28.9 C
Dzaoudzi
vendredi 7 octobre 2022
AccueilorangeLes familles d’accueil se professionnalisent dans un secteur social en grande tension

Les familles d’accueil se professionnalisent dans un secteur social en grande tension

L'équipe du conseil départemental développait le programme, accompagné par Issa Issa Abdou (à gauche)
L’équipe du conseil départemental développait le programme, accompagné par Issa Issa Abdou (à gauche)

C’est avant tout pour être en conformité avec la loi qu’est actuellement organisée une formation des assistants familiaux de Mayotte. C’est le début d’un vaste plan de professionnalisation des familles d’accueil sur lequel s’était engagé Issa Issa Abdou, 4ème vice-président, en charge de l’Action sociale et la Santé. La formation de 240 heures sera étalée sur deux ans, « cela nous mènera en 2018 », indique le docteur Philippe Peytour, DGA chargé du Pôle Enfance Famille et prévention.

Deux ans, cela peut paraître long pour des assistants qui ont besoin d’être opérationnels rapidement, au regard du flux de placement d’enfants isolés : « Nous devons jongler avec leurs horaires de travail, et pouvoir toucher les 76 familles d’accueil du territoire. » Mais c’est aussi lié à la stratégie choisie par Issa Issa Abdou : « Nous ne voulons pas nous séparer de ces assistantes qui travaillent pour nous depuis des années, uniquement parce que certains pensent ‘qu’elles ne savent pas faire’. Nous allons donc les former. »

60 doivent suivre un cursus de savoirs de base

Fatima Mattoir, à droite, donnait le cadre de la formation, dispensée par Marie-Josée Boujou, responsable du pôle social de la délégation de Mayotte basée à la Réunion (au centre) et Nissoiti Baco OUsseni, chef de service à laProtection de l'enfance
Fatima Mattoir, à droite, donnait le cadre de la formation, dispensée par Marie-Josée Boujou, responsable du pôle social de la délégation de Mayotte basée à la Réunion (au centre) et Nissoiti Baco OUsseni, chef de service à la Protection de l’enfance

Garder l’effectif actuel, une action noble, mais qui implique un chemin de professionnalisation plus long, avec des bases à acquérir avant même de pouvoir prétendre à la formation, donnée en français, comme l’explique au JDM Fatima Mattoir, Conseillère en formation chargée du domaine social au CNFPT : « Beaucoup le parlent très mal. 60 d’entre elles vont donc suivre un premier cursus de 60 heures, comprenant la lutte contre l’illettrisme et un enseignement sur les savoirs de base ». Elles pourront ensuite intégrer la formation de 240h.

La formation est obligatoire, et pourrait même être diplômante pour les plus performante d’entre elles, « il faut pouvoir passer un examen écrit », glisse Philippe Peytour. Et ce jeudi matin, c’était le top départ pour les 15 premières assistantes familiales, un public uniquement féminin, au Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) à l’Espace Coralium.

Les 11 journées de formation sur l’année 2016 (il y en aura 31 en 2017) leur permettront d’avoir des bases législatives sur l’accueil, les connaissances nécessaires sur la nutrition de l’enfant, sa psychologie de développement ou les addictions. Les formateurs sont issus du service de formation du département, « mais il y aura aussi des intervenants de PMI, de l’Aide sociale à l’enfance, ou de la Protection judiciaire de la jeunesse. »

La moitié des médecins veulent partir

Le docteur Philippe Peytour
Le docteur Philippe Peytour a pris la mesure de la tâche qui l’attend

Une mise à niveau d’autant plus nécessaire que le nombre d’enfants à prendre en charge ne fait que s’accroitre : « Nous en avons 140 à placer », déclare Philippe Peytour, sans pouvoir évaluer l’incidence des expulsions de parents à la suite des « décasages. »

Problème : alors qu’Issa Issa Abdou se réjouissait en octobre d’avoir recruté le quotta nécessaire de médecins de Protection maternelles infantiles, plusieurs d’entre eux veulent déjà partir : « Nous perdons la moitié de l’effectif », déplore-t-il. Une réunion d’urgence est même prévue dès lundi pour activer les ressorts propres au conseil départemental pour tenter de rester attractif, « comme le logement ou autre », mais pour l’insécurité, ils ne peuvent hélas rien.

D’autre part, l’explosion des naissances à prés de 10.000 prévues pour cette année, a justifié la création de postes supplémentaires en sage-femme, débloqués par le ministère, « mais il faut aussi suivre tous ces enfants en PMI, et les moyens n’y sont pas. »

Face à l’afflux d’enfants à placer, le conseil départemental aurait eu besoin d’assistants familiaux aux normes immédiatement, « il aurait fallu que cette formation soit dispensée bien avant, ne serait ce que sur le plan légal. Nous partons avec un retard énorme », regrette Issa Issa Abdou.

A la fin du mois d’octobre, un bilan des 11 premières journées de formation sera dressé.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Arrivée à Mayotte du pont de secours de Dzoumogné : «...

139524
C’est un déchargement inédit qui s’est déroulé ce jeudi en fin d’après-midi au port de Longoni avec l’arrivée d'un viaduc métallique démontable. Ouvrage ayant vocation à remplacer temporairement l’actuel pont de Dzoumogné, son acheminement sur le site est prévu en début de semaine prochaine pour une ouverture à la circulation dès le 17 octobre.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139524
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139524
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139524
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139524
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139524
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com