23.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 septembre 2022
AccueilorangeHabitations illégales: Le maire de Bandraboua ne veut plus endosser de responsabilité

Habitations illégales: Le maire de Bandraboua ne veut plus endosser de responsabilité

Soulaimana Boura
Soulaimana Boura : “Ils vont finir par être emportés par la rivière”

Nous sommes de nouveau à la croisée de deux cheminements historiques: celui du laisser-aller, laisser-faire, laisser-loger, contre celui de la dégradation des lieux de vie et des espaces naturels.

Depuis des semaines que Mayotte abrite les «décasages», ces délogements sauvages, personne n’a encore vraiment trouvé la solution à cette problématique : aider les personnes qui ont fait depuis des années leur vie ici, mais qui se sont installées illégalement sur un terrain, à trouver une solution.

«Quand les procédures ne prennent pas des années, ce sont les services de l’Etat qui ne font pas appliquer les décisions de justice», rapporte Soulaimana Boura. Qui prend l’exemple d’un terrain appartenant à la famille Navi à Dzoumogné: «L’ordonnance d’expulsion était assortie de pénalités qui n’ont jamais été appliquées. La DEAL est passée pourtant. Monsieur Navi vient tous les jours à la mairie pour me solliciter, mais je ne peux pas venir de moi-même avec des tractopelles.»

« Des habitants vont finir par être emportés par les eaux »

On ne peut apparemment pas suspecter Soulaimana Boura de ne pas prendre ses responsabilités, ou de favoritisme, « j’ai dû détruire la maison de ma cousine, et jeter du sable appartenant à ma mère. »

Mais là où ça se gâte vraiment, c’est lorsque des habitations en dur ont été construites sur la ravine de Dzoumogné : « Il y a eu des pluies violentes cette année, des voitures ont été emportées, il aurait pu y avoir un mort. Je préfère me dégager de toute responsabilité si on laisse ces maisons construites dans le lit mineur de la rivière. Ils vont finir par être emportés. » Il affirme avoir écrit à la préfecture l’année dernière. Sans réponse.

Les mairies doivent mettre en place des plans de formation (Ici, la mairie de Bandraboua)
La mairie de Bandraboua

Des habitations illégales qui malmènent la politique de logements de la commune, explique-t-il : « Notre programme Dzoumogné III de 150 logements sociaux est retardé par 4 habitations dont on a obtenu l’éviction de principe par les autorités judiciaires. La confirmation écrite devrait suivre. Et le problème se répète sur la résorption de l’habitat insalubre à Handrema, « l’étude préalable est terminée, et se conclut sur le départ de ces habitants. Et nous n’avons pas d’alternative pour les loger… »

Bâties en un week-end

Il demande en réalité un allègement de la législation, mais difficile à obtenir car elle est protectrice des droits de chacun : « Etant donné que tous les jours des gens arrivent et construisent, on demande l’autorisation de démolir. Dès qu’un lit est installé entre quatre tôle, nous n’avons plus le droit d’y toucher. » La police municipale joue cahin-caha son rôle dissuasif lorsque les premiers piquets sont plantés, « mais la plupart du temps, elles sont construites du samedi au dimanche. »

Une problématique à multiplier par 17, du nombre de mairies sur le territoire, et pour laquelle il faut donner en urgence un cadre strict qui satisfasse tout le monde, sous peine de revoir naître les opérations « décasages » à l’issue du ramadan, ou même avant, et en catimini.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139525
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139525
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139525
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139525
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139525
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte

Résorber l’insécurité à Mamoudzou : des mesures chocs annoncées par le maire

139525
Le premier édile de Mamoudzou a annoncé ce lundi matin, lors d’une conférence de presse organisée à la mairie, un panel de mesures visant à endiguer la violence sur le territoire de la commune. Parmi elles, effectives dès le 3 octobre, la fin de la vente de pétrole lampant à la station essence de Passamainty, la prohibition de la prostitution sur la commune de Mamoudzou ou encore la publication d’un arrêté de péril imminent pour décaser.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com