25.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
AccueilorangePoint sur l’avancement des dossiers des « décasés » : la balle...

Point sur l’avancement des dossiers des « décasés » : la balle chez les maires

Des enfants qui ne demandent qu'à apprendre
Des enfants qui ne demandent qu’à apprendre

Nous aurions pu titrer le « point mort » des dossiers des « décasés », si nous n’avions fait qu’observer le camp de la place de la République ce jeudi matin : une sorte de train-train s’est installé chez les 250 personnes qui y vivent. Les mamans font la toilette des petits au point d’eau de la citerne renouvelée régulièrement par la SMAE, les garçons sont passés maître dans la réalisation d’avions en papier, et les plus grands sont regroupés sur une natte, cahier et stylo en main, essayant de résoudre un problème de grammaire affiché sur un tableau noir. Pas besoin de les forcer, on sent leur envie d’étudier.

L’un d’eux essaie d’accorder le bon adjectif possessif, il tranchera : ce sera « ils ont perdu SES parents », et non « leurs »… Il y a des expériences qui perturbent les règles de grammaire.

Le retour sanitaire que nous fait l’antenne locale de Médecin sans Frontières, qui compile les données pour un bilan plus affiné, n’est ni mauvais ni bon. Mais il pourrait s’aggraver : « Nous avons majoritairement des cas d’infection des voies respiratoires et des diarrhées, sans les lier avec certitude avec la présence des personnes dans le camp. Mais nous notons par contre beaucoup d’interruptions de suivi médical, liées à leur départ précipité, et énormément de retard de vaccination, alors que les enfants étaient jusque là correctement suivis par les PMI. »

Pas de gale, ni de choléra

Assani Mfoungoulie: "Il faut restaurer l'Etat de droit."
Assani Mfoungoulie: “Il faut restaurer l’Etat de droit.”

Des jeunes et moins jeunes qui ne sont plus protégés, ainsi qu’une mère qui vient d’accoucher et qui se préparait à dormir dehors avec son nourrisson, « nous avons demandé qu’elle soit hébergée. » Des toilettes ont été mises à disposition, indique la préfecture, qui a mandaté l’Agence régionale de santé pour une évaluation sanitaire quotidienne : « Dans ce cadre, aucun cas de choléra, de gale ou autre maladie n’a été signalé à ce jour. » Trois repas leur sont servi par jour, grâce à des dons.

Pour Assani Mfoungoulie, président de la Ligue des Droits de l’Homme à Mayotte, la situation n’est plus tenable : « Il faut restaurer l’Etat de droit. » Il a fait défiler les enfants scandant ‘nous sommes français’ hier devant la préfecture, avec une reprise en chœur de la Marseillaise place de la République.

Attestations de complaisance à Chirongui et Boueni

Une jeune fille participe au maintien de la propreté du site
Une jeune fille participe au maintien de la propreté du site

De son côté, la préfecture a fait sa partie, comme le renseigne un communiqué sorti à midi : après avoir procédé à l’examen des situations administratives des personnes, une liste a été envoyée aux communes d’où provenaient les certificats d’hébergement fournis. Les services des mairies doivent les authentifier. Pour pouvoir ensuite réacheminer ces personnes : « Lors de la réunion du 23 mai 2016, présidée par le Préfet de Mayotte, Frédéric Veau, le retour des personnes expulsées dans leurs lieux d’hébergement initiaux a été acté avec les maires des 17 communes du département », rappelle la préfecture.

C’est effectivement le cas à Chirongui, comme le rapporte au JDM la maire Roukia Lahadji : « J’ai bien reçu la liste, quatre personnes étaient concernées dans ma commune pour avoir signé des attestations d’hébergement. Ils étaient tous de complaisance. Pour l’une par exemple, c’était pour permettre la scolarisation des enfants, l’autre était marié, mais depuis séparé. Je leur ai demandé d’assumer, et j’ai retourné ces éléments à la préfecture. » Pour elle, c’est à l’Etat de contacter ces personnes qui peuvent accepter ou non de recevoir de nouveau les personnes délogées.

Même son de cloche à Boueni, dans une autre proportion puisque la commune est la principale touchée par les “décasages”: “Sur 22 attestations, 20 peuvent être assimilées à de la complaisance”, indique le maire Mouslim Abdourahaman, “la préfecture devrait donc annuler les cartes de séjour.”

Les personnes seront alors reconduites à la frontière, fait remarquer la maire socialiste Roukia Lahadji, qui se justifie : « Quel est le département français qui peut dire aujourd’hui que l’immigration est la règle sur son territoire ? Quel est celui dont la moitié de la population vit dans la clandestinité ? Aucun en dehors de Mayotte. »

La situation évolue donc lentement, mais se règlera difficilement dans l’intérêt des personnes délogées.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

COI, Mayotte, Seychelles, Comores

Réunion a minima d’une partie des ambassadeurs de la région à...

0
L'ambition de cette rencontre sur la COI s'est réduite comme peau de chagrin au fur et à mesure des impératifs incontrôlables de ses protagonistes....
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan