22.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
Accueilorange«Mahoriser» le personnel hospitalier pour le garder dans l'île

«Mahoriser» le personnel hospitalier pour le garder dans l'île

Elus, syndicalistes et associatifs pour parler sans tabou de l'hôpital
Elus, syndicalistes et associatifs pour parler sans tabou de l’hôpital

L’hôpital dépense des millions d’euros chaque année pour faire venir des médecins, des sages-femmes et d’autres personnels originaires d’autres départements pour pallier le manque de personnel. Si certaines de ces personnes s’installent sur l’île, un grand nombre fait des séjours de remplacement de trois mois ou des séjours de quelques années puis rentrent en Métropole ou ailleurs.

Ces remplacements coutent cher au CHM. L’autre point de dépense exorbitant pour l’hôpital, ce sont les évacuations sanitaires. Des millions d’euros pour envoyer les patients à La réunion ou en Métropole parce que Mayotte ne dispose ni des plateaux techniques ni du personnel pour les soigner sur place.

L’autre constat donc est le manque d’infrastructures hospitalière dans notre île. Face à cette réalité, la Cfdt, a enjoint les autres syndicats de l’hôpital à réfléchir sur l’offre de soin à Mayotte, et «attirer l’attention des élus sur ce qui se passe, notamment ceux qui siègent dans les conseils d’administration», explique Ousseni Balahachi, le secrétaire départemental de la Cfdt.

Un plan du très court au long terme

Le sénateur Thani Mohamed Soilihi, Issa Abdou, le quatrième vice-président du conseil départemental en charge du social et de la santé, et le conseiller départemental de Mamoudzou Chihaboudine Ben Youssouf ont assisté à la rencontre. D’autres responsables politiques ont également été conviés mais n’ont pas pu être présents à ce moment de réflexion.

CHMRéunis dans la salle du conseil de surveillance de l’hôpital pour établir le diagnostic, mais aussi pour réfléchir à un plan sur le très court, moyen et le long terme, les protagonistes ont tous dressé un même constat.

Les discussions ont porté sur trois thèmes: «en premier, les difficultés des agents hospitaliers à faire correctement leur travail ‘à cause de la surcharge’” explique Ousseni Balahachi. Pour le syndicaliste, «aujourd’hui le sujet n’est plus tabou, notamment le fait que le flux migratoire est trop important par rapport au nombre de personnel médical ou paramédical. Les patients sont accueillis dans des mauvaises conditions» expose-t-il aux élus. Le syndicaliste estime encore que les autorités sanitaires à Mayotte «ont toujours refusé de voir cette réalité».

“Le bloc opératoire, cette charcuterie”

Les élus présents à l’instar du sénateur Thani Mohamed Soilihi veulent connaître les urgences par rapport à la situation. Dhoimrati Mtrengouéni de Force Ouvrière mais aussi représentante des usagers du CHM ne mâche pas ses mots: «Il faut changer la charcuterie qui est là», lance-t-elle en parlant du bloc opératoire. «C’est cru, mais c’est douloureux, le bloc opératoire, je le mets en numéro 1».

Elaborer des stratégies à court moyen et long termes pour l'offre de soins à Mayotte
Elaborer des stratégies à court moyen et long termes pour l’offre de soins à Mayotte

Les paroles de la représentante des usagers rendent compte d’une réalité: «Aujourd’hui, si je dois être opérée, si je peux prendre l’avion, je préfère aller à La Réunion». Effectivement, beaucoup de Mahorais choisissent La Réunion voire la Métropole pour se faire soigner ou pour accoucher, après avoir perdu en partie confiance dans leur hôpital et ses soignants.

Des Mahorais dans les professionnels de santé

Pour Aynoudine Salime, conseiller départemental de Mtsamboro et cadre supérieur au CHM, il faut aussi recruter du personnel mahorais. «Des médecins, des sages-femmes, des aides-soignants, des infirmiers mahorais nous en avons beaucoup, ils travaillent ailleurs et il faut aller les chercher, comme quand on a voulu ouvrir l’IFSI ici», se remémore-t-il. Faut-il encore que ces personnes aient envie de rentrer dans l’île. L’actualité mahoraise avec son lot d’agressions, de cambriolages, d’insécurités ainsi que les écoles jugées de mauvaises qualités n’attirent pas.

«La colonne vertébrale de la rencontre», selon Issa Abdou, c’est la formation. Former des jeunes mahorais pour avoir des médecins et des cadres mahorais, un souhait formulé par tous. Mais maintenant comment y parvenir? L’idée d’un numerus clausus pour les élèves de Mayotte est avancée, mais la crainte est d’être noyés dans la région Océan-Indien et donc que La réunion récupère les places. «En cas de groupement Océan-Indien, il faut s’assurer que Mayotte ait sa quote-part sinon on aura rien», estime Aynoudine Salime.

Le diagnostic a été établi, maintenant il faut trouver les remèdes face à une situation de plus en plus critique, autant pour le personnel hospitalier que pour les patients.

K.A
www.jdm2021.alter6.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Eric Dupond-Moretti, Mayotte, environnement

Mayotte Nature environnement demande au ministre de la Justice une “réponse...

0
Forte de ses 25 associations, la Fédération Mayotte Nature environnement (FMNE) interpelle le garde des sceaux Eric Dupond-Moretti à quelques jours de sa visite, sur son credo, les atteintes à l'environnement
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan