30.9 C
Dzaoudzi
samedi 4 décembre 2021
AccueilorangeLes rythmes du jazz s’affolent avec Bernard Lubat

Les rythmes du jazz s’affolent avec Bernard Lubat

Bernard Lubat:"Le jazz a redémocratisé l'improvisation"
Bernard Lubat:”Le jazz a redémocratisé l’improvisation”

Avant de se produire en concert dimanche soir à Dembéni, cet ex-musicien de Nougaro a pris les devant, pour tenter expliquer ce qu’il est difficile de nommer, mais qui emmène son auditoire vers des sphères qu’il nous aimerait accessibles. Ce n’est pas de sa faute à lui, Bernard Lubat, si le rythme du jazz s’est affranchi de lui-même ces dernières années, « il s’est autocritiqué ».

Baguette en main, on a de suite une démo : enregistré, puis diffusé, il juxtapose un autre morceau, comme s’il y avait deux musiciens, lorsqu’un autre son surgit, un violon, ou un saxo, venu de nulle part.

Il faut dire que cette musique discontinue, ils la produisent à deux, ou plutôt à trois, puisque l’ordinateur, « la machine », s’en mêle, et s’est emmêlée d’ailleurs, puisqu’il a fallu remettre trois fois le métier sur l’ouvrage dans l’auditorium du CUFR à Dembéni ce jeudi soir. Notre oreille peu habituée à cette absence d’homogénéité, est rassurée par les explications de l’artiste, féru de jeux de mots autant que de jeux de notes.

Jazz made by Lubat face au debah

L'électronique dans la boucle de la création
L’électronique dans la boucle de la création

C’est surtout un philosophe. « Le jazz est une musique qui a redémocratisé l’improvisation. Et l’improvisation, c’est se souvenir de ce qui n’est pas encore arrivé. Le jazz existe depuis un siècle, mais est en perpétuelle évolution. C’est un commencement qui n’en finit pas. »

La musique c’est pour lui un partage, une rencontre. Qui a ses limites. Polyrythmies mahoraises et jazz made by Lubat face à face, ce n’est pas gagné : « Nous avons eu un échange avec un groupe de chants de femmes mahoraises accompagnées de musiciens jeudi. Il y avait de l’intérêt motivé par nos différences, mais pour échanger, il faut y perdre un peu chacun, et pour ça, ne pas avoir une tradition fermée sur elle-même. » Il a donc improvisé, « les musiciens étaient décontenancés en face ». On les comprend.

Et pourtant, l’échange est faisable quelque soit la langue selon lui : « Au Brésil, j’ai commencé en utilisant un métalangage », lance-t-il avant d’émettre des borborygmes « Chigloungloungchawala » mélodieux, au rythme bien senti, « l’autre a fait pareil et on a abouti à un dialogue. Après, on peut tenter de définir la musique écrite, comme celle de Debussy, mais ce que j’aime, c’est la capacité de faire autre chose. »

Innover à tout prix ?

Bernard Lubat au Mélodica de notre enfance
Bernard Lubat au Mélodica de notre enfance

Boulez à l’appui, les capacités de l’électronique sont mises en avant ce soir là, l’archétype de la musique contemporaine : « La musique peut faire danser, mais doit faire penser aussi. On doit se sentir interpellé, pas en sécurité. » C’est réussi lorsqu’on écoute ce que produit leur logiciel Improtek, mis au point au CAMS et à l’IRCAM, « c’est un conglomérat de différences. Le rythme, au bout d’une certaine complexité, on ne sait plus où on va. On n’est pas capable ni technologiquement, ni psychologiquement de jouer ça »… Les auditeurs sont-ils rassurés ?

Son objectif, c’est le déséquilibre permanent, celui qui incite à se réinventer : « Picasso a dit, ‘le style, c’est la mort’. On est obligé d’imaginer pour ne pas rester serviteur du marché. » Une course sans fin vers l’avant, puisque le marché attrape vite les tendances.

Un spectateur s’interrogeait sur l’intérêt d’avoir recours à l’électronique, qui propose un instrument au hasard en se basant sur la hauteur des sons produits par le musicien, « on ne sent pas la pulsion personnelle ! », s’exclamait-il. Il avait droit comme réponse à une pirouette à la Lubat, « ça m’oblige à réfléchir, la musique est dur à l’oseille. »

On peut résumer Bernard Lubat par sa citation de Vilar : « Il faut avoir le courage et l’opiniâtreté de proposer au spectateur ce qu’il ne sait pas qu’il désire. » Quel qu’en soit le résultat, vous irez donc à la rencontre de vous-même dimanche soir, à 20h au CUFR pour un concert de l’Uzestois Bernard Lubat à Mayotte : « On y improvisera une relation, tant pis pour vous ! », comme une promesse.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Nassuf Djaïlani, Mayotte

Quand la « morsure trop vive » de Nassuf Djaïlani enfante...

0
Le célèbre poète et romancier mahorais Nassuf Djaïlani était de passage sur son île natale récemment afin de présenter au public son nouveau roman : « Cette morsure trop vive ». Récit mettant en scène deux frères dans un Chiconi chimérique (« Chiconi-sur-Mer), ce roman mêlant des aspects à la fois sociologiques, psychologiques et historiques, est également une redoutable satire des injustices inhérentes au système post-colonial français à Mayotte
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.