28.9 C
Dzaoudzi
vendredi 7 octobre 2022
AccueilEducationL'inspectrice n'avait pas diffamé, le SNUipp condamné

L’inspectrice n’avait pas diffamé, le SNUipp condamné

SNUipp drapeauL’audience avait commencé par un incident: alors que l’affaire avait déjà été renvoyée et que les soutiens de l’inspectrice étaient venus en nombre, la partie civile demandait un nouveau renvoi, les faisant réagir bruyamment dans la salle. Deux d’entre eux, tout cadre de l’éducation nationale qu’ils soient, furent priés de sortir par le président Sabatier, la sérénité devant prévaloir lors d’une audience. L’avocat de la défense Me Hessler s’opposera à ce renvoi, arguant que l’affaire avait déjà suffisamment nui à sa cliente.

Une affaire qui avait été très médiatisée : le syndicat du premier degré SNUipp s’était insurgé contre les propos qu’avait tenu une inspectrice de l’Education nationale lors d’une réunion avec une équipe pédagogique. On ne parlera pas au conditionnel, puisque l’entretien avait été enregistré à son insu. Le syndicat l’avait alors accusée de diffamation et d’incitation à la discrimination.

Ce n’est pas tant le contexte dans lequel les propos avait été tenu, le blocage de l’école par les parents d’élèves, que les témoignages à la barre qui auront convaincu le tribunal.

Le ramassage des déchets en toile de fondGuide des infractions

Nous sommes à la rentrée scolaire de 2015, et l’école élémentaire d’Iloni est jonchée de déchets, la mairie de Dembéni est sous tutelle, il n’y a plus de femmes de ménage. C’est pour dénoncer l’absence d’hygiène que les parents ont décidé de bloquer l’école. L’inspectrice de l’Education nationale de la circonscription pédagogique de Dembéni se rend sur place et réunit le directeur de l’école et les enseignants. “Nous cherchions une solution pour pouvoir rouvrir l’école fermée par les parents”, indique-t-elle à la barre. L’un d’entre eux va l’enregistrer à son insu.

“Les enfants de Mayotte, je ne sais pas si on a la volonté de les éduquer, parce je trouve qu’on travaille beaucoup la pédagogie de la connerie. L’éducation civique et morale n’est jamais enseignée dans ce département”, s’était exclamée entre autre l’inspectrice. Qui rappelle à l’équipe que depuis la rentrée, les enfants mettent les déchets dans les sacs, éventrés par les animaux, parce que non ramassées. “Les gens payés à ne rien faire, ça satisfait tout le monde”, poursuivait-elle, ils comprennent le français que quand ils en ont envie.”

Le président Sabatier essayait de savoir à qui s’adressaient ces propos, “aux enseignants? aux parents ?”, “aux actes”, répond-elle à la barre, en précisant qu’il s’agissait d’une réunion non publique, avec des propos tenus lors d’un échange. D’autre part, elle précise ne jamais avoir  demandé que les enseignants nettoient.

La “pédagogie de la connerie” détaillée

Sommée de s’expliquer sur la “pédagogie de la connerie”, elle répondra que “c’est l’art de s’occuper de n’importe quoi au lieu de faire son travail. Je demande des enseignants efficaces au quotidien, une éthique dans le travail. Des générations d’enfants sont sacrifiés par le laxisme de certains enseignants.” “Mais avez-vous fait une distinction entre enseignants d’origine mahoraise et les autres”, interroge le président qui tente de savoir s’il y a incitation à la discrimination raciale, “jamais! Il n’y a pas de différentes races pour moi, mais une seule.”

La seule mention qui y fait référence, c’est la pratique intentionnelle  ou non du français, sur lequel le président ne s’attardera pas, mais la meilleur objection contre la supposée connotation raciste de la phrase, ce sont les témoins qui vont la donner. Cités trop tardivement, et ils seront entendus comme simples apports de renseignements complémentaires.

Une question de civisme

Mohamed Toilibou résolument positif
Mohamed Toilibou lors d’un discours d’inauguration du groupe scolaire de Bandrélé

Les cinq s’avancent, aucun n’est métropolitain. C’est Assani Mohamed, délégué principal des parents d’élèves, qui est à l’origine de la présence de l’inspectrice. Ayant fait le constat d’une impasse: “la mairie sous tutelle, personne ne ramassait les déchets, il fallait faire quelque chose. J’ai donc appelé l’inspectrice pour voir si les parents d’élèves ou l’équipe pédagogique pouvait faire le ménage. C’était une question de civisme que chacun participe à la propreté des lieux.” Une question que tout le monde ne partage apparemment pas. “Je n’admets toujours pas la réaction des instit qui auraient du nettoyer avec nous”, conclut-il.

C’est ensuite Toilibou Mohamed, le directeur d’école élémentaire de Bandrélé, qui apprend par la radio les accusations de racisme: “C’était impossible, puisqu’en tant que présidente de jury, elle m’avait retenu pour ce poste de direction alors que 4 mzungus avaient postulé.” Les accusations finissent de s’effriter avec les trois autres témoignages.

Une affaire qui lui avait porté “de gros préjudices professionnels”, comme le rappelait la cadre de l’éducation nationale, et qui lui avait valu une suspension à titre conservatoire. Une enquête administrative avait été déclenchée. Émue par les témoignages, elle qui avait tenu bon, s’effondre en silence sur le banc des accusés sur lequel elle n’avait manifestement pas grand chose à faire selon le jugement.

Car le tribunal a délibéré dans la foulée: l’inspectrice est relaxée, et obtient 10.000 euros de dommages et intérêt, 3.000 euros de frais de justice et condamne le SNUipp à 6.000 euros d’amende.

 A.P-L.

Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Arrivée à Mayotte du pont de secours de Dzoumogné : «...

139522
C’est un déchargement inédit qui s’est déroulé ce jeudi en fin d’après-midi au port de Longoni avec l’arrivée d'un viaduc métallique démontable. Ouvrage ayant vocation à remplacer temporairement l’actuel pont de Dzoumogné, son acheminement sur le site est prévu en début de semaine prochaine pour une ouverture à la circulation dès le 17 octobre.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com