, plus difficile de se soigner. Je n’acceptais pas que des familles entières soient confrontées à la difficulté de se loger et plus globalement, au coût de la vie. Alors je me suis engagée», raconte-t-elle.

Dans le texte qu’elle a défendu, on trouve donc logiquement des dispositions pour l’école parmi lesquelles une augmentation de la période de scolarisation obligatoire. Jusqu’à présent fixée de 6 à 16 ans dans les Outre-mer comme dans l’hexagone, elle devrait s’étendre de 3 à 18 ans. La disposition pourrait donc placer les Outre-mer en avance sur la métropole, la ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem s’étant déclarée favorable à la mesure pour la métropole… pour le prochain quinquennat.

Le taux de scolarisation des enfants de 3 à 5 ans à Mayotte (Source: Vice-rectorat)
Le taux de scolarisation des enfants de 3 à 5 ans à Mayotte (Source: Vice-rectorat)

En métropole, les syndicats sont favorables à l’idée, qui vise à maintenir dans le circuit scolaire les trop nombreux décrocheurs. La scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans est même une revendication historique du Snes. Mais chez nous, il s’agirait d’un nouveau défi pour le système scolaire… aux deux bouts de la scolarisation.

6.534 enfants entrent au CP sans préscolarisation

Du côté des petits, l’école maternelle poursuit en effet sa montée en puissance. Il faut rappeler qu’elle n’a été mise en place à Mayotte qu’en 1993, il y donc à peine 23 ans. En 2015, 17.052 enfants y étaient scolarisés, près de 500 de plus que l’année précédente. Pour autant, nous sommes encore loin d’une scolarisation généralisée avant 6 ans.

Ainsi, le taux de scolarisation des enfants de 3 ans n’est que de 65% à Mayotte (4.356 élèves). Il est de 98,5% en métropole et près de 100% à La Réunion. Dans notre département, ce sont donc plus de 2.400 enfants de 3 ans qui ne sont pas scolarisés.

Ce taux de scolarisation remonte ensuite fortement à environ 94% pour les enfants de 4 et 5 ans… Mais cela signifie que ce sont encore environ 500 enfants de 4 ans et autant âgés de 5 ans qui sont en dehors du système scolaire.

50.500 élèves dans le 1er degré
La vice-recteur Nathalie Costantini dans une école à la rentrée 2015

A l’entrée au CP, le vice-rectorat annonçait pour 2015 le nombre de 6.534 enfants qui arrivaient à l’école sans préscolarisation.

Des classes, des écoles et des enseignants

Sans même parler des problèmes de recrutement liés à cette «mise à niveau», le problème du nombre de classes et d’écoles continuerait à se poser. Sachant qu’en 2015 le vice-rectorat annonce une moyenne de 293 élèves par école dans le 1er degré, il faudrait construire près de 22 nouvelles écoles maternelles pour parvenir, sans rotation, à absorber ces 6.534 enfants.

Autant dire que le doublement de l’enveloppe pour les constructions scolaires annoncé par Ericka Bareigts il y a une semaine paraît insuffisante. Cette somme qui passerait ainsi à 20 millions, de quoi «soulager notre gestion des écoles», soulignait Saïd Omar Oili, le président de l’association des maires de Mayotte… Qui s’empressait de préciser que c’était «encore insuffisant». Il estimait déjà les besoins d’investissement à 200 millions, jusqu’en 2020, autrement dit un besoin annuel de 40 à 50 millions.
Logiquement, Rivo du SNUipp embrayait, parlant d’«une goutte d’eau là où il faudrait un Plan Marshall.»

La pyramide des âges des enfants scolarisés à Mayotte
La pyramide des âges des enfants scolarisés à Mayotte

Selon les chiffres du vice-rectorat, à la rentrée 2016, 60 écoles sont encore (ou déjà) en rotation dans notre département. En 2015, cela concernait 379 classes soit un taux de rotation de 19,6%.

Décrochage après 14 ans

Mais cette extension de l’âge obligatoire de la scolarisation provoquerait aussi un embouteillage à l’autre bout du système scolaire. Car le décrochage scolaire après 14 ans est très clairement visible dans la pyramide des âges des enfants scolarisés à Mayotte. Les élèves âgés de 17 ans sont deux fois moins nombreux que ceux âgés de 11 ans.

Là encore, le développement des filières, des formations et des places, déjà réel, serait contraint de connaître une véritable accélération pour coller à l’objectif… sachant que les élèves qui ratent leur examen n’ont déjà souvent plus de place pour recommencer une année sur les bacs d’une terminale ou d’un CAP. L’éducation à Mayotte devrait donc rester encore pour longtemps un vaste chantier.

RR
www.jdm2021.alter6.com

2 Commentaires

  1. 511069 877953Hey. Neat post. There can be a difficulty with your web site in firefox, and you may want to check this The browser is the market chief and a large component of other folks will omit your excellent writing because of this dilemma. 730654

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.