28.9 C
Dzaoudzi
vendredi 7 octobre 2022
AccueilEducationLe shimaore, un outil de compréhension du français dans le secondaire

Le shimaore, un outil de compréhension du français dans le secondaire

Fabrice Poli: "Il faut prendre en compte la langue maternelle de l'enfant"
Fabrice Poli: “Il faut prendre en compte la langue maternelle de l’enfant”

On n’en est pas encore à l’enseignement du shimaoré, mais on s’en approche. Il est bien loin en tout cas le temps où cette langue vernaculaire était brandie comme un épouvantail du colloque sur le plurilinguisme en mai 2010. Il était alors hors de question de passer par cette langue maternelle pour atteindre l’enfant.

C’est le discours inverse que tiennent les deux inspecteurs généraux de l’éducation nationale qui viennent parler de plurilinguisme à Mayotte. Ils devaient être trois, mais le ministère s’est trompé de date pour le billet de l’inspectrice d’anglais, une erreur d’un mois…

Fabrice Poli, Inspecteur général de lettres, est aussi spécialiste dans le suivi des primo-arrivants allophones, et sur quatre autres territoires ultramarins que sont la Guyane, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie et Wallis et Futuna. Il n’a donc pas froid aux yeux ni aux langues, ce qui a incité la vice-recteur Nathalie Costantini à leur demander de porter un regard distancié et croisé sur la problématique de Mayotte. Et ceci, à la veille de la grande réforme du collège.

« Prendre en compte la langue maternelle »

Sophie Tardy : "Accompagner les équipes enseignantes"
Sophie Tardy : “Il faut accompagner les équipes enseignantes”

« Ici, ils parlent le lus souvent quatre langues. Nous avons des élèves très bons si l’on prend en compte le peu de temps qu’ils ont eu pour apprendre le français », observe Nathalie Costantini, « si on veut que l’enseignement s’adapte aux difficultés des élèves, sans avoir besoin d’augmenter les heures consacrées à l’apprentissage du français, il faut leur donner une stratégie pour évoluer. »

C’est aussi pour cela qu’est venue Sophie Tardy, IGN du groupe de langues vivantes en arabe : « Nous devons accompagner les équipes dans les compétences langagières globales, sur le français, sur les langues locales et sur les langues étrangères. Il faut s’interroger sur les dispositifs existants et sur ceux à mettre en place. »

Et Fabrice Poli est clair sur l’axiome de base : « Il faut prendre en compte la langue maternelle de l’enfant pour développer un apprentissage efficace. Les langues obéissent à des règles, elles dialoguent entre elles. En partant de la langue de la maison, on peut acquérir le français, comme l’anglais, et toute autre langue étrangère. »

Passer par la traduction en shimaore

Nathalie Costantini évoque la capacité des élèves à s'adapter aux nouvelles langues à Mayotte
Nathalie Costantini évoque la capacité des élèves à s’adapter aux nouvelles langues à Mayotte

En écho, Sophie Tardy souligne qu’ « un enfant ne peut pas construire de socle linguistique, notamment en français, s’il n’est pas structuré dans sa langue maternelle. »

La vice-recteur le voit comme un vecteur : « Pour améliorer la compréhension d’un texte en français ou en anglais, on pourra passer par sa traduction en shimaoré. » Les enseignants parlant peu cette langue, le porteur du texte pourra être un intervenant extérieur, « un conteur par exemple. »

Il va donc falloir trouver des biais pour « aider les élèves à structurer leur langage », et « les aider à communiquer. » Et en premier lieu, préparer les inspecteurs sur place ainsi que les enseignants, « c’est pour l’instant préjudiciables que ces professionnels n’en aient pas conscience. » Un effort partagé, « les élèves primo-arrivants doivent élargir leurs références culturelles, mais il faut que les professeurs soient formés à cette différence culturelle. »

La stratégie mise en place dans les établissements scolaires devra absolument sortir de l’académisme pour s’approprier la langue autrement.

Une radio internationale

Le journaliste Thierry Riera a immédiatement commencé sa formation
Le journaliste Thierry Riera a immédiatement commencé sa formation

La vice-recteur rappelait qu’apprendre une langue, « c’est travailler sur 5 activités langagières », qui peuvent être résumées par l’écrire, la dire et la lire. Et bien, les enseignants ont déjà commencé par l’oral, tellement adapté à Mayotte, en suivant une technique mise au point par un journaliste de Radio France, la Web radio. On touche du doigt le côté ludique du projet qui doit inciter à apprendre le français presque sans s’en apercevoir.

Le journaliste Thierry Riera est dans une salle du 3ème étage du collège de Majicavo. Il explique dans un premier temps aux enseignants les techniques de maitrise de la radio, « cela doit devenir ensuite un outil pédagogique allié au plaisir. » Destiné à ceux qui s’expriment mal en français, « le concept permet de produire des sujets flash de 50 secondes en plusieurs langues, enregistrés dans les condition du direct », explique-t-il aux enseignants.

Autres supports, le journal du collège, ou les reporters UNSS, « qui pourront faire l’objet d’articles dans différentes langues », explique Nathalie Costantini.

Les cadres de l'Education nationale à l'écoute
Les cadres de l’Education nationale à l’écoute

Les deux inspecteur ne sont arrivés que dimanche, mais déjà à l’issue de leurs visites parmi les scolaires, ils ont noté des atouts : « Les enfants mahorais sont curieux, ont une appétence pour la langue, et une aisance à l’oral », dans leur langue d’origine.

Ce n’est pas pour autant l’entrée du shimaore ou du kibuchi par la grande porte de l’école : « C’est aux parlement de se prononcer sur son appartenance aux langues vivantes étrangères ou françaises », concluait la vice-recteur.

C’est donc une avancée majeure qui se prépare si l’évolution est comprise par tous.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Arrivée à Mayotte du pont de secours de Dzoumogné : «...

139521
C’est un déchargement inédit qui s’est déroulé ce jeudi en fin d’après-midi au port de Longoni avec l’arrivée d'un viaduc métallique démontable. Ouvrage ayant vocation à remplacer temporairement l’actuel pont de Dzoumogné, son acheminement sur le site est prévu en début de semaine prochaine pour une ouverture à la circulation dès le 17 octobre.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139521
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com