21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilorangeDu «décasage» à l’expulsion à Ouangani: 200 personnes reconduites

Du «décasage» à l’expulsion à Ouangani: 200 personnes reconduites

Arrivée des familles "décasées" de Ouangani avant les vérifications par la PAF
Arrivée des familles “décasées” de Ouangani avant les vérifications par la PAF

Ce fut l’hémorragie ce dimanche. Beaucoup de familles ont été chassées de leur logement, et comme ce fut le cas pour les « décasés » de Boueni, rapatriées ensuite vers la place de la République par des minibus affrétés par les associations comoriennes. Elles viennent grossir le lot des 150 à 200 personnes qui y dorment quotidiennement depuis maintenant 15 jours.

A Chirongui entre 30 et 50 familles ont été délogées et chassées. Quatre minibus les ont convoyées vers Mamoudzou. Dans le village, 20 à 30 bangas ont été détruits, les tôles arrachées.

Contrairement à ce qui s’est passé à Chirongui, les familles délogées par le collectif d’habitants de Ouangani n’ont pas été ramenées directement à Mamoudzou. Les minibus ont été bloqués vers 13h ce dimanche par la police nationale à Ironi Be, au niveau des bâtiments de la SCAM. Il s’agissait de vérifier avec la Polices aux Frontières, la nationalité des passagers.

Plus de 200 personnes au CRA

Les mamans atTendent sur le bas côté d'embarquer dans le bus qui les conduira au CRA
Les mamans atTendent sur le bas côté d’embarquer dans le bus qui les conduira au CRA

« Ils sont 200 à ne pas avoir d’autorisation de séjour », nous explique le capitaine Marc Hof, « nous en avons rapatriés 50 en situation régulière à Mamoudzou dans des minibus banalisés. » Pas précisément place de la République, mais on peut penser qu’ils en prendront le chemin.

Nous sommes donc de nouveau dans le schéma où la PAF assure le service après-vente, légitimant en quelque sorte les « décasages ». Même mieux, les habitants seraient plus performants, « quand la PAF arrive dans un village, tous les étrangers vont se cacher dans la brousse », explique un témoin.

C’est dans des bus grand format que sont montés les hommes, femmes et enfants qui étaient acheminés vers le Centre de rétention administrative. D’une capacité de 148 places, il a donc dû accueillir cette fois 200 nouveaux arrivant, en plus de la population déjà présente. « Ils seront très certainement reconduits demain à Anjouan, en fonction de places disponibles sur le Maria Galanta », explique le capitaine de police.

A 14 ans, elle ne connaît pas Anjouan

Départs groupés pour le CRA
Départs groupés pour le CRA

On s’attend en arrivant à trouver une population accablée d’avoir ainsi été chassée des habitations, et éloignée de leur quotidien. Sur le bas côté, une femme allaite son bébé, elle discute avec d’autres bouénis, rit, pendant que les enfants s’amusent en chahutant autour.

Pour Andruma, 14 ans, c’est le saut vers l’inconnu : « Je suis née à Mayotte et je n’ai jamais vu Anjouan. Je part avec ma maman, mais je suis juste triste de laisser mes amies de 4ème 8 du collège de Chiconi », explique dans un français hésitant la jeune fille.

Un petit garçon nous tourne autour : il a 13 ans, et était scolarisé en 6ème, lui aussi au collège de Chiconi, qui va décidemment perdre plusieurs élèves. « Je suis un peu triste parce que j’ai mes amis à Chiconi, mais je suis déjà allé à Anjouan, je connais. Je pars avec ma maman, et on va y retrouver sa famille », nous explique-t-il.

Blocage place de la République

Les familles qui dorment depuis deux semaines place de la République à Mamoudzou
Les familles qui dorment depuis deux semaines place de la République à Mamoudzou

La présence de sa maman assise sur l’herbe n’est pas étrangère à son sourire, qui traduit aussi l’inconscience de l’enfance pour l’inconnu, et l’impatience d’un voyage en bateau. Sa seule préoccupation est de manger, « j’ai faim, j’espère qu’on va nous donner du riz. » Le capitaine Hof nous rassure, au CRA ils auront droit à un repas.

Entretemps, de nouvelle vérification d’identité ont eu lieu, quelques uns vont repartir vers Mamoudzou : « ils ont un motif légitime de rester. «

La situation des « décasés » présents sur la place de la République n’a pas évolué. Tous ceux qui ont une attestation d’hébergement auraient du a minima retourner dans leur logement s’il n’était pas détruit, ou être relogés dans la commune. Selon le préfet, les maires s’y étaient engagés. Il n’en est rien. Ces derniers ayant constaté une majorité d’attestation de complaisance, demandent à l’Etat d’annuler l’attribution d’un titre de séjour qui régularisait jusqu’alors leur situation.

Le seul point de convergence entre les habitants et l’Etat semble donc être ce service spécial rendu à la PAF, qui n’a plus qu’à cueillir les étrangers en situation irrégulière.

Le collectif de soutien des délogés de Mayotte ainsi que les représentants locaux de la Ligue des Droits de l’Homme seront reçus en préfecture à 9h et appellent à un rassemblement pacifique à la même heure place de la République.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139533
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com