23.9 C
Dzaoudzi
dimanche 2 octobre 2022
Accueilorange«Décasés»: le risque d’une explosion sociale

«Décasés»: le risque d’une explosion sociale

Certaines des personnes chassées de Choungui
Certaines des personnes chassées de Choungui

Après l’affaire de Choungui, toujours aucune solution. Les réunions se succèdent mais le sort des personnes chassées du village n’est toujours pas totalement réglé. Les dizaines de personnes qui étaient encore présentes la nuit dernière ont été réparties en 4 groupes. Comme le JDM l’annonçait ce matin, ce sont les associations Solutions éducatrices, Comité comorien du sud de l’île et deux autres associations communales qui leur ont trouvé des hébergements temporaires. Après les refus d’autres communes du sud, c’est vers le nord de Grande Terre que ces personnes de nationalité comorienne en situation régulière ont été orientées, vers les communes de Dembéni et Tsingoni par exemple.

«On attend encore les réponses des autorités compétentes. Il faut qu’elles se réveillent», insiste Kamaralay Djamil Saïndou, représentant de Solutions éducatrices. Car ce mercredi soir, de nombreuses questions deviennent particulièrement épineuses.

Il y a d’abord la scolarité des enfants dont les parents ont été chassés de Choungui. Les associations estiment qu’ils sont environ 90. «Le droit à l’éducation est une valeur fondamentale de la République française. Avec une telle situation, c’est un droit qu’on met en péril», dénonce Kamaralay Djamil Saïndou.

Des enfants dans les rues

Et de fait, si on prend l’exemple de précédentes familles «décasées», une grande partie des enfants n’a pas retrouvé le chemin de l’école.

Au début du mois d’avril, après que des Comoriens aient été chassés du village de Chirongui, une école maternelle avait perdu près des deux tiers de ses élèves, une école primaire près de 60% de ses enfants. Un mois après, à peine la moitié d’entre eux est revenu dans les établissements. L’autre moitié a disparu dans la nature, sans que l’on sache si ces enfants sont scolarisés ailleurs.

Une bâche provisoire a été tendue dans la matinée
La scolarité des enfants en question

«Le risque est double. D’abord, on peut mettre des enfants dans la rue, ce qui n’est pas acceptable. Ensuite, dans les communes où les gens sont déplacés, est-ce que les écoles vont pouvoir accueillir ces enfants sans créer de nouveaux problèmes?» se demande Kamaralay Djamil Saïndou, alors que des questions administratives, comme le fait de justifier une adresse pourrait compliquer le retour des petits en classe.

«Ça risque d’éclater»

Et si la situation à Choungui est loin d’être apaisée, de nombreuses rumeurs enflamment les villages du sud mais aussi les réseaux sociaux. En plus de l’opération de villageois de Bouéni contre des Comoriens annoncée pour ce weekend, certains évoquent de nouveaux «décasages» à Kani-Kéli, Mzouazia et Chirongui.

«Il faut que les dirigeants de Mayotte prennent conscience que ça peut très mal tourner. Actuellement, c’est la population qui fait la loi et il ne faut pas laisser faire. Parce que, d’un côté, comme de l’autre, ça risque d’éclater. Les gens vont finir par se dire, ‘pourquoi ne pas se battre’?» s’inquiète Kamaralay Djamil Saïndou.

Et de fait, des SMS et des messages relayés sur Facebook utilisent des mots comme «combattre», «s’auto-défendre», «rendre la monnaie à ses villageois»… Il est en effet grand temps qu’une parole politique forte vienne combler un vide qui devient insupportable et laisse le champ libre à l’embrasement d’une société.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Accident mortel entre un bus et une voiture à Ironi Be

139129
Ce samedi matin, un grave accident de la route s'est produit sur la RN2 dans le centre de l'île. Un bus et un véhicule...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139129
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139129
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139129
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139129
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139129
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com