Transition énergétique à Mayotte: Pour le projet «Opéra», il faut attendre, encore

0
173

PhotovoltaiqueLe temps mis par le gouvernement pour répondre à une question écrite du sénateur Thani Mohamed Soilihi, en dit long, bien plus que les mots, sur l’embourbement de certains dossiers liés à la transition énergétique.

Le sénateur a pris sa plume, le 9 avril 2015, pour accélérer la mise en œuvre des conditions de la mise en place d’un projet énergétique particulièrement innovant à Mayotte. Ce projet s’appelle «Opéra», pour «opération pilote énergies renouvelables». Il consiste en une sorte de pile gigantesque qui se recharge à l’énergie solaire et qui permettrait au réseau électrique mahorais de passer le fameux cap de 30% d’alimentation aux énergies renouvelables.

Le dispositif est simple: en cas de chute de l’alimentation par le photovoltaïque, la pile géante prend le relai pendant une trentaine de minutes en injectant jusqu’à 3 mégawatts dans le réseau électrique. Elle laisse donc le temps aux centrales thermiques «classiques» de se mettre en route. Ainsi, si un nuage passe sur les centrales solaires, le réseau électrique ne s’effondre pas dans un black-out, les énergies renouvelables et fossiles se passant le relai en douceur. La stabilité du réseau électrique est donc garantie.

Une réponse 17 mois après

L’idée, développée conjointement par l’institut national de l’énergie solaire et les sociétés Électricité de Mayotte (EDM) et Sunzil, semble séduisante mais si elle tarde à se concrétiser, c’est qu’elle a un coût.
Le sénateur Thani explique dans sa question à la ministre de l’écologie, que «sa réalisation est suspendue à une modification de la réglementation actuelle qui lui permettrait d’être éligible à la